dimanche 29 janvier 2023
AccueilActualitésSantéDépistage du Covid-19 : la relève est là

Dépistage du Covid-19 : la relève est là

Publié le

Depuis le 15 juillet 2020, médecins de ville, infirmiers libéraux et pharmaciens ont pris le relais de la campagne de dépistage gratuite lancée le 19 mai 2020 par le gouvernement, et qui a donc pris fin le 14 juillet. Environ 36 000 personnes ont ainsi pu bénéficier d’un dépistage rapide par Trod. Estimant que ces tests ont permis de participer à la lutte contre la pandémie de Covid-19, le gouvernement a donc décidé de poursuivre cette logique. Dûment formés, médecins libéraux, infirmiers libéraux et pharmaciens d’officine sont prêts à réaliser des Trod à toutes les personnes qui le désirent. Au préalable, il suffira au patient de remplir une autorisation de prise de sang capillaire Trod. Le suivi médical des cas positifs sera directement assuré par la direction de l’action sanitaire. Cette fois, le coût ne sera pas assumé par l’Etat, mais par le patient : « Pour l’infirmier ou le pharmacien, les honoraires dus par la personne testée au moyen de ce dispositif comprennent une part fixe de 10 euros, correspondant au coût du Trod, et une part ne pouvant excéder 15 euros, correspondant à la réalisation de l’acte. Pour le médecin libéral, les honoraires dus par la personne testée au moyen de ce dispositif comprennent également une part fixe de 10 euros et une part correspondant à la consultation », détaille le gouvernement dans un communiqué. Ces tests sérologique viennent en complément du test virologique (PCR), qui est « pertinent pour le diagnostic de la phase active du Covid-19 », rappelle ce même communiqué du gouvernement.

Publié le

Les plus lus

Françoise Berthoud : « La véritable sobriété numérique doit créer du changement...

Alors qu’en cas de fortes tensions sur le réseau électrique les risques de coupures sont réels, le gouvernement monégasque appelle à une modération de la consommation de chacun. Cela passe aussi par la sobriété dans l’utilisation des objets numériques. Monaco Hebdo a pu interroger Françoise Berthoud, ingénieure de recherche au CNRS et directrice du groupement de service EcoInfo, qui travaille depuis le début des années 2 000 sur la pollution numérique. Aujourd’hui, cette pollution représente 4 % du total des émissions de CO2 au niveau mondial. Interview.

Alexandre Boin nouveau directeur du CREM

Monaco Hebdo