dimanche 26 juin 2022
AccueilActualitésSociétéSalaires et conditions de travail à Monaco : des avancées en vue ?

Salaires et conditions de travail à Monaco : des avancées en vue ?

Publié le

Depuis leur dernière rencontre le 17 juin 2022, le gouvernement monégasque et les partenaires sociaux travaillent à la mise en œuvre d’une grille de salaires minimums. À la Société des bains de mer (SBM), la direction a également accordé deux nouvelles primes à l’ensemble de ses salariés.

Le dialogue se poursuit entre le gouvernement et les partenaires sociaux, après la série de grèves et de manifestations survenues au moment du Grand Prix de Formule 1 (F1), au sujet des salaires et des conditions de travail à Monaco, notamment dans l’hôtellerie et la restauration. Le conseiller-ministre pour les affaires sociales et la santé, Christophe Robino, a rencontré vendredi 17 juin 2022 la direction du travail, les représentants de l’union des syndicats de Monaco (USM) du secteur de l’hôtellerie et de la restauration, mais aussi les représentants de l’association des industries hôtelières monégasques (AIHM), en présence de membres de la fédération de syndicats de Monaco (F2SM). Objectif : évoquer la mise en place d’une grille de salaires dans le secteur. Il a été évoqué la mise en œuvre d’une grille définissant des minima salariaux identiques à ceux adoptés récemment en France : « Il est à noter que, depuis 1999, il n’y avait pas eu d’accord pour une réactualisation de ces grilles qui font défaut à la profession. Le gouvernement, préoccupé par la qualité de vie des salariés, a invité les partenaires sociaux à poursuivre les discussions et s’engage à les accompagner dans ces échanges », précise le gouvernement, par le biais d’un communiqué de presse. Le gouvernement poursuivra par ailleurs, dans le cadre du conseil stratégique pour l’attractivité et en lien avec les départements concernés, une réflexion visant notamment à continuer d’améliorer les conditions d’accessibilité et de transport.

Il a été évoqué la mise en œuvre d’une grille définissant des minima salariaux identiques à ceux adoptés récemment en France : « Il est à noter que, depuis 1999, il n’y avait pas eu d’accord pour une réactualisation de ces grilles qui font défaut à la profession », souligne le gouvernement monégasque

Des primes à la SBM

Concernant le dernier mouvement de grève du personnel de la sûreté, pendant le Grand Prix de Monaco, la direction de la Société des bains de mer (SBM) a aussi fait des propositions pour apaiser la situation. Elle rappelle ainsi la mise en place d’un « certain nombre de mesures » visant à réévaluer le salaire de ces salariés « de manière conséquente et dans un délai très court ». Parmi ces mesures, figure une « prime Grand Prix », pour un montant de 100 euros par jour de travail effectif, « alors que ces derniers n’étaient pas inscrits dans les bénéficiaires historiques de cette prime ». L’ensemble des salariés en CDI sur la grille de salaires des personnels de sûreté ont été revalorisés de 100 euros minimum par mois, avec des perspectives d’évolution au sein de chaque catégorie de poste. Pour rappel, compte tenu des dispositions conventionnelles, « les salaires de cette catégorie de personnel ont été indexés à hauteur de 2,49 % au 1er avril 2022, et le seront à nouveau en juillet 2022 et en octobre 2022, selon l’évolution de l’inflation alors constatée ». À ces deux mesures s’ajoutent, pour tous les salariés SBM, la mise en place d’une prime de transport d’un montant de 40 euros net par mois, pour pallier les difficultés de déplacement, et l’octroi d’une prime « pouvoir d’achat », pour un montant compris entre 150 euros et 600 euros, en fonction du niveau de salaire, afin de compenser l’inflation sur les prix à la consommation.

Publié le

Monaco Hebdo