dimanche 14 août 2022
AccueilEconomieLes soldes à l’épreuve de l’inflation

Les soldes à l’épreuve de l’inflation

Publié le

Entre la concurrence d’Internet et la baisse du pouvoir d’achat, les soldes ont débuté de façon poussive en principauté. Alexandre Pasta, président de l’Union des commerçants et artisans de Monaco (Ucam), dresse le bilan des quinze premiers jours.

Moins 10, -30 %, -50 %. Depuis le 1er juillet 2022, et jusqu’au 15 août 2022, la principauté va vivre au rythme des promotions en tout genre. Mais, malgré des offres déjà alléchantes dans la plupart des enseignes, les clients peinent à répondre présents. Au grand dam des commerçants monégasques, qui attendent beaucoup de ces soldes d’été, après deux années marquées par l’épidémie de Covid-19. « On ne peut pas dire que ce soit vraiment très bon. Le bilan est moyen pour l’instant », concède le président de l’Union des commerçants et artisans de Monaco, Alexandre Pasta, qui compte beaucoup sur l’afflux de touristes dans les jours et semaines à venir pour redresser la barre. « Nous ne sommes pas encore revenus dans des chiffres de 2019 sur les soldes. Nous sommes entre 20 et 30 % de moins par rapport à 2019, sur la même période ».

« On ne peut pas dire que ce soit vraiment très bon. Le bilan est moyen, pour l’instant »

Alexandre Pasta. Président de l’Union des commerçants et artisans de Monaco (UCAM)

Concurrence d’Internet

S’il est évidemment encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur cette période promotionnelle qui n’en est qu’à ses prémices, plusieurs raisons expliquent ce mauvais démarrage. La première d’entre elles est, bien sûr, le développement du e-commerce. Depuis plusieurs années maintenant, les commerçants sont confrontés à la concurrence des ventes sur Internet, où des rabais ont lieu tout au long de l’année. Une concurrence redoutable, et même « déloyale » pour Alexandre Pasta : « La bataille est rude par rapport aux sites Internet. On ne sait pas d’où viennent ces gens, les charges financières sont différentes donc c’est un peu compliqué. Et on ne sait pas de quel pays ça part ». Pour tirer leur épingle du jeu, les commerces de rue doivent donc s’adapter et conserver ce qui fait leur force depuis toujours : le contact humain. « L’attractivité des commerces de rue passe par les vitrines, par la force de vente à l’intérieur du magasin qui permet justement de détailler, de présenter, de conseiller. Ce que l’on ne retrouve pas sur un site Internet, explique le président de l’Ucam. Ce côté relationnel, la présentation des produits, les essayages, le toucher… C’est ce qui, aujourd’hui, différencie essentiellement les sites Internet du détail. Et tous les commerçants de rue l’ont bien compris », insiste-t-il. Il n’empêche, les soldes séduisent de moins en moins, au point d’être totalement remis en cause aujourd’hui : « Il y a effectivement un débat sur les soldes, confirme Alexandre Pasta. Dans certains pays européens, les soldes en boutique n’existent pratiquement plus. Il faut en discuter. Nous allons certainement faire des tables rondes après les soldes pour voir comment nous pouvons évoluer. Les soldes sont-ils trop longs ? La clientèle est-elle encore motivée pour venir acheter en boutique sur plus d’un mois et demi ? Il faut refaire un débat, et voir ce que chacun veut faire pour peut-être trouver de nouvelles solutions parce que la concurrence d’Internet est aujourd’hui inéluctable et irréversible ».

Alexandre Pasta
Alexandre Pasta. Président de l’Union des commerçants et des artisans de Monaco. © Photo Clément Martinet / Monaco Hebdo

Baisse du pouvoir d’achat

À cette concurrence, s’ajoute aussi cette année une inflation record qui pèse sur le pouvoir d’achat des ménages. Confrontés à une hausse des prix de l’énergie, de l’alimentation ou encore du carburant, certains foyers privilégient en effet certains postes de dépenses au détriment d’autres, comme l’habillement ou l’électroménager, par exemple. « Il est vrai que le pouvoir d’achat baisse cette année à Monaco, comme partout ailleurs », déplore Alexandre Pasta, qui estime cependant que dans ce contexte, les soldes apparaissent d’autant plus comme le moment idéal pour faire de bonnes affaires. « Beaucoup de familles attendent les soldes avec impatience, car elles peuvent acheter des produits qu’elles ne pourraient pas se permettre d’acheter en temps normal. Mais, d’un autre côté, le commerce de rue doit aussi maintenir des marges pour pouvoir continuer à subsister. Il faut donc trouver un juste milieu pour que tous les deux soient contents. Mais ce n’est pas facile. »

« Dans certains pays européens, les soldes en boutique n’existent pratiquement plus. Il faut en discuter. Nous allons certainement faire des tables rondes après les soldes pour voir comment nous pouvons évoluer »

Alexandre Pasta. Président de l’Union des commerçants et artisans de Monaco (UCAM)

Face à cette crise inflationniste, qui pourrait encore durer quelque temps [à ce sujet, lire notre article Inflation, pouvoir d’achat : coup de chaud sur les prix, publié dans ce dossier spécial — NDLR], l’Union des commerçants et artisans de Monaco maintient le contact avec le gouvernement, sans pour autant solliciter une quelconque aide de sa part : « Nous avons été énormément aidés pendant la crise du Covid par différents fonds qui ont été débloqués pour cette période. D’ailleurs aujourd’hui, certains sont toujours en marche jusqu’à la fin de l’année. Concernant l’inflation, le gouvernement ne peut quand même pas non plus tout faire et tout gérer. Le commerçant doit prendre ses responsabilités et s’adapter à la situation. » Comme ils le font actuellement en proposant des remises importantes dès le début de ce mois de juillet 2022 : « Nous avons déjà de grosses réductions dans certains cas, parce qu’il faut attirer le client, et aussi pour se différencier des sites Internet qui, eux, arrivent à faire des prix toute l’année ». Selon Alexandre Pasta, les rabais pourraient même être encore plus intéressants en fin de soldes, à un moment où les commerçants chercheront à écouler leurs stocks pour rentrer de la trésorerie.

« Les gens se déplacent, et ils s’aperçoivent que Saint-Tropez, Alassio, Milan, et Londres sont ouverts les samedis et dimanches. Moi, je préconise vivement aux commerces de Monaco de faire l’effort de rester ouverts les week-ends importants de l’année »

Alexandre Pasta. Président de l’Union des commerçants et artisans de Monaco (UCAM)

La Monaco Sunday Experience renouvelée

Pour donner un coup de pouce aux commerçants, l’opération « Monaco Sunday Experience » a été renouvelée cette année. Au total, une centaine d’établissements ouvriront leurs portes tous les dimanches de l’été. Ce sera le cas, par exemple, des commerces situés au Métropole Shopping Monte-Carlo, au One Monte-Carlo, au centre commercial de Fontvieille, ou encore dans les ruelles de Monaco-Ville, qui reprennent vie après avoir souffert de l’absence des touristes pendant deux ans. Cette opération tombe à point nommé pour Alexandre Pasta, qui mise sur l’ouverture dominicale pour accroître la fréquentation des enseignes de la principauté les week-ends face à la concurrence des pays voisins. « Nous ne pouvons plus avoir de débat sur ce sujet. Les gens se déplacent, et ils s’aperçoivent que Saint-Tropez, Alassio, Milan, et Londres sont ouverts les samedis et dimanches. Moi, je préconise vivement aux commerces de Monaco de faire l’effort de rester ouverts les week-ends importants de l’année en principauté. Comme, par exemple, les week-ends du Yacht Show, de Pâques et du Grand Prix… Il faut que tout le monde en soit conscient », explique le président de l’Ucam. « C’est un travail de longue haleine, ça ne peut pas être positif du jour au lendemain. Mais, avec le gouvernement, nous sommes en totale osmose pour encourager les commerces et les commerçants à rester ouverts les dimanches de l’été », insiste Alexandre Pasta, qui espère que « l’élan va continuer » au-delà de cette période de soldes. Les boutiques participant à la Monaco Sunday Experience pourront d’ailleurs bénéficier du remboursement des cotisations patronales pour les dimanches travaillés, selon les conditions mentionnées sur la page dédiée du site Service Public Entreprises. La liste complète des enseignes ouvertes le dimanche est disponible sur le site de Monaco Sunday Experience

Publié le

Monaco Hebdo