dimanche 26 juin 2022
AccueilEconomiePaola Pichierri : « D’ici cinq ans, Alfa Romeo présentera des véhicules uniquement électriques »

Paola Pichierri : « D’ici cinq ans, Alfa Romeo présentera des véhicules uniquement électriques »

Publié le

Paola Pichierri a été nommée en janvier 2022 à la tête d’Alfa Romeo France (1), une marque du groupe automobile Stellantis (2). De passage à Monaco avec l’écurie de Formule 1 Alfa Romeo, la directrice France de ce constructeur automobile italien créé le 24 juin 1910 à Milan, a répondu aux questions de Monaco Hebdo. Elle a évoqué le virage électrique que va prendre Alfa Romeo dans les cinq ans à venir.

Quel est votre parcours ?

J’ai pris la tête, ou plutôt le volant, d’Alfa Romeo en janvier 2022. Cela fait 25 ans que je travaille dans l’automobile. J’ai commencé chez Fiat, où j’ai réalisé la moitié de mon parcours professionnel, puis PSA en France, et Stellantis au moment de la fusion (2). Je suis donc issue des deux parties du groupe. J’ai la culture d’entreprise des deux côtés du groupe, et je suis Italienne vivant en France. C’est le match parfait (rire).

Comment s’est décidée votre nomination ?

Je ne l’oublierai jamais. Je travaillais dans les bureaux de Stellantis quand mon chef m’a appelé pour me proposer de prendre la direction d’Alfa Romeo [au sein de Stellantis France — NDLR]. Il m’a fallu au moins cinq secondes pour reprendre mon souffle quand il m’a annoncé la nouvelle. Quand on est Italien, même si on habite en France, qu’on aime les voitures, et qu’on travaille dans l’automobile, c’est juste un rêve. Je pense que cette passion, et cet amour, pour la marque, j’arrive à le transmettre, car je le ressens vraiment.

« Nous sommes la première marque au monde à embarquer la technologie NFT en certificat numérique. Cela aura un impact sur la valeur de la voiture à la revente. On aura la garantie de savoir tout ce que la voiture a vécu »

Vous avez accepté ce poste malgré un contexte difficile à l’international, et un faible nombre d’immatriculations délivrées en France en 2021 : comment dynamiser la marque ?

La priorité, c’est la qualité. Notre devise, avec nos équipes et concessionnaires, c’est « zéro compromis sur la qualité ». Et, par qualité, j’entends qualité des produits en usine, comme à Pomigliano d’Arco [une ville italienne de la métropole de Naples, située dans la région de Campanie — NDLR] pour la Tonale, et qualité de service lorsque le véhicule est mis en vente. Je veux qu’Alfa Romeo soit reconnue en termes d’image « premium » et de qualité. C’est cette vision que nous voulons donner aux concessionnaires, même s’ils l’ont déjà. Nous partageons un esprit commun, de l’usine jusqu’à la concession. Les responsables après-vente et les responsables techniques ont cette sensibilité pour le client « Alfiste », car ils partagent la même passion.

« Avec l’électrification, notre objectif est de réinventer la sportivité pour le futur. Elle sera au service de la sportivité. C’est dans cet esprit que nos ingénieurs travaillent »

Et au-delà de la passion, que mettez-vous en avant ?

Le « process » [le procédé — NDLR]. Être en mesure de répondre aux attentes des clients, et anticiper leurs demandes, comprendre également les besoins d’un client « premium », et tout mettre en place pour qu’il ne soit jamais déçu. Si un client n’est pas satisfait, j’en souffre un peu, comme lorsqu’un proche a un problème. J’invite nos investisseurs et nos concessionnaires à communiquer avec nos clients pour améliorer notre offre de service.

La guerre en Ukraine a un impact sur vos livraisons ?

À ce stade, non [Monaco Hebdo bouclait ce numéro le mardi 31 mai 2022 — NDLR]. On a un délai de livraison de trois mois environ pour les gammes Giulia et Stelvio. Nos concessionnaires ont des véhicules de disponibles, alors que, chez d’autres marques, ce sont des délais beaucoup plus longs.

« D’ici cinq ans, Alfa Roméo va avoir des véhicules uniquement électriques dans ses showrooms, avec, en 2024, une voiture 100 % électrique. En 2027, nous passerons enfin à des gammes uniquement électriques »

Comment l’expliquez-vous ?

On y arrive, pour l’instant, grâce à notre réseau. Mais il y a bien sûr des aléas, et je ne sais pas ce que nous réserve le futur. Il y a beaucoup de vents contraires.

Vous misez beaucoup sur l’électrique : quel est votre plan sur cinq ans ?

On démarre l’électrification avec la Tonale, qui arrive sur le marché dans quelques semaines, avec une voiture hybride d’abord, puis hybride rechargeable ensuite. C’est la première étape de l’électrification chez Alfa Romeo. Puis, nous entamerons un plan sur cinq ans, avec un lancement de produit par an, pour passer de zéro électrification à zéro CO2. D’ici cinq ans, Alfa Romeo présentera des véhicules uniquement électriques dans ses showrooms. Avec, en 2024, une voiture 100 % électrique. En 2027, nous passerons enfin à des gammes uniquement électriques.

Paola pichierri alpha romeo
@ Clément Martinet / Monaco Hebdo

Comment combiner l’électrique avec la sportivité de votre marque ?

Avec l’électrification, notre objectif est de réinventer la sportivité pour le futur. Elle sera au service de la sportivité. C’est dans cet esprit que nos ingénieurs travaillent. Et nous avons un merveilleux laboratoire technique avec la Formule 1 (F1), ce qui est très important pour nous, au-delà de l’aspect communication. C’est là que se mêlent visibilité, passion, esprit d’équipe, et esprit de compétition. Cette cohérence dans cette métamorphose, elle s’illustre avec notre écurie de F1, qui est très compétitive.

Quelles sont vos ambitions avec l’écurie de F1 Alfa Romeo ?

Progresser, avant tout. L’objectif est le même pour nous tous. Nous devons communiquer aux clients, et au marché, cet esprit de cohérence entre la compétition sportive, où l’écurie doit progresser, et le développement d’Alfa Romeo, pour qui nous devons faire chacun la même chose, chaque mois, chaque année. Pour cela, nous disposons d’une visibilité au niveau mondial, avec deux pilotes exceptionnels [Valtteri Bottas et Guanyu Zhou, lire leur interview dans les pages « Sport » de ce numéro de Monaco Hebdo — NDLR]. Ils représentent cet esprit d’équipe, ce courage, et cette volonté de progresser. La sportivité est notre fil rouge.

Quel esprit voulez-vous incarner chez Alfa Romeo ?

Alfa Romeo, c’est un ADN italien, avec une histoire très riche, presque iconique. C’est une marque très forte, qui doit réinventer la sportivité. C’est aussi le design et l’élégance italienne qui se projettent dans le futur, avec l’électrification et les nouvelles technologies.

Un exemple ?

Nous sommes la première marque au monde à embarquer la technologie NFT en certificat numérique. Cela aura un impact sur la valeur de la voiture à la revente. On aura la garantie de savoir tout ce que la voiture a vécu, car chaque étape de la voiture sera enregistrée, grâce à un certificat NFT. Nous voulons être les premiers à embarquer des nouvelles technologies. La Tonale va entamer cette dynamique, les autres modèles suivront ensuite.

Et parmi les véhicules du passé, quels sont vos préférés ?

Celle dont je me souviens avec beaucoup d’affect, c’est celle que j’ai eue lorsque j’ai été maman pour la première fois. À l’époque, je conduisais une Alfa 147 : j’étais jeune et dynamique, et ma voiture me correspondait parfaitement. J’étais sportive, en début de carrière, puis j’ai eu ma fille, mais je n’ai pas renoncé à cet esprit. Tonale va avoir aussi ce rôle, élégant et sportif, mais adapté à l’usage de tous les jours, et aux enfants et aux familles.

Vous roulez en quoi, aujourd’hui ?

Aujourd’hui, j’ai une Stelvio, que j’adore. Elle est vraiment très belle et élégante. Mais j’ai quand même hâte d’avoir une Tonale. Même si j’aime toutes les Alfa Romeo, il faut les essayer pour comprendre à quel point elles sont différentes des autres voitures.

1) Début 2022, le directeur général de Stellantis France, Guillaume Couzy, a annoncé qu’il confiait Alfa Romeo France à une Italienne, Paola Pichierri. Passée par Fiat, puis par PSA, elle a officiellement pris ses fonctions le 3 janvier 2022.

2) Le groupe automobile Stellantis a été créé le 16 janvier 2021 par la fusion du groupe PSA Peugeot-Citroën et de Fiat Chrysler Automobiles (FCA). Stellantis commerciale 15 marques automobiles. Cinq sont issues du groupe PSA (Citröen, DS Automobiles, Opel, Peugeot et Vauxhall) et dix proviennent de FCA (Abarth, Alfa Romeo, Chrysler, Dodge, Fiat Automobiles, Fiat Professional, Jeep, Lancia, Maserati et Ram). En janvier 2021, Stellantis a annoncé ses premiers résultats : 13,4 milliards d’euros de bénéfice net, malgré une baisse de la production, avec 1,6 million de voitures fabriquées en moins. Quant au chiffre d’affaires, il a atteint 152 milliards d’euros, en hausse de 14 % par rapport aux données cumulées des deux groupes en 2020.

Publié le

Monaco Hebdo