samedi 1 octobre 2022
AccueilActualitésInternationalGuerre en Ukraine : comment Monaco tend la main aux réfugiés ukrainiens

Guerre en Ukraine : comment Monaco tend la main aux réfugiés ukrainiens

Publié le

Le 17 mars 2022, à l’occasion d’une allocution télévisée, le prince Albert II a expliqué comment Monaco participera à l’aide internationale en faveur de l’Ukraine. Une cellule de coordination dédiée à l’accueil et au soutien des réfugiés a notamment été créée.

« Je souhaite que la principauté de Monaco prenne toute sa part dans l’effort extraordinaire de solidarité internationale. Nous participerons donc à cet élan, à notre mesure et avec les moyens qui sont les nôtres. » Alors que la guerre en Ukraine se poursuit, le prince Albert II a pris la parole dans la soirée du 17 mars 2022, afin d’expliquer comment son pays s’implique pour venir en aide à celles et ceux qui souffrent. Alors que Monaco Hebdo bouclait ce numéro le 22 mars 2022, le nombre de réfugiés ukrainiens s’élevait à plus de 3 millions. À Marioupol, 30 000 personnes avaient été évacuées en seulement une semaine. Dans la région de Kharkiv, au moins 27 personnes avaient été tuées le 17 mars 2022, victimes de frappes russes. « La principauté de Monaco se joint aux appels de la communauté internationale en faveur du respect du droit humanitaire. L’évacuation des civils par le biais de couloirs dédiés doit être facilitée, et assurée, en toute sécurité », a plaidé Albert II. Avant de renouveler son soutien à l’Ukraine, qui fait face à l’invasion russe depuis le 24 février 2022 : « Au nom de ma famille et des Monégasques, je tiens à exprimer, encore une fois, mon entière solidarité à la population ukrainienne, victime de ces opérations militaires. »

Sur les 15 000 « déplacés » ukrainiens arrivés en France au 15 mars 2022, ils seraient près de 1 800, accueillis par la ville de Nice et par des bénévoles qui ont du mal à faire face

« Expertise »

Le chef d’État a ensuite révélé les contours de l’aide que Monaco va apporter. « Nos écoles, nos bénévoles et nos ressources disponibles seront mobilisés pour accueillir, accompagner, et soutenir ces personnes déplacées et vulnérables. À cet effet, j’ai demandé à mon gouvernement de mettre en place une cellule de coordination dédiée à l’accueil et au soutien des réfugiés de cette guerre », a indiqué le prince Albert. On se souvient qu’une aide d’urgence de 150 000 euros a déjà été débloquée par l’État monégasque. Désormais, c’est toute la principauté qui se mobilise. La mairie de Monaco via une souscription, le diocèse, les clubs sportifs avec des levées de fonds, la société civile… Même les ballets de Monte-Carlo, dirigés par Jean-Christophe Maillot, ont pris leurs distances avec le ballet du Bolchoï. Les droits de présentation de La mégère apprivoisée ont ainsi été suspendus. Créé au Bolchoï, à Moscou en 2014, La mégère apprivoisée est une composante du répertoire de cette compagnie de ballet, créée en 1776. « La Croix-Rouge Monégasque apportera également toute son expertise en matière de gestion de crises humanitaires. Et je sais que de nombreuses autres entités de la société civile monégasque sont aussi à pied d’œuvre pour soutenir les efforts déployés à l’échelle locale et internationale », a assuré le prince Albert II. Et puis, il y a aussi les aides individuelles. Parce que, dans une situation de guerre, chaque effort compte. « D’avance, je remercie toutes celles et tous ceux qui accompagnent et accompagneront cet élan de solidarité, si cher à nos valeurs », a d’ailleurs souligné le chef d’État.

Prince Albert Monaco aide réfugiés Ukrainiens
« Je souhaite que la principauté de Monaco prenne toute sa part dans l’effort extraordinaire de solidarité internationale. Nous participerons donc à cet élan, a notre mesure et avec les moyens qui sont les nôtres. » Le prince Albert II. © Photo Gaetan Luci / Palais Princier

« Nos écoles, nos bénévoles et nos ressources disponibles seront mobilisés pour accueillir, accompagner, et soutenir ces personnes déplacées et vulnérables. À cet effet, j’ai demandé à mon gouvernement de mettre en place une cellule de coordination dédiée à l’accueil et au soutien des réfugiés de cette guerre »

Le prince Albert II

« Aujourd’hui, on est dépassés »

On se souvient qu’en mars 2015, et alors qu’ils étaient menacés de mort dans leur pays, 35 réfugiés irakiens et syriens avaient été accueillis à Monaco et à Beausoleil. Ils étaient alors suivis par le Collectif réfugiés d’Orient (CRO). Alors que Monaco Hebdo bouclait ce numéro le 22 mars 2022, aucun chiffre ne circulait, mais le nombre de réfugiés ukrainiens pourrait être plus important que lors de l’opération organisée en 2015 pour l’Irak et la Syrie. Le 18 mars 2022, dans une interview à Monaco-Matin, le ministre d’État, Pierre Dartout a détaillé ce dispositif d’aide. Il a indiqué qu’une « trentaine de ressortissants ukrainiens sont à Monaco, en plus de 171 résidents, parce qu’ils ont ici des amis ou de la famille ». Ils ont été invités à se déclarer à la direction de la sûreté publique, afin d’être enregistrés par les services de l’État monégasque. Mais c’est surtout dans les Alpes-Maritimes que les réfugiés ukrainiens affluent. Sur les 15 000 « déplacés » ukrainiens arrivés en France au 15 mars 2022, ils seraient près de 1 800, accueillis par la ville de Nice et par des bénévoles qui ont du mal à faire face. Interrogée par Le Monde, Véronique Borré, qui pilote l’agence de sécurité sanitaire environnementale et de gestion des risques dans la métropole de Nice, a été claire : « Aujourd’hui, on est dépassés. On n’a plus la capacité de les accueillir dignement ici. » C’est donc là que Monaco a un rôle à jouer. « Nous avons un dialogue permanent avec la préfecture des Alpes-Maritimes pour savoir comment on peut s’inscrire dans la prise en compte de ces personnes, a expliqué Pierre Dartout à Monaco-Matin. Il y a notamment des familles qui pourront venir directement à Monaco, et qui feront des démarches, en bonne coordination avec la France. » Quant à la cellule de coordination annoncée par le prince Albert, elle fonctionnera avec les compétences croisées du département de l’intérieur, des affaires sociales et de la santé, des relations extérieures et de la coopération, et de la Croix-Rouge monégasque. « Cette cellule est chargée de veiller aux titres, aux logements, et aux actions sociales et scolaires à mettre en œuvre pour ces ressortissants », a ajouté le ministre d’État.

À Monaco, les réfugiés bénéficieront de titres de séjour, qui se matérialiseront sous la forme de cartes de résidents provisoires. Ces titres de séjour seront renouvelés « autant de fois que nécessaire »

« Enjeux »

À Monaco, les réfugiés bénéficieront de titres de séjour, qui se matérialiseront sous la forme de cartes de résidents provisoires. Ces titres de séjour seront renouvelés « autant de fois que nécessaire » a assuré Pierre Dartout, tout en reconnaissant que trouver des logements disponibles à Monaco était « un défi ». « Nous allons mobiliser un certain nombre de moyens en liaison avec la France, pour que l’on puisse répondre à cette demande », a assuré le ministre d’État, sans en dire davantage. Chaque réfugié bénéficiera d’une aide de 15 euros par jour, et par personne, sous la forme de tickets services, donnant notamment accès à de l’alimentation. « Cela pourra être consolidé par d’autres dispositifs s’il s’agit de personnes âgées ou handicapées, par exemple. Au regard du profil des familles, nous pouvons mettre en œuvre d’autres mesures d’ordre social », a souligné Pierre Dartout. En ce qui concerne les soins, les réfugiés seront pris en charge par la sécurité sociale monégasque. Pour celles et ceux qui le désirent, « tout sera mis en œuvre pour leur procurer un emploi », et l’obtention d’un titre de travail en principauté leur sera « facilitée ». Quant aux enfants, ils seront pris en charge de façon « personnalisée » dans les écoles de la principauté, avec notamment une aide pour l’apprentissage de la langue. Ils auront accès à toutes les activités culturelles et sportives proposées à Monaco, notamment via le Pass’Sport Culture et le centre de loisirs prince Albert II. Selon l’Institut monégasque de la statistique et des études économiques (IMSEE), il y a en principauté 820 résidents de nationalité russe et 171 Ukrainiens. À ce jour, aucune tension particulière n’a été constatée entre ces deux communautés, pas plus que dans les établissements scolaires. Mais la situation n’est pas figée. « L’éducation nationale monégasque a conscience du sujet. Elle est très responsable face à ses enjeux, et elle prend toutes les dispositions pour prévenir cela. Les enseignants parlent aux enfants du conflit de la manière la plus objective », a assuré Pierre Dartout. Le 17 mars 2022 au soir, jour de la Saint Patrick, le prince Albert II a terminé son intervention télévisée en formulant un vœu : « En ce jour ou la couleur verte est à l’honneur, faisons en sorte qu’elle soit plus que jamais celle de l’espérance pour tous ceux qui souffrent. » Pour l’instant, l’espérance passe par l’exode pour une bonne partie de la population ukrainienne.

Publié le

Monaco Hebdo