lundi 23 mai 2022
AccueilActualitésSantéLe dépistage express,c'est possible

Le dépistage express,
c’est possible

Publié le

Dans la dynamique de la journée mondiale contre le sida du 1er décembre, l’association Fight Aids Monaco a organisé pour la première fois une opération anonyme et gratuite de dépistage du sida pour le grand public, le 26 novembre. Rencontre avec le docteur Bruno Taillan, vice-président de l’association Fight Aids Monaco et chef de département du service hématologie/ oncologie du CHPG.

Monaco hebdo : Pour la première fois, l’association Fight Aids Monaco a organisé une grande opération de dépistage du VIH via le procédé Trod (tests rapides d’orientation diagnostique). Des examens ultra-rapides qui permettent de dire si oui ou non une personne est porteuse du VIH (2).
Bruno Taillan : Pour cette opération, nous avons en effet utilisé le test « INSTI » qui consiste simplement à prélever sur le bout du doigt deux gouttes de sang. Le résultat est révélé après une minute seulement. Cette rapidité a l’avantage d’éviter, comme on le voit souvent dans les centres de dépistage, que des personnes, après avoir effectué le test, ne viennent plus chercher leurs résultats, par peur. Ce test est destiné aux personnes qui ont été potentiellement en contact avec le virus il y a plus d’un mois. La fiabilité est garantie à 99 %.

M.H. : Ce test est-il aussi disponible au CHPG ?
B.T. : Après avoir rencontré quelques obstacles, ce test est aujourd’hui disponible aux urgences de l’hôpital et au centre de dépistage anonyme et gratuit. Mais une de nos ambitions est de développer des dépistages communautaires. C’est-à-dire, aller à la rencontre des populations à risques, comme les homosexuels, les jeunes, mais aussi dans les boites de nuits ou les bars.

M.H. : A Monaco, sait-on combien de personnes sont touchées par le virus ?
B.T. : 50 séropositifs monégasques ou résidents sont actuellement suivis au CHPG. Sauf que pour des raisons de confidentialité, beaucoup de séropositifs vivant à Monaco sont suivis en France. La principauté étant un village, si l’on travaille à la fonction publique ou à la SBM, le fait d’être séropositif et suivi à Monaco se sait très vite. Ce chiffre est donc largement sous-estimé.

M.H. : Comment expliquer que la région Paca est la deuxième région la plus touchée après la région parisienne ?
B.T. : Tout simplement car c’est une région festive. Et l’association fête, alcool et rapports non protégés augmente les risques de contamination. La communauté homosexuelle y est également très représentée.

M.H. : En 2009, l’association avait mené une campagne de prévention auprès des 40 ans et plus. Pourquoi ?
B.T. : On se polarise généralement sur la tranche 17/40 ans alors qu’en réalité il y autant, voire plus de nouvelles contaminations chez les plus de 40 ans. C’est une population à risques car malheureusement beaucoup de couples se séparent à ces âges-là et connaissent de nouvelles expériences. Les plus de 40 ans ont donc tendance à avoir des rapports sexuels non protégés car ils pensent que le sida ne les concerne pas. Ce sont des générations qui, de surcroît, n’ont pas été habituées à la prévention et aux préservatifs.

M.H. : Au niveau mondial, décès et nouvelles contaminations, quels sont les derniers chiffres ?
B.T. : Aujourd’hui, on meurt moins du sida. On recense 1,5 million de décès par an dans le monde (- 6 % par rapport à l’année dernière). Le nombre de nouvelles contaminations baisse également. 2,5 millions aujourd’hui contre plus de 3 millions, il y a deux ou trois ans. La bonne nouvelle, c’est que dans certains pays qui se sont ouverts à la prévention, au dépistage et à la trithérapie, notamment en Afrique, le nombre de nouvelles contaminations a baissé de 50 % en 10 ans. En revanche, l’épidémie augmente dans d’autres régions du monde comme le Moyen Orient, l’Afrique du nord, l’Asie et l’Europe de l’Est.

(1) Le docteur Bruno Taillan est vice-président de l’association Fight Aids Monaco et chef de département du service hématologie/oncologie au CHPG.
(2) 137 personnes au total ont effectué le test.

Publié le

Monaco Hebdo