lundi 23 mai 2022
AccueilActualitésSportPour un repreneur à l'ASM?

Pour un repreneur à l’ASM?

Publié le

Ballon de Football
© Photo D.R.

Alors que dans l’équipe rouge et blanc, l’ambiance n’est pas au beau fixe, certains élus posent la question de l’ouverture du capital à un investisseur extérieur.

Les matches se succèdent et les résultats ne sont toujours pas au rendez-vous. Pour l’ASM, il est de plus en plus difficile de s’éloigner de la zone des reléguables. Mais aujourd’hui, c’est son avenir financier qui fait débat. Logique?: c’est sur près de 5 millions d’euros que doivent mettre une croix les parlementaires pour le budget de l’Etat, 3 % de la redevance de la Société des bains de mer étant reversée au club de football pour colmater son déficit. « Durant l’exercice 2009-2010, la SBM a contribué au financement de l’ASM Football Club à hauteur de 6,380 millions d’euros, ce qui n’a pas empêché le club d’afficher un déficit de plus de 7,390 millions d’euros, explique ainsi Alexandre Bordero, président de la commission des finances du conseil national. Dans leur budget prévisionnel pour 2010/2011, les dirigeants du club avaient inscrit la somme de 6,5 millions au titre de la participation financière de la SBM mais celle-ci devrait finalement être réduite à 5 millions en raison des mauvais résultats de la SBM. Dans la meilleure des hypothèses, qui classe le club à la 8ème place en fin de saison, en incluant la contribution de la SBM au financement du club, son déficit avoisinerait de toute façon les 2 millions d’euros. »

L’exemple de Chelsea

Le 10 novembre dernier, l’ensemble des parlementaires UPM ainsi que Pierre Svara, aujourd’hui indépendant, ont approuvé la reconduction du financement via la SBM pour une année. « Nous avons indiqué au gouvernement que l’année prochaine il devait revenir devant le conseil national avec une solution de financement pérenne et qui ne puisse mettre, même indirectement, à contribution les finances publiques », tonne Alexandre Bordero. Mais de son côté, l’opposition n’était pas franchement d’accord pour accepter ce deal cette année. « Rassemblement & Enjeux ainsi que 3 autres élus ont assorti leur vote d’une demande de présentation d’un projet incluant une recapitalisation de la situation financière du club pour au moins 3 ans, un projet sportif remettant en avant l’esprit d’équipe, l’abnégation de chacun des joueurs, l’image de l’ASM depuis 30 ans avec de grandes qualités sportives », souffle Laurent Nouvion. Qui ajoute?: « Pourquoi pas un partenariat 50/50 avec un investisseur extérieur et des nouvelles conditions de gestion du club pour un délai limité de 3 à 5 ans?? » Une logique qui laisse pantois Alexandre Bordero?: « Cette solution consistait à stopper toute forme d’aide financière au club en attendant un éventuel repreneur, au risque de signer son arrêt de mort financier et donc sa relégation en deuxième division. Les supporters de l’ASM apprécieront… »

Au-delà des querelles politiques, il est certain que le gouvernement devra trouver une solution, pour éviter que le club rouge et blanc ne pèse plus sur le budget de l’Etat. La reprise des parts de MFI par un nouvel actionnaire, MSP, n’a visiblement guère suffi à renflouer l’ASM. Faut-il alors passer la main à un investisseur étranger?? L’idée avait certes été balayée d’un revers de la main dans le passé mais rien n’est gravé dans le marbre. La décision appartient au palais. « Les décisions de l’ASM font parties du domaine réservé de la plus haute autorité, ce qui est tout à fait normal, explique ainsi Laurent Nouvion. Cela étant, lorsqu’on regarde ce qui se passe outre-Atlantique avec des clubs comme Manchester City ou Chelsea, qui évoluent au top du football européen, on peut se poser la question de l’ouverture naturelle sur un investisseur extérieur. L’ASM est l’un des principaux vecteurs de communication du pays, chaque semaine?! L’ASM aussi a un rôle à part à jouer en Europe?! »

Publié le

Monaco Hebdo