mardi 17 mai 2022
AccueilPolitiqueMonaco réitère son engagement au pacte mondial sur les réfugiés

Monaco réitère son engagement au pacte mondial sur les réfugiés

Publié le

Tout a commencé en décembre 2018, lorsque Monaco a soutenu l’adoption du pacte mondial sur les réfugiés, un pacte international encadré par les Nations Unies, qui vise à mieux répondre aux mouvements massifs de réfugiés, par le biais de la coopération entre États. Une initiative plutôt ambitieuse, censée changer la manière dont les gouvernements traitent les réfugiés sur leurs territoires, à condition que la volonté politique des dirigeants suive, car ce texte est non contraignant. En ce qui concerne Monaco, la principauté figure parmi les premiers contributeurs par tête du Haut-commissariat aux réfugiés (HCR). Ses contributions visent à assurer l’accès des réfugiés à l’éducation, à la santé et à un emploi durable dans les pays d’accueil bénéficiaires de la coopération internationale monégasque. Depuis plusieurs années, Monaco appuie également les travaux du HCR pour la protection des personnes déplacées de force dans le contexte de l’urgence climatique. Et, suite au passage de la directrice générale du département des relations extérieures et de la coopération, Isabelle Rosabrunetto, les 14 et 15 décembre 2021, à la dernière réunion bilan organisée par le HCR, Monaco a réitéré son engagement à promouvoir les quatre objectifs du pacte, lesquels consistent à alléger la pression sur les pays d’accueil, renforcer l’autonomie des réfugiés, élargir l’accès aux solutions dans des pays tiers et favoriser les conditions d’un retour dans les pays d’origine en sécurité et dans la dignité. Comme l’a souligné Isabelle Rosabrunetto, « la principauté s’attache à garantir les droits fondamentaux des réfugiés, fragilisés par les conséquences sanitaires et socio-économiques de la pandémie de covid-19, et à promouvoir l’autonomisation, en particulier des femmes et des filles ». À l’occasion de cette réunion, le gouvernement a enregistré le projet pilote « accès des jeunes réfugiés et déplacés à l’enseignement supérieur dans les métiers de l’humanitaire et du développement en Afrique de l’Ouest 2021–2024 » au titre d’engagement pour l’application du pacte mondial. Ce projet vise à constituer une solution concrète pour améliorer la vie des réfugiés et soutenir les pays d’accueil. Il réunit conjointement la principauté, le HCR et l’institut de formation Bioforce. Il s’inscrit dans la stratégie du HCR « éducation des réfugiés 2030 », qui vise à atteindre 15 % d’étudiants réfugiés dans l’enseignement supérieur d’ici 2030, contre 3 % actuellement.

Publié le

Monaco Hebdo