samedi 1 octobre 2022
AccueilActualitésRestauration et hôtellerie : menace de grève pendant le Grand Prix

Restauration et hôtellerie : menace de grève pendant le Grand Prix

Publié le

Une partie des salariés de l’hôtellerie et de la restauration de Monaco a fait grève pendant le Grand Prix historique, la plupart pour une durée de 24 heures, samedi 14 mai 2022, dans l’espoir d’obtenir une hausse de salaire, avec une revalorisation du salaire minimum à 2 250 euros brut, et de meilleures conditions de travail. Une centaine de manifestants s’est réunie place d’Armes, parmi des salariés du Monte Carlo One, du Fairmont, du Café de Paris, du Columbus, ou encore de l’hôtel de Paris. Le syndicat des cuisiniers, mais aussi le syndicat des cafés, hôtels et restaurants affiliés à l’Union des syndicats de Monaco (USM) organisaient le mouvement. Mouvement qui n’a pas été sans conséquence, puisque Le Grill, faute de personnel suffisant, n’a pas été en mesure d’ouvrir le samedi, alors que le Café de Paris a dû fermer en soirée. Près de 200 salariés de la Société des Bains de Mer (SBM) ont fait grève le 14 mai. La direction de la SBM estime de son côté que les salaires ont déjà été revalorisés de 3 % « dès le 1er avril 2022 dans l’hébergement et la restauration », en plus d’une indemnité de transport « étendue à 900 bénéficiaires supplémentaires, et revalorisée de 21 % ». Loin d’être convaincus, les manifestants, encadrés par l’USM, préviennent déjà que le mouvement pourrait s’étendre au Grand Prix de Formule 1 (F1), entre le 28 et le 29 mai 2022, faute d’engagements clairs et précis d’ici là par l’ensemble des établissements.

Publié le

Monaco Hebdo