jeudi 6 octobre 2022
AccueilActualitésSociétéWKW Monaco : 63 emplois menacés

WKW Monaco : 63 emplois menacés

Publié le

WKW Monaco devrait arrêter définitivement son activité de production en principauté d’ici la fin de l’année 2022. La direction du groupe pourrait la transférer en Tunisie et à Valréas, dans le Vaucluse, pour diminuer ses coûts de production. Un plan social prévoit donc de licencier 63 salariés, qui manifestent contre cette décision depuis mercredi 8 juin 2022.

Vous les avez peut-être entendus manifester devant le stade Louis II et la direction du travail, sifflets et klaxons retentissants. Depuis le mercredi 8 juin 2022, des salariés de l’usine WKW Monaco, ex Silvatrim, font grève contre un plan social qui devrait se conclure par le licenciement de 63 employés de différents secteurs, notamment des agents de production, des agents de contrôle, des conducteurs de ligne, des techniciens de méthode, ou encore de maintenance. L’ensemble des métiers liés à la production, en soi. Cette entreprise de Fontvieille, qui fabrique principalement des composants plastiques pour l’industrie automobile, subit en effet la décision de la direction générale, allemande, qui a décidé de stopper sa production à Monaco pour la délocaliser en Tunisie, et à Valréas, dans le Vaucluse, où les coûts de production, et surtout les loyers, promettent d’être moins élevés qu’en principauté.

© Photo Clément Martinet / Monaco Hebdo

Dès 2023, seuls 11 postes du pôle de production devraient ainsi être conservés, « sans que l’on sache ce qu’ils deviendront réellement au sein de l’entreprise », se questionne Linda Boudrahem, déléguée syndicale et déléguée du personnel chez WKW Monaco

Fin de la production

La nouvelle est tombée le 19 mai 2022. L’entreprise WKW Monaco, au capital de 9,6 millions d’euros, comme le mentionnait le Journal Officiel de la principauté le 8 avril 2022, devrait se défaire de son unité de production d’ici fin décembre 2022, pour ne se consacrer qu’à son unité de développement dans ses locaux de Fontvieille, situés rue du Gabian. En 2020, déjà, 21 salariés avaient quitté l’entreprise de Monaco, dans le cadre d’un plan de départs volontaires. Dès 2023, seuls 11 postes du pôle de production devraient ainsi être conservés, « sans que l’on sache ce qu’ils deviendront réellement au sein de l’entreprise », se questionne Linda Boudrahem, déléguée syndicale et déléguée du personnel chez WKW. Le mouvement de grève, lancé le 8 juin 2022, ne consiste donc pas à sauver la partie production de WKW Monaco, condamnée à disparaître, mais plutôt à négocier les indemnités proposées par la direction dans le plan social. Indemnités insuffisantes aux yeux des délégués du personnel, alors que le plan de négociation devrait arriver à son terme le 21 juin 2022, avec une éventuelle signature d’accord. Mais rien n’est gagné, car le dialogue est grippé entre les manifestants et leur direction.

« Nous sommes sacrifiés au profit de ces autres entreprises du groupe. alors que c’est grâce au site de Monaco, la maison mère, qu’elles existent » 

Didier Giaufret. Délégué du personnel

Vers la Tunisie et Valréas

La quarantaine de salariés en grève compte sur la direction du travail pour les aider dans cette négociation. Car, selon eux, la direction de WKW Monaco ne souhaite pas reprendre le dialogue tant que le mouvement de grève perdure, ce qui était encore le cas jusqu’au lundi 13 juin 2022 après-midi. Ce mouvement avait alors été reconduit à l’unanimité : « C’est le motif qui nous a été présenté jeudi 9 juin 2022, quelques minutes avant la réunion que nous devions rejoindre avec la direction », regrette Linda Boudrahem, alors que les machines de WKW Monaco devraient commencer à quitter l’usine de Fontvieille au cours du mois de juillet 2022, pour rejoindre les unités de Valréas et de Tunisie. « Nous sommes sacrifiés au profit de ces autres entreprises du groupe. Alors que c’est grâce au site de Monaco, la maison mère, qu’elles existent », estime le délégué du personnel Didier Giaufret. Une situation que regrette également l’Union des syndicats de Monaco (USM), et son secrétaire général, Olivier Cardot : « Une fois encore, Monaco perd un membre de son tissu industriel. C’est une longue fuite en avant qui s’observe en principauté, depuis des années maintenant. » Contactée à plusieurs reprises, la direction de WKW Monaco n’a pas donné suite à nos sollicitations, avant le bouclage de ce numéro, mardi 14 juin 2022.

Publié le

Monaco Hebdo