vendredi 20 mai 2022
AccueilActualitésSantéMédecine esthétique?: comment être sûr de son choix??

Médecine esthétique?: comment être sûr de son choix??

Publié le

Chirurgie esthétique
© Photo D.R.

En dix ans, les actes médicaux à visée esthétique ont bondi de 223 %. Deux journalistes viennent de publier une enquête (1) pour éclairer les pièges et mieux comprendre les motivations de ceux et celles qui utilisent botox, peeling et autre acides hyaluroniques. Eclairages avec l’un des auteurs, Nadine Coll.

Monaco Hebdo?: Qu’est-ce qui vous a conduit à enquêter sur les motivations des utilisatrices de médecine esthétique??
Nadine Coll?: En tant que journalistes, nous avons fait de nombreux articles sur le sujet et nous nous sommes rendues compte que les techniques étaient largement médiatisées, mais que les motivations des femmes qui y ont recours restaient souvent de l’ordre du tabou. On ne l’avoue pas, on en parle peu. Or, ces techniques sont certes très efficaces, mais elles peuvent aussi entraîner des dégâts difficiles à surmonter si elles sont pratiquées pour de mauvaises raisons. D’où notre désir d’aller interroger des spécialistes, mais aussi des utilisatrices et des psychologues.

M.H.?: Vous commencez par lister quelques règles de précaution à adopter. Même s’il s’agit de médecine et pas de chirurgie, il peut y avoir des risques??
N.C.?: Bien sûr, et c’est d’autant plus important que l’on se conduit souvent de manière infantile face aux médecins. On se sent coupable et l’on oublie de poser les questions. A tort?: il est important de savoir ce que l’on vous injecte et tout médecin doit vous remettre un document avec le nom de la marque et le numéro de lot du produit. Exigez toujours de l’acide hyaluronique pur. De même, vous devez recevoir un devis écrit… Ce n’est pas toujours le cas.

M.H.?: Au-delà de ces précautions, vous soulignez le risque d’addiction à ces traitements. Il y a une vraie « spirale de soins » dans laquelle on peut se laisser entraîner??
N.C.?: Exactement, c’est souvent quand ça marche que les problèmes commencent… Les résultats peuvent être si bluffants que certaines se prennent au fantasme de faire machine arrière, de retourner à la fraîcheur de leurs 20 ans… Là où il faudrait se fixer des limites, c’est l’inverse qui se produit. Les médecins spécialistes recommandent un rythme idéal — certes théorique — d’une intervention tous les six mois à un an. Beaucoup sont bien au-delà?! Le risque est d’en faire une addiction, avec des patientes qui ne se rendent plus compte des déformations physiques de leur chasse aux rides. Bien sûr, la tentation d’y retourner encore et encore ne concerne pas toutes les utilisatrices, mais à partir du moment où l’on commence, la question se pose irrémédiablement…

M.H.?: Comment justement délimiter la frontière entre le soin qui fait du bien et la spirale du jeunisme forcené??
N.C.?: C’est toute la question et c’est pourquoi nous avons intégré dans le livre les interviews de psychologues comme Philippe Grimbert, Jean-Pierre Winter ou Anne Dufourmentelle. La réponse est différente pour chaque femme, parce qu’elle met en jeu un rapport au temps et à l’estime de soi qui est très personnel. Mais il est important de se poser les bonnes questions… « Toucher » à son visage n’est pas anodin… La psychanalyste Catherine Audibert dit notamment que « le point de bascule est peut-être le passage du désir de s’entretenir au besoin d’en faire toujours plus. » En sondant les motivations des femmes, notre enquête veut donner à chacun les moyens de s’interroger au bon moment.

M.H.?: Le médecin n’a-t-il pas une responsabilité aussi pour prévenir les utilisatrices d’éventuelles abus??
N.C.?: La responsabilité des praticiens est difficile à établir, car les femmes qui recourent à cette médecine sont libres d’agir ainsi… Et le discours d’un médecin risque de conduire les plus accro à… aller voir ailleurs?! Beaucoup de médecins réfléchissent à ces pratiques et leurs limites. Une spécialiste nous a d’ailleurs expliqué qu’elle imposait un délai d’attente d’un mois aux patientes. Une manière de leur imposer de réfléchir sur leurs motivations et de se mettre au clair sur leurs choix. Ce n’est pas la solution bien sûr, mais c’est le signe que l’on peut agir de manière préventive.

(1) Bref, j’ai fait de la médecine esthétique?! de Nadine Coll et Alexandra Favre. Editions de la Martinière.

Quand H&M fait abus de bronzage…
La marque de vêtements suédoise a présenté ses excuses après s’être faite épinglée pour sa dernière campagne de publicité par le Fonds Cancer Suédois. En jeu?? La photo du mannequin brésilienne Isabeli Fontana en bikini et la peau hâlée à souhait. Les détracteurs ont stigmatisé « ces femmes extrêmement bronzées en bikini qui confirment un idéal de beauté dangereux pour la santé ». Après avoir tenté de se justifier au nom de la peau « naturellement bronzée » du top, la marque s’est répandue en excuses et devrait retirer les clichés de son mannequin plein soleil…
L’OMS aussi connaît la crise
…Et même sérieusement. Avec la crise mondiale, les demandes adressées à l’Organisation mondiale de la santé s’accroissent, alors que les contributions des Etats membres diminuent… Résultat?? Un déficit annoncé de 300 millions de dollars?! L’organisation a dû abandonner plusieurs programmes de recherche, réduire ses effectifs et le nombre de ses experts mis à disposition des Etats membres… « Les dégâts risquent d’être irréversibles si un soutien urgent n’est pas apporté », a prévenu l’un des directeurs de l’ONG Oxfam, qui travaille de près avec l’OMS.
La cure pour gays, ça ne marche pas…
Robert Spitzer, psychiatre à l’Institut psychiatrique de l’Etat de New York, avait fait polémique en 2003 en publiant une étude basée sur 200 patients montrant que l’homosexualité pouvait être « soignée » et l’orientation sexuelle des individus changée par le biais de thérapies correctrices et de méditations… Le scientifique vient de présenter ses excuses et de renier les résultats de ses travaux… Il n’aurait pas pu attester d’un changement d’orientation sexuelle des patients et vient de publier une lettre où il fait part de ses « remords » à la communauté gay américaine…

Publié le

Article précédentPrimaires
Article suivantChicago en tournée à Monaco
Monaco Hebdo