dimanche 26 juin 2022
AccueilAutoLa Toyota Yaris Cross prend de la hauteur

La Toyota Yaris Cross prend de la hauteur

Publié le

Se voulant plus attractive et plus attrayante, la Yaris Cross cherche à jouer dans la cour des SUV compacts, avec un tarif qui débute à 25 500 euros. Monaco Hebdo a pu la tester pour vous.

Il a fallu attendre le mois de septembre 2021 pour examiner de plus près le petit SUV citadin. La raison n’est pas très originale en ce moment, car le retard est dû à la pénurie de puces électroniques. Cependant, cette auto est fabriquée dans une usine française, celle de Valenciennes, qui confectionne déjà la Yaris classique. « Confectionne » est bien le mot, car, en vérité, l’ensemble des pièces importantes provient de Pologne et du Japon. En réalité, l’usine nordique ne réalise que 10 à 15 % de la valeur ajoutée. Ceci dit, c’est mieux que rien, car c’est l’un des fleurons qui avait décroché le titre de voiture de l’année en 2021. Elle remporte la palme de la voiture qui attire les clients à la recherche d’une compacte et soigne sa cote parmi les meilleures de la catégorie « SUV citadin ». Elle rassemble de nombreux atouts : design sophistiqué et très expressif, qualités améliorées, motorisation hybride efficiente, munie d’une transmission intégrale en option.

@ Photo Suzuki

Lilliputien

La Yaris Cross s’attribue tous les gimmicks habituellement réservés aux « vrais 4×4 » : garde au sol surélevée (17 centimètres), élargisseurs d’ailes proéminents soulignant des passages de roue et des boucliers musclés. Malgré un gabarit lilliputien, l’auto a su optimiser son espace intérieur. L’accès au coffre volumineux, sa largeur de chargement et son plancher totalement plat s’ajoutent à l’astucieux système « Magic Seats » permettant de charger des objets hauts aux places arrière en relevant l’assise de la banquette. À noter également son côté pratique, et son niveau de sécurité, avec le pack sécurité Toyota Safety Sense deuxième génération. Le coffre diminue sur la version 4×4, passant de 397 litres à 320 litres. Bien sûr, les quatre roues motrices sont en option. Comptez 2 000 euros supplémentaires. Mais elle permet à la citadine d’être la seule à pouvoir enrichir son offre d’une transmission intégrale assurée par un moteur électrique additionnel sur le train arrière. Parmi les offres hybrides, Toyota s’est bâti une belle réputation. Avec Yaris Cross, Toyota vise à rattraper son absence sur le marché des petits SUV urbains. Pour gagner du temps et de l’argent, Toyota a calqué l’intégralité du cockpit de cette dernière sur la Yaris classique, avec en plus une qualité revue à la hausse. Elle reprend l’écran tactile de neuf pouces compatible Apple CarPlay et Androïd Auto.

@ Photo Suzuki

Motorisation idéale pour la ville

Ce SUV urbain est équipé d’une motorisation hybride non rechargeable. Ce système de quatrième génération offre des performances dynamiques, un bon rendement énergétique, de faibles émissions et une manœuvrabilité idéale pour la ville. La Yaris Cross associe un trois cylindres essence à une paire de moteurs électriques. Le premier sert de générateur pour recharger la petite batterie et le second de 80 chevaux participe à la traction. La puissance totale est de 116 chevaux. Dans le besoin, la Yaris peut faire appel à une boîte e-CVT. La Yaris Cross affiche une consommation mixte homologuée inférieure de 3,2 litres/ 100 km, un coût d’entretien réduit. Elle se montre plus agile en ville, grâce à son empattement court. Ce modèle japonais possède la particularité d’offrir une dotation complète dès le premier niveau de finition avec un équipement pointu et notamment la possibilité de lire les panneaux. Elle propose également le régulateur adaptatif, l’aide au maintien dans la voie, la caméra de recul et les feux LED. Toyota a su renouveler intelligemment sa Yaris pour la rendre encore plus attrayante en la positionnant sur un créneau porteur : celui des SUV, compact et électrifié. Un bon coup pour le constructeur japonais qui doit faire face à une concurrence très mince. Dans la ligne de mire il y a le Renault Captur et le Hyundai Kona.

Note globale : 3 sur 5

Les Plus :

  • Look attrayant
  • Douceur et sobriété en ville
  • Transmission 4×4 optionnelle

Les Moins :

  • Poids élevé
  • Consommation sur l’autoroute
  • Boîte à variation continue, moins plaisante en conduite dynamique

Publié le

Monaco Hebdo