samedi 3 décembre 2022
AccueilAutoMazda CX60 : une quête vers le premium

Mazda CX60 : une quête vers le premium

Publié le

Le nouveau CX 60 hybride rechargeable est le symbole d’une quête vers les hautes sphères du confort et du luxe. Mais la route est encore longue face aux modèles allemands qui tiennent le haut de l’affiche. Ce SUV dans l’air du temps est proposé à partir de 54 200 euros en Exclusive Line. Le test de Monaco Hebdo, c’est par ici.

Pour le premier modèle hybride rechargeable de la marque nippone, pouvons-nous dire que le véhicule est réussi face à une concurrence très aiguisée dans ce segment ? La question se pose évidemment en sachant que Mazda donne un coup de polish lustrant sur son sigle en haussant son niveau de finition pour venir titiller les marques premium. Le chemin vers le haut de gamme, le Graal de beaucoup de constructeurs automobiles, est semé d’embûche, escarpé, long et sinueux. Le ravin ou la sortie de route est souvent fatale mettant un terme à une aventure périlleuse. Alors que vaut ce CX60 dans cette configuration ? Sera-t-il à la hauteur des espérances du constructeur et surtout des futurs acheteurs ? Vu de l’extérieur, le CX 60 est imposant. Il mesure 4,75 mètres pour 1,89 mètre de large. Un gros SUV qui dépasse même le gabarit d’un Mercedes GLC ou d’un BMW X3. Ce grand SUV vient donc remplacer le CX-7 qui s’était retiré depuis dix ans en France. La silhouette est massive, avec un long capot et une partie arrière ramassée. La calandre est verticale et les ailes sont légèrement creusées.

Mazda CX60
© Photo Mazda

Un nouveau châssis pour les hybrides

Ce SUV est posé sur une toute nouvelle plateforme qui sera le fer de lance des prochains autres modèles XXL. Il privilégie la propulsion même si cette nouvelle architecture pourra accueillir une transmission quatre roues motrices. Par ailleurs, des moteurs thermiques seront proposés comme le nouveau 3,3 litres diesel six cylindres en position longitudinale. D’ores et déjà le CX 60 bénéficie des avancées technologiques de la marque. Les ingénieurs prétendent même qu’un véritable effort a été fait sur les trains roulants et la répartition des masses. Sous le capot, un quatre cylindres essence développe 191 chevaux épaulés par un moteur électrique de 129 chevaux. Le tout est guidé par une boîte automatique à huit rapports. La puissance totale grimpe à 327 chevaux, répartie aux quatre roues. Mazda annonce une belle autonomie électrique de 63 kilomètres. La batterie de 17,8 kWh peut être rechargée en deux heures trente avec le chargeur embarqué de 7,2 kWh. À l’intérieur, le débat sur l’espace n’aura pas lieu. Le XC 60 est spacieux et le coffre généreux avec ses 570 litres de capacité battant par la même occasion le Mercedes GLC, l’Audi Q5 ou encore le BMW X3. Les passagers arrières peuvent s’attendre à passer un agréable voyage, confortablement assis et disposant de l’espace pour leurs jambes. À l’avant, la planche de bord est un peu austère au premier abord. Elle est sobre sans fioritures profitant au passage d’une belle qualité d’assemblage. L’écran central fait bonne figure avec cependant l’obligation d’utiliser la molette pour naviguer dans les menus. Ce n’est qu’une fois à l’arrêt que cet écran de 12,3 pouces devient tactile. L’équipement est généreux. On retrouve les connectivités pour les smartphones, la climatisation bi-zone, le régulateur de vitesse et une fonctionnalité originale permet au conducteur de régler automatiquement la position du siège et du volant grâce à l’analyse du regard du conducteur. Ce dernier devra au préalable rentrer sa taille dans l’ordinateur. Le siège se positionne alors de manière optimale comme par magie.

Mazda CX60
© Photo Mazda

Sur la route, encore des efforts

Derrière le volant, les premières tours de roues présagent de bonnes sensations. Bizarrement, c’est le moteur thermique qui prend le pouvoir sur l’électrique en mode Confort. Il faut alors choisir le mode EV pour se mouvoir en électrique. En ville, l’auto se manie aisément même si les suspensions paraissent un peu dures. Sur la route, en adoptant une vitesse soutenue, le châssis est rassurant contenant les mouvements de caisse. L’auto est vigoureuse si l’on écrase la pédale de droite et le freinage est consistant. Avec encore quelques points à travailler comme la suspension et l’intérieur un peu fade, le CX 60 accroche quelques étoiles à son palmarès. Cependant, elles ne sont pas assez nombreuses pour venir briller sur les terres des BMW, plus dynamiques et des Audi plus agréables. Encore un peu d’efforts à faire du côté d’Hiroshima.

Note globale : 3/5
À conduire : 3/5
À financer : 3/5
Valeur CO2 : 5/5
Technologie : 3/5
Les Plus : performances routières, espace à bord, tarif alléchant
Les Moins : suspension, mode confort, automatiquement molette pour les menus

Publié le

Monaco Hebdo