lundi 23 mai 2022
AccueilActualitésSociétéSNCF : les « super rames » bientôt sur les rails

SNCF : les « super rames » bientôt sur les rails

Publié le

Après 6 mois de travaux, la rénovation de la seconde partie du tunnel de Monaco est terminée depuis le 4 avril. Une contrainte de moins pour les usagers de la ligne Les Arcs-Vintimille, qui dessert Monaco. Alors que des trains régionaux sur deux niveaux de plus grande capacité devraient circuler bientôt.

 

Près d’un an de travaux entre septembre 2013 et avril 2015 auront été nécessaires pour remettre en état les structures d’un tunnel de Monaco vieillissant. « On avait une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Car si on ne faisait rien, la structure du tunnel aurait pu ne plus permettre à aucun train de circuler. On avait encore certainement du temps devant nous. Mais il y avait tout de même cette menace » explique Gauthier Verrier, directeur délégué d’activité TER sur la Côte d’Azur. Depuis le 4 avril, la zone située entre Monaco et Menton a été pleinement remise en service. Les deux voies sont dorénavant en circulation. « Une petite prouesse technique » pour la direction parce que pendant ces travaux, des trains circulaient tout de même. « Ça s’est bien passé, en respectant les délais et en arrivant à faire ce que l’on souhaitait » confirme Gauthier Verrier.

 

120

Satisfaction aussi pour les usagers qui retrouvent les 120 trains quotidiens d’avant travaux. « Les gares de Carnolès et de Roquebrune-Cap-Martin, non desservies pendant deux fois 6 mois, le sont à nouveau. Les gares d’Eze et de Cap-d’Ail, qui avaient une desserte moins importante, retrouvent leur niveau d’avant septembre 2013. Enfin, les trains avec leur terminus à Monaco retrouvent leur terminus à Menton. » Simultanément, la SNCF Paca a proposé une nouvelle grille d’horaires sur la ligne Les Arcs-Vintimille, qui dessert Monaco. « Ce ne sont pas des horaires d’été. Ce sont seulement de nouveaux horaires liés à la fin des travaux du tunnel » souligne le directeur.

En espérant que cela fonctionne correctement. Car le réseau régional a rencontré de très nombreuses difficultés en 2014. Des difficultés qu’il aimerait voir derrière lui. « Un plan de redressement a été lancé à la mi-février. On constate que la situation n’est pas encore au niveau que l’on souhaite. Même si on a des compositions de train qui sont 9 fois sur 10 conformes à ce que l’on veut. Mais très clairement, nous ne sommes pas encore au niveau attendu, parce qu’on continue à avoir des suppressions de train. »

Gauthier-Verrier-2-@-SNCF
Gauthier Verrier © Photo SNCF

Régio 2N

Nouvel enjeu à venir, les 16 rames commandées et payées par la région Paca au constructeur Bombardier. Des trains nouvelle génération, d’une plus grande capacité, qui tardent à entrer en service là où on les attend le plus. Mais bonne nouvelle : les premières circulations ouvertes aux clients se feront dans les prochains jours. « Sur ces 16 rames, 5 ont été livrées et vont être utilisées dès le mois d’avril, le week-end, entre Marseille et Nice » annonce le directeur délégué. Trois autres rames seront livrées pour le début de l’été et seront utilisées sur du trafic TER jusqu’à Menton. « A la fin de l’année, elles le seront jusqu’à Vintimille » ajoute Verrier. Pourquoi cette lenteur entre la livraison et la mise en service effective ? « Quand on a un nouveau matériel qui arrive, il faut que l’on forme nos conducteurs, que l’on ait toutes les autorisations du gendarme du rail pour que ces rames puissent rouler. Et puis, il faut qu’on fasse des marches à blanc pour s’assurer que tout va bien. Ce n’est pas parce qu’elles arrivent qu’on peut tout de suite les mettre en circulation » explique Gauthier Verrier.

 

Flux

« A partir du moment où nous avons la moitié des rames, nous sommes capables, dans la construction de nos graphiques de roulement, d’assurer suffisamment de rotations pour avoir plus de trains que simplement le week-end », insiste le directeur délégué d’activité TER sur la Côte d’Azur. Ces trains de plus grande capacité ont été achetés par la Région pour répondre aux besoins sur un axe très fréquenté. Alors qu’aujourd’hui une rame peut accueillir jusqu’à 450 voyageurs, ces nouvelles rames à double niveau permettront de monter jusqu’à 490. « Elles font 10 % de plus que les rames actuelles. Ce qui veut dire que lorsque nous allons les doubler, on aura des trains capables de faire voyager 1 000 personnes. »

Autre soulagement, ces rames ont vocation à être utilisées quasi-exclusivement pour desservir la Côte d’Azur. Et, « bien entendu, sur les périodes de pointe lorsque l’on a nos plus gros flux. » L’arrivée de ce nouveau matériel va donc enrichir le parc ferroviaire de la SNCF en Paca et laisse espérer moins de suppressions de trains de dernière minute. « Aujourd’hui, ça répond à “mieux” de train. Cela ne répond pas à plus de train. L’intérêt, c’est de faire voyager nos clients dans de meilleures conditions, leur offrir plus de place et un matériel moins soumis aux pannes » conclut Gauthier Verrier.

 

Fraude : la lutte va s’intensifier

Comme au plan national, le réseau SNCF Paca intensifie sa lutte contre la fraude. La région fait d’ailleurs figure de mauvais élève, avec un taux de fraude fin 2014 de plus de 15 %. Un système est en train d’être élaboré pour une lutte plus efficace contre les tricheurs. « Un système qui concernera toutes les gares, tous les axes et qui doit concerner tous les clients » prévient Gauthier Verrier. Le directeur délégué d’activité TER sur la Côte d’Azur nuance ses propos : « Notre but, c’est de ne pas pénaliser les gens qui paient. Ce serait ajouter une difficulté supplémentaire dans un trajet qui n’est déjà pas simple… »

 

Publié le

Monaco Hebdo