vendredi 27 mai 2022
AccueilActualitésSportL’ASM doit grandir

L’ASM doit grandir

Publié le

L’ASM a réalisé une bonne première moitié de saison, mais a laissé filer des points face aux « petits ». L’équipe peut-elle réellement aller titiller le PSG pour le titre ?

S’il y a bien une chose que l’ASM réussit depuis le début de saison, ce sont ses matchs contre les « gros » du championnat. Hormis la défaite face à Lille (0-2, 12ème journée), Monaco a su prendre des points face à chaque équipe qui compose le top de la L1. Victoires face à Marseille (2-1, 4ème journée), Saint-Etienne (2-1, 9ème journée) et Lyon (2-1, 11ème journée), nul face au PSG. Mais la donne est toute autre face aux « petits ». Défaite à la maison face à Valenciennes (1-2, 19ème journée), nuls face à Montpellier, Evian, Sochaux ou Reims. Même la victoire face à Ajaccio (1-0, 17ème journée) fut laborieuse. La différence avec le PSG ? « Paris gagne en étant moyen, tandis que Monaco non. Les asémistes perdent trop de points contre les petites équipes », constate Eric Di Meco, consultant chez beIn Sports et RMC. L’ancien marseillais va même plus loin. « Il ne faut pas oublier qu’il y a beaucoup de jeunes dans cette équipe qui découvrent la L1 cette année, tout comme de nombreux joueurs qui sont arrivés cette saison. » C’est pourquoi Ranieri a d’ailleurs sorti plusieurs jeunes de son équipe, ce qui a amené un changement de système.

Changement
Pensant devenir trop prévisible, et voulant intégrer un James qui répondait enfin à ses attentes, Ranieri a opté pour un système à deux attaquants, plaçant ainsi le jeune colombien en numéro 10 et dépositaire du jeu asémiste. Ses performances ont donné raison à son coach (3 buts, 8 passes décisives). Pour autant, dès lors que l’ASM rencontre une équipe regroupée, et que son meneur de jeu colombien semble en panne d’inspiration, l’animation offensive s’en ressent immédiatement. « A Montpellier, ce qui m’a choqué, c’est le manque d’entrain. Ranieri leur a souvent reproché, ça manquait vraiment de rythme », explique Di Meco. Moutinho étant moins en vue qu’à ses débuts en Rouge et Blanc, le manque des ailiers se fait de plus en plus ressentir. Ce que confirme le consultant de beIn Sports : « Pour moi, 4-2-3-1 est le meilleur dispositif. D’autant qu’avec un garçon comme Falcao, je pense que c’est bien d’avoir des garçons dans les couloirs pour l’alimenter. Dans le système actuel, ce sont les latéraux qui doivent s’en charger, à l’image de ce que fait Kurzawa ». Sur les derniers matchs, c’est lors des entrées des deux « flèches », YFC et Ocampos, que l’ASM avait retrouvé un certain allant offensif. De quoi donner des idées au Mister pour les prochains matchs et se rapprocher des objectifs du club ?

Ligue des Champions
Car l’objectif affiché en début de saison, à savoir accrocher la Ligue des Champions (LDC), semble donc plus que jouable. D’autant que l’ASM n’a que le championnat et la coupe de France à disputer. Rattraper Paris semble par contre compliqué, si l’on se fie à l’analyse de Di Meco : « Si Paris va loin en LDC, (la répétition des matchs) peut leur coûter des points et être bénéfique à l’ASM. Mais je n’y crois pas. Paris a de trop fortes individualités par rapport à Monaco pour que l’ASM y arrive. » Des individualités presque à chaque poste, parfois même sur le banc, capables de faire la décision à tout moment. A l’image des deux meilleurs buteurs de L1 que sont Ibrahimovic (15 buts, également meilleur passeur avec 8 passes) et Cavani (12 buts). Mais aussi du fait que Paris a commencé » son projet avant l’ASM : « Paris est une grosse machine. Il y a deux ans de vécu collectif supplémentaires par rapport à Monaco », constate Di Meco.
Dans la course à la LDC, les prochaines semaines seront cruciales pour le club du Rocher avec les réceptions de l’OM et du PSG…

Publié le

Monaco Hebdo