vendredi 27 mai 2022
AccueilActualitésSociétéMecaplast confirme sa restructuration

Mecaplast confirme sa restructuration

Publié le

Le groupe Mecaplast a officialisé, le 4 octobre, son « projet de rédéploiement », qui prévoit 71 licenciements secs et la création de 46 postes. Les institutions monégasques ont fait part de leur préoccupation.

Après l’annonce à la mi-septembre de 84 emplois supprimés par le laboratoire Théramex à Fontvieille, c’est donc l’une des sociétés à forte visibilité de la Principauté qui doit se restructurer. Plan social, Mecaplast se refuse à employer la formule, lui préférant l’expression « projet de rédéploiement ». Le groupe, qui demeure l’un des leaders européens de l’équipement automobile, s’apprête à licencier 71 salariés de son antenne monégasque, essentiellement dans l’administratif et les machines extrêmement spécialisées, et à créer 46 emplois. « Je mesure pleinement l’impact de ces annonces. Les récentes incertitudes économiques ainsi que les difficultés structurelles et conjoncturelles du groupe Mecaplast nous obligent à mettre en œuvre ce projet de réorganisation qui nous permettra, j’en suis sûr, de donner au groupe les moyens d’inscrire son activité sur le long terme », a indiqué le directeur général de Mecaplast Pierre Boulet dans un communiqué. La prévision d’évaluation du marché européen de l’équipement automobile pour 2012 est passée de -5 % à -8 %. « Soit un fort impact pour Mecaplast très exposé en Europe de l’Ouest », relève le communiqué.

Des mesures d’accompagnement
En conférence de presse, jeudi 4 octobre, le gouvernement a exprimé sa préoccupation quant aux restructurations de Théramex et Mecaplast. Il a annoncé des mesures sociales d’accompagnement des salariés touchés. Parmi elles, la possibilité pour tout salarié de s’inscrire auprès du service de l’emploi, quelque soit le lieu de domicile afin de pouvoir rechercher un nouveau travail à Monaco. Une dérogation exceptionnelle puisque le service ne s’adresse en règle générale qu’aux résidents en principauté et dans les communes limitrophes. En outre, une aide financière de l’Etat pour financer le chômage partiel et éviter ainsi de nouveaux licenciements pourra être activée. « Il faut aider ces entreprises pour éviter les licenciements secs. Des sommes sont inscrites au budget afin de sauver les emplois qui peuvent l’être », a indiqué le conseiller de gouvernement pour les Affaires sociales et la Santé, Stéphane Valeri. Une enveloppe de 19 millions d’euros a ainsi été inscrite au budget rectificatif 2012, qui sera examiné du 16 au 18 octobre. Aussi les dispositions légales seront-elles contrôlées pour que les Monégasques et les résidents en principauté conservent leurs emplois en priorité. Les dirigeants de Théramex et Mecaplast ont été reçus et « sensibilisés » sur trois points?: le sauvetage d’un maximum d’emplois en principauté, des primes de licenciement supérieures aux obligations légales pour les salariés licenciés et leur accompagnement par les groupes dans la recherche d’un nouvel emploi.
Le conseil national s’est également montré inquiet sur le sujet. « La situation est très préoccupante. On espère qu’il y aura le moins de postes supprimés possible. Il faut voir quelles aides financières peuvent être activées par le gouvernement pour aider ces groupes. Un turn-over de sociétés s’opère en principauté et on espère que le tissu social va pouvoir se pérenniser avec d’autres entreprises. Il est aussi important de créer des surfaces pour les sociétés qui le souhaitent », a déclaré le président du conseil national, Jean-François Robillon lors d’un point presse, jeudi dernier.

Publié le

Monaco Hebdo