dimanche 7 août 2022
AccueilActualitésSociétéSemaine de communication verte pour Monaco

Semaine de communication verte pour Monaco

Publié le

C’était une semaine très verte pour la principauté. La plupart des acteurs institutionnels ont partagé de bonnes nouvelles pour la planète. Les Caisses sociales de Monaco (CSM) ont adhéré au pacte national pour la transition énergétique. Par cet engagement, les CSM affirment œuvrer à la dématérialisation de leur administration, promouvoir l’utilisation de la voiture électrique par leur personnel, et « étudier la possibilité d’installer des panneaux solaires sur les bâtiments du parc immobilier de la caisse autonome des retraites », ainsi que « la réalisation d’audits énergétiques des immeubles du parc ». Ensuite, le gouvernement a communiqué sur les essais à venir de bus électriques dans la principauté. Trois types de bus vont être à l’essai sur les lignes 1, 2, 3 et 5, de constructeurs espagnols, polonais et chinois. Les données récoltées permettront de dessiner un plan, en vue d’une potentielle électrification totale du réseau de bus monégasque. Puis, ce fut au tour du prince Albert II de s’exprimer à la tribune des Nations unies pour l’ouverture de la 74ème session de l’Assemblée générale. Il y a défendu l’action de l’État en matière « de protection de l’environnement », et, mettant en lumière les travaux du GIEC sur l’océan et la cryosphère : « Est-il imaginable de concevoir la mise en œuvre des objectifs de développement durable, sans prendre pleinement la mesure de l’impact du changement climatique sur l’océan ? ».

A l’heure où 6 hectares sont construits sur la mer à Monaco, la doctrine monégasque semble être celle du rapport Brundtland de 1987 sur la définition du développement durable et ses trois piliers : économique, social et écologique. C’est par ailleurs ce qui a été rappelé lors du dialogue de haut niveau sur le Financement du développement (FFD), auquel a participé Gilles Tonelli, conseiller-ministre pour les relations extérieures et la coopération, présent également à New York. Tous ont pointé la lenteur pour atteindre les objectifs fixés par l’ONU, « pour éliminer la pauvreté, promouvoir la prospérité et le bien-être, tout en protégeant l’environnement. » Également présent, Jean-Laurent Imbert, premier secrétaire à la mission permanente de Monaco auprès des Nations unies, a rappelé le renouvellement des dotations monégasques pour le fonds vert pour le climat, à hauteur de 3 millions d’euros sur quatre ans. Celui-ci doit permettre la mise en œuvre des accords de Paris dans les pays en développement. Enfin, du 16 au 24 novembre, la direction de l’environnement a annoncé la participation de Monaco à la semaine de réduction des déchets. Celle-ci se veut un ensemble d’actions à l’échelle individuelle pour « réduire, réutiliser, recycler » les objets.

Publié le

Monaco Hebdo