dimanche 26 juin 2022
AccueilActualitésSportValtteri Bottas et Guanyu Zhou : « Monaco ne sera jamais un Grand...

Valtteri Bottas et Guanyu Zhou : « Monaco ne sera jamais un Grand Prix ennuyeux »

Publié le

La veille des premiers essais libres du Grand Prix de Monaco, les pilotes d’Alfa Romeo, Valtteri Bottas et Guanyu Zhou, ont rencontré la presse. Loin des podiums cette saison, ils donnent leur avis sur le Grand Prix de Monaco et les critiques que ce circuit peut essuyer.

Que représente le Grand Prix de Monaco pour vous ?

Valtteri Bottas : J’ai un logement à Monaco depuis 2013. Ça a été ma maison pendant longtemps. C’est donc toujours spécial de piloter au milieu des rues dans lesquelles on a vécu pendant des années.

Le Grand Prix de Monaco est-il devenu une course un peu ennuyeuse ?

Guanyu Zhou : Pour ma part, je pense que Monaco n’est pas, et ne sera jamais un circuit ennuyeux. C’est un endroit spécial. C’est un circuit où chaque pilote de Formule 1 (F1) espère gagner un jour dans sa carrière. En tant que circuit, la course peut paraître un peu moins excitante que les autres, mais seulement en apparence. Car aucune autre course n’arrive au niveau de Monaco, d’un point de vue technique et d’intensité de pilotage. En vérité, j’adore rouler ici. J’y ai déjà couru plusieurs fois en Formule 2 (F2), avant d’intégrer la F1. J’aime beaucoup cet endroit.

V.B. : Je ne pense pas non plus que ça soit une course ennuyeuse. C’est une autre dynamique de course. Il y a moins de dépassements possibles, et il est important d’avoir une véritable stratégie à mener. Mais il existe aussi d’importants facteurs d’improbabilité, et on ne sait jamais ce qu’il va s’y passer. L’entrée en piste de la « safety car » peut changer l’intégralité de la course. Et puis, à Monaco, il y a un vrai challenge lors des séances de qualifications. C’est très différent des autres Grands Prix, et c’est un plaisir d’y être.

« À Monaco, il y a un vrai challenge lors des séances de qualifications. C’est très différent des autres Grands Prix. C’est un plaisir d’y être »

Valtteri Bottas. Pilote finlandais chez Alfa Romeo

Vous avez assuré de belles performances depuis le début de la saison : vous espériez de tels résultats en rejoignant l’équipe Alfa Romeo cet hiver (1) ?

V.B. : Je dirais que la manière dont nous avons commencé la saison, en cumulant des points dès la première course, par exemple, a créé la surprise en tant qu’équipe. C’était le meilleur scénario possible qu’on puisse imaginer dès le début. Et nous avons encore été performants ensuite. Nous avons apporté de nouveaux ajustements sur la monoplace, afin d’être capable de progresser encore. Elle est déjà plus souple et plus agréable à conduire. Mais il y a encore des améliorations à poursuivre. Nous ne sommes pas encore arrivés à notre pic des performances, que nous sommes capables d’assurer en tant qu’équipe. Il y a encore beaucoup à faire.

Les conditions météo peuvent tout bouleverser à Monaco, notamment avec les nouvelles voitures, plus larges qu’avant ?

G.Z. : C’est sûr. La dernière fois qu’il a plu lors d’un Grand Prix, c’était à celui d’Imola, et il a fallu être vigilant avec les bandes blanches [cette interview a été réalisée jeudi 26 mai 2022, le Grand Prix de Monaco s’est déroulé le dimanche 29 mai 2022 — NDLR]. Quand les conditions météo sont mauvaises, on peut être amené à faire des erreurs plus facilement.

V.B. : Ça change tout quand il pleut. Les voitures sont plus lourdes, et on doit être d’autant plus vigilant quand on frôle les murs, ce qui est le cas sur ce circuit de Monaco. C’est un défi. Je me suis déjà confronté à la pluie plusieurs fois ici, à Monaco. Il était déjà tellement facile d’y faire une erreur… Donc, je ne pense pas que nos voitures soient un problème, qu’il fasse sec ou humide. Je pense que nous pouvons toujours assurer la performance, quoi qu’il arrive.

« La course peut paraître un peu moins excitante que les autres, mais seulement en apparence. Car aucune autre course n’arrive au niveau de Monaco, d’un point de vue technique et d’intensité de pilotage »

Guanyu Zhou. Pilote chinois chez Alfa Romeo

Votre équipe est la seule à respecter la limitation de poids cette année (2) : c’est un avantage sur des circuits comme Monaco, où le rythme est plus lent ?

V.B. : Je pense que ça aide sur n’importe quel circuit. Et, à Monaco, on espère évidemment que les autres équipes seront trop lourdes, ça nous donne un avantage. Cela nous permet des changements de direction plus rapides. C’est un élément important pour les séances de qualification, également (3).

G.Z. : En général, sur les parties lentes, c’est toujours bon pour pouvoir s’ajuster. Et cela nous permet de nous concentrer sur les améliorations à assurer, sans se soucier du poids des monoplaces.

1) Valtteri Bottas a rejoint l’écurie Alfa Romeo à la fin de son contrat avec Mercedes, avec qui il courait depuis 2017 aux côtés de Lewis Hamilton. Il a notamment décroché deux titres de vice-champion du monde, en 2019 et en 2020, avec l’écurie.

2) Les nouveaux pneus des monoplaces 2022, ainsi que les monocoques plus résistantes aux crashs tests, ont conduit à une augmentation du poids total de la voiture de 38 kg par rapport à la saison 2021. Cette saison, avec les nouvelles règlementations, les écuries peinent à respecter la limite de poids.

3) Valterri Bottas et Guanyu Zhou ont respectivement terminé 9ème et 16ème au Grand Prix de Monaco 2022.

Publié le

Monaco Hebdo