jeudi 19 mai 2022
AccueilPolitiqueConseil national : Stéphane Valeri réélu président

Conseil national :
Stéphane Valeri réélu président

Publié le

Sans surprise, l’union sacrée se poursuit dans les rangs du Conseil national. Le 5 avril 2022, le président sortant de l’Assemblée, Stéphane Valeri, a été reconduit dans ses fonctions à l’unanimité des présents, pour ce qui constitue la dernière année de la mandature de la majorité Priorité Monaco (Primo !), avant les élections de février 2023. En l’absence de Franck Julien, Brigitte Boccone-Pagès a également été confirmée au poste de vice-présidente. Le renouvellement du bureau du Conseil national, qui revient chaque année, est un moment qui permet de « tester » la solidité de la majorité en place « Cette année encore, nous avons pu travailler dans l’union nationale de tous les élus des Monégasques, dans le respect réciproque des idées et de la diversité des opinions de chacune et de chacun. J’ai tenu en permanence à associer mes 23 collègues aux réflexions et aux décisions de notre Assemblée. On l’a vu particulièrement depuis la crise sanitaire, l’union nationale, c’est faire passer avant tout l’intérêt général de notre pays, mais cela suppose une capacité à travailler en équipe, ensemble, pour faire jouer au Conseil national tout son rôle dans nos institutions », a souligné Stéphane Valeri. Concernant le plan logement annoncé par le prince Albert II en mars 2019 et qui doit déboucher sur la construction de 1 500 appartements d’ici 2033, le président du Conseil national a assuré qu’en 2023, « tous les foyers monégasques dont la situation le justifie seront bien logés dans leur pays ». « Fin 2022, la pénurie de logements sera derrière nous », avait indiqué Franck Lobono à Monaco Hebdo en septembre 2019. La promesse semble donc sur le point d’être tenue. Quant aux enfants du pays, ils verront le secteur protégé s’ouvrir à eux. Sur le plan sociétal, Stéphane Valeri a égrené les textes qui ont jalonné les années Primo ! : « Le 11 novembre 2019, une loi très symbolique venait enfin dépénaliser l’avortement, ce qui mettait enfin nos textes en phase avec les réalités de notre temps. Le 17 décembre 2019, était aussi reconnue dans la loi monégasque l’union libre, ou encore contrat de vie commune, entre deux personnes qui s’aiment, quelle que soit leur orientation sexuelle, sans pour autant porter atteinte à l’institution du mariage. Sur le plan des évolutions de la société en matière de santé et de bien-être, nous avons aussi voté une loi attendue permettant de mieux reconnaître les pratiques non conventionnelles participant au mieux-être, votée le 15 décembre 2021, et qui entrera en vigueur en janvier 2023. » Avant février 2023, la priorité sera donnée à de nouveaux textes de lois, notamment celui sur la technologie blockchain, ou encore la loi sur la protection des données personnelles, « sans laquelle Monaco ne pourra pas échanger efficacement avec le marché européen », a rappelé Valeri. Il sera aussi question du vote d’une loi sur la protection des droits des femmes, supprimant « des dispositions obsolètes et inégalitaires », ou encore de celle qui fixe la mise en place d’un fonds d’indemnisation des victimes d’infractions pénales. Autre sujet d’importance : la loi sur la modernisation du statut des fonctionnaires, qui facilite notamment la mobilité, renforce la formation, allonge le congé paternité et le congé de soutien familial, « et bien d’autres avancées dont certaines sont toujours en discussion avec le gouvernement ». Enfin, le Conseil national n’oublie pas la construction d’un nouvel établissement pour personnes âgées dépendantes. Une décision est attendue d’ici fin 2022.

Publié le

Monaco Hebdo