mercredi 18 mai 2022
AccueilActualitésSociétéPas de cabinet pour Michel Roger

Pas de cabinet pour Michel Roger

Publié le

Michel Roger
« Henri Fissore va me rejoindre. Il sera chargé d'assurer l'accueil et le suivi des entrepreneurs et résidents intéressés par la principauté. Du travail l'attend déjà?! » © Photo Christophe Giraudeau / Monaco Hebdo.

Alors que l’idée circulait depuis quelques mois, Michel Roger coupe court à toutes les rumeurs?: il ne formera pas de cabinet. Et si la grande campagne de communication lancée par l’Etat monégasque démarre le 19 novembre, un point est sûr?: Monaco aura peut-être sa chaîne sur YouTube mais pas de porte-parole du gouvernement. Interview relue.

Monaco hebdo?: Vous venez de nommer Celine Cottalorda conseiller technique. On dit que vous souhaitez former un cabinet. C’est un premier signe??

Michel Roger?: Non. Le secrétariat du ministre d’Etat n’est pas l’équivalent d’un secrétariat général de gouvernement au sens français ou italien du terme. Ici, le secrétariat général gère non seulement les questions administratives, juridiques mais aussi politiques. Je trouve son fonctionnement efficace et si je crée un cabinet, je rends le système plus complexe. C’est aujourd’hui mon analyse.

M.H.?: Avant Jean-Paul Proust, vos prédécesseurs y avaient eu recours sans révolutionner le système??

M.R.?: J’ai pour l’instant deux collaborateurs directs. Marc Pauli s’occupe principalement des questions de protocole et des déplacements. Celine Cottalorda a aujourd’hui une double mission?: mener une réflexion stratégique avec le centre de presse sur la communication et assurer le suivi du programme annoncé pour renforcer l’attractivité de Monaco. Mon intention n’est pas de créer des circuits « en double » au sein de l’administration.

M.H.?: Pouvez-vous préciser??

M.R.?: Si je me réfère à mon expérience en France, quand j’étais directeur du cabinet du ministre français de l’Education nationale, le cabinet comportait seulement 14 collaborateurs alors même que ce ministère est le plus important en termes d’effectifs de fonctionnaires et d’usagers. Un cabinet ne doit avoir qu’une fonction d’impulsion et de suivi. Ici, à Monaco, il me paraît inutile que de nombreux conseillers techniques suivent le travail des conseillers de gouvernement. Mais sur des points essentiels de l’action gouvernementale, j’ai besoin de collaborateurs qui n’aient pas de tâches de gestion quotidienne et qui se consacrent totalement au suivi des dossiers prioritaires de la politique gouvernementale et à la réflexion. C’est ce que fait par exemple Celine Cottalorda sur le futur Institut monégasque de la statistique et des études économiques (IMSEE). Elle va le faire aussi sur le conseil stratégique pour l’attractivité. Sa mission ne remplace pas le travail des départements mais le complète.

M.H.?: Où en est-on justement de l’IMSEE??

M.R.?: J’annoncerai son architecture lors du prochain débat budgétaire.

M.H.?: Henri Fissore va suivre auprès de vous les relations auprès des investisseurs voulant s’implanter à Monaco. Ce sera un Monsieur attractivité en quelque sorte??

M.R.?:Henri Fissore va effectivement me rejoindre, pas comme conseiller technique, mais comme ambassadeur en mission. Il sera chargé d’assurer l’accueil et le suivi des entrepreneurs et résidents intéressés par la principauté. Du travail l’attend déjà?! Par exemple, hier j’ai rencontré un résident industriel italien intéressé pour installer ses bureaux à Monaco. La mission confiée à Henri Fissore ne va pas remplacer le travail du département des finances ni celui de la Chambre de développement économique (CDE). Il sera un facilitateur. Je ne veux pas prendre de retard sur l’attractivité.

M.H.?: Ce qui implique des mesures sur le plan législatif. Quel est le planning??

M.R.?:Nous déposerons le projet de loi sur les droits de mutation d’ici à la fin 2010. Puis nous nous donnons 6 mois environ pour rédiger le projet sur la modernisation de notre droit économique qui reprendra certains textes aujourd’hui à l’étude au Conseil national.

M.H.?: Henri Fissore va-t-il garder ses fonctions diplomatiques. Il souhaiterait conserver son statut d’ambassadeur au Portugal??

M.R.?:Il gardera au moins certaines de ses fonctions actuelles.

M.H.?: La campagne de communication sera présentée le 15 novembre. Monaco a visiblement envie de communiquer mieux et davantage. Avez-vous en projet de créer un poste de porte parole du gouvernement??

M.R.?:Concernant la campagne de communication, il ne s’agit pas de communiquer mieux mais de changer la perception et l’image de Monaco. C’est sans doute la première fois dans le monde qu’un Etat communique en tant que tel, non pas simplement pour vanter une destination touristique ou économique, mais en tant qu’institution.

Quant à la création d’un porte-parole je ne pense pas qu’elle soit utile.

M.H.?: Cette campagne sera lancée au moment de la fête nationale. Ce n’est pas anodin. On peut légitimement supposer que cette fête nationale aura une tonalité particulière??

M.R.?:C’est vrai, cela sera en effet la première fois, dans cette circonstance, que Mademoiselle Charlene Wittstock apparaîtra aux côtés du prince souverain. Elle vient d’accomplir un déplacement officiel au Japon, mais le 19 novembre verra sa première apparition officielle le jour de la fête du prince à Monaco. Ce sera un moment de joie pour tous les Monégasques et résidents.

M.H.?: Un mot sur la campagne de communication qui reste très secrète jusqu’à présent?? Peut-on envisager Monaco sur Youtube, Facebook ou Twitter??

M.R.?:Vous constaterez que cette campagne est très innovante par ses visuels, ses messages et sa signature. Nous travaillons par ailleurs à la création d’une chaîne sur Youtube. Sur Internet, notre portail va être modernisé et, à l’occasion de la campagne, il y aura un portail spécifique.

M.H.?: Les rumeurs parlent toujours d’une entrée au gouvernement de l’ancien administrateur de l’ASM et de la SBM, Marco Piccinini. Et on évoque même qu’il serait repoussé en janvier??

M.R.?: Je ne dirai rien de plus?: le calendrier appartient au prince souverain.

Publié le

Monaco Hebdo