dimanche 26 juin 2022
AccueilPolitiqueÉlections législatives 2022 : douze candidats pour un siège

Élections législatives 2022 : douze candidats pour un siège

Publié le

Les électeurs de la 5ème circonscription des Français de l’étranger, dont font partie les Français de Monaco, ont rendez-vous aux urnes dimanche 5 juin 2022 pour le premier tour des élections législatives. Douze candidats sont en lice pour devenir leur représentant à l’Assemblée nationale.

À peine l’élection présidentielle passée que déjà, les Français de l’étranger sont appelés aux urnes pour élire leur représentant à l’Assemblée nationale. Comme à chaque élection, le scrutin se déroulera en deux temps. Le premier acte aura lieu dimanche 5 juin pour les résidents français de Monaco qui auront le choix entre 12 candidats de tous bords. Ils ne seront plus que deux, voire trois, le dimanche 19 juin, date du second tour à l’issue duquel l’identité du nouveau député sera connue. Les modalités de vote restent inchangées. Les quelque 5 180 inscrits sur les listes électorales disposent de plusieurs options pour exprimer leur voix. Soit se rendre aux bureaux de vote installés au sein de l’école Saint-Charles, soit faire leur choix par Internet [à ce sujet, lire notre article Vote électronique aux législatives 2022 : peu utile et trop risqué ? publié dans ce numéro — NDLR]. Le vote électronique pour le premier tour est clos depuis le mercredi 1er juin 2022. Mais que ceux qui auraient raté le coche se rassurent : ils pourront se rattraper à l’occasion du second tour qui aura lieu, en ligne, du vendredi 10 au mercredi 15 juin 2022. À condition toutefois d’en avoir fait préalablement la demande sur le site officiel de l’administration française (https://www.service-public.fr/), avant le 10 mai 2022. Si tel n’est pas le cas, l’électeur devra alors se déplacer aux urnes ou, à défaut, voter par procuration ou par correspondance.

Fragilisé par le faible score de Valérie Pécresse (LR) à la présidentielle, le candidat LR Laurent Goater apparaît plutôt comme un outsider. Le duel annoncé entre les deux macronistes pourrait en revanche faire les affaires de Renaud Le Berre, candidat de l’union des gauches (Nupes) dans la circonscription

Un scrutin qui s’annonce mouvementé

Cette année, les élections législatives dans la 5ème circonscription des Français de l’étranger qui regroupe, outre Monaco, l’Espagne, le Portugal, et Andorre sont marquées par la fronde du député sortant, Stéphane Vojetta. Non réinvesti par la majorité présidentielle La République en Marche (LREM), qui lui a préféré l’ancien Premier ministre socialiste, Manuel Valls [à ce sujet, lire notre article Élections législatives 2022 : Stéphane Vojetta ne s’effacera pas pour Manuel Valls publié dans Monaco Hebdo n° 1240 — NDLR], Stéphane Vojetta a décidé, contre toute attente, de maintenir sa candidature. L’élu a annoncé sa décision sur Twitter le 5 mai dernier, dénonçant le parachutage de l’ancien candidat à la mairie de Barcelone. « En tant que député proche et, je pense, apprécié de mes compatriotes, j’étais le « candidat naturel » à l’investiture dans cette circonscription où j’ai posé mes valises il y a une vingtaine d’années, et à laquelle je suis resté fidèle », écrit ce député, tout en rappelant qu’il reste un « soutien loyal » de la majorité et du président Emmanuel Macron. Le dissident a finalement été exclu du parti le 17 mai 2022 (1). « Je prends cette annonce avec sérénité : c’était prévu, et ce n’est qu’une parenthèse qui s’ouvre. Je compte bien rejoindre à nouveau ma famille politique et la majorité présidentielle, après ma ré-élection le 19 juin [2022 — NDLR] », a alors réagi Stéphane Vojetta dans une vidéo publiée sur Twitter. Depuis, cet élu ne cesse d’envoyer des pics à l’encontre de son rival. En témoigne son tweet en date du 22 mai, dans lequel il affirme être « dans la circonscription le SEUL candidat à avoir participé à l’élaboration du programme d’Emmanuel Macron pour les Français de l’étranger. Certains reprendront des éléments de ce programme pour leur campagne, voire le liront à voix haute », ajoutant qu’il fallait « faire attention aux imitations ». Ce n’est pas la première fois que la 5ème circonscription est le théâtre d’une lutte sans merci. En 2017, déjà, la députée LREM Samantha Cazebonne avait vu son élection invalidée, suite à un recours déposé par la candidate Les Républicains (LR), Laurence Saillet. Un nouveau scrutin, organisé en 2018, avait permis de confirmer les résultats, et Samantha Cazebonne avait pu occuper son poste de députée à l’Assemblée nationale. Devenue sénatrice en 2021, elle avait finalement été contrainte de laisser son fauteuil à son suppléant, Stéphane Vojetta.

legislatives-vote
Stéphane Vojetta a décidé, contre toute attente, de maintenir sa candidature. L’élu a annoncé sa décision sur Twitter le 5 mai 2022, dénonçant le parachutage de Manuel Valls.

À droite toute ?

Même si l’Espagne et le Portugal demeurent les plus gros bassins de voix de la circonscription, les résultats à Monaco seront scrutés avec beaucoup d’attention. Lors de la dernière élection présidentielle, la principauté a montré qu’elle était très ancrée à droite. Aussi bien au premier tour qu’au second [à ce sujet, lire notre article Élections législatives 2022 et vote d’extrême droite : « Ce qui se passe à Monaco est comparable à ce que l’on observe en France » dans ce numéro — NDLR]. Au soir du 24 avril 2022, Emmanuel Macron avait réuni 53,83 % des suffrages exprimés chez les résidents français de la principauté, contre 46,17 % pour la candidate d’extrême droite Marine Le Pen. Au premier tour, la tendance avait été, peu ou prou, la même, puisque le président sortant avait récolté 33,34 % des voix contre 24 % pour la candidate du Rassemblement national (RN). L’ancien éditorialiste Éric Zemmour, qui se présentait pour la première fois à l’élection présidentielle avec son parti Reconquête !, était venu compléter le podium à la surprise générale, en réalisant un score de 18 %. Loin devant Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise), pourtant classé troisième au niveau national, mais crédité de seulement 6,6 % des suffrages à Monaco. Les résultats de la dernière présidentielle placent donc logiquement le candidat de la majorité Ensemble !, Manuel Valls, en position de favori. Cependant, l’incertitude autour de la participation rend le verdict indécis. Les Français de Monaco, et plus largement ceux de la 5ème circonscription, se mobiliseront-ils pour ces élections législatives ? Au premier tour de la présidentielle, ils avaient été 2 366 à s’être déplacés aux urnes, sur 5 185 inscrits à Monaco. Lors du duel Macron-Le Pen, l’abstention avait aussi été particulièrement forte en principauté, avec seulement 50,21 % de votes exprimés. D’une manière générale, les législatives peinent à séduire les Français de l’étranger. En 2017, la participation au premier tour dans la 5ème circonscription atteignait péniblement les 16 %. Elle était même légèrement inférieure au second tour, avec 13,54 %. Avant de s’effondrer littéralement un an plus tard à l’occasion de la législative partielle (7,87 % au premier tour, et 7,97 % au second). De quoi laisser planer le doute sur ce scrutin. Et comme pour la présidentielle, l’extrême droite pourrait en profiter à Monaco. Derrière Manuel Valls, les candidats du RN, Serge Bies, et de Reconquête !, Nicolas Chamoux, pourraient bien surfer sur la vague du changement. À moins que le député sortant, Stéphane Vojetta (divers centre), ne parvienne à tirer son épingle du jeu, malgré ses déboires avec le parti de la majorité.

Les résultats de la dernière présidentielle placent donc logiquement le candidat de la majorité Ensemble !, Manuel Valls, en position de favori. Cependant, l’incertitude autour de la participation rend le verdict indécis

La gauche en embuscade

Fragilisé par le faible score de Valérie Pécresse (LR) à la présidentielle, le candidat LR Laurent Goater apparaît plutôt comme un outsider. Le duel annoncé entre les deux macronistes pourrait en revanche faire les affaires de Renaud Le Berre, candidat de l’union des gauches (Nupes) dans la circonscription. Si Jean-Luc Mélenchon a enregistré un score somme toute modeste en principauté, le leader insoumis est parvenu à se hisser sur le podium lors de la dernière présidentielle, talonnant de près Marine Le Pen. Chez les Français de l’étranger, il monte même sur la deuxième marche en rassemblant 21,92 % des suffrages, loin devant Éric Zemmour (8,67 %) et Marine Le Pen (4,20 %). Avec le rassemblement de la gauche, Mélenchon rêve d’enfoncer le clou lors de ces législatives, et devenir, pourquoi pas, Premier ministre. Une qualification pour le second tour n’est donc pas à exclure pour le candidat de la Nupes. Renaud Le Berre devra toutefois composer avec la concurrence d’un autre écologiste, José Miguel Sanchez Perez, qui représente le parti Les écologistes avec la majorité présidentielle. Lors de ces élections, la gauche sera également représentée par Maria Isabel De Sousa Teixeira (Gauche républicaine et socialiste) et Robin Fontaine (Volt). Ce dernier, originaire de Monaco, défend les valeurs du parti pan-européen Volt, qui prône l’innovation politique « plus participative, progressiste et au-delà des frontières ». Claire Behar (sans étiquette), Garbine Eraso (Régions et peuples solidaires), et Marc Ridelle (Les Patriotes) complètent la liste des candidats dans la circonscription.

Élections législatives : un scrutin récent pour les Français de l’étranger

Dimanche 5 juin 2022, les Français de l’étranger vont se rendre dans les isoloirs pour élire leurs représentants à l’Assemblée nationale pour la troisième fois de leur histoire seulement. Jusqu’en 2012, ils n’étaient en effet représentés qu’au Sénat. Il aura fallu attendre la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008, et la modification de l’article 24 de la Constitution, pour qu’une représentation au sein de l’Assemblée nationale soit introduite pour répondre au nombre croissant de Français installés hors de France. Onze nouvelles circonscriptions législatives vont alors être créées. La principauté de Monaco fait partie de la 5ème circonscription, composée également de l’Espagne, du Portugal, et d’Andorre. Les onze députés des Français de l’étranger disposent des mêmes pouvoirs que ceux évoluant sur le territoire national. Ils sont élus au suffrage universel direct, pour une durée de cinq ans.

1) « Stéphane Vojetta et sa suppléante ont été exclus hier à la suite du bureau d’En Marche. Il n’y a qu’un seul candidat de la majorité par circonscription », avait justifié l’entourage de Stanislas Guérini, délégué général de LaREM, dans des propos relayés par le HuffPost.

Pour lire la suite de notre dossier «Élections législatives 2022 », cliquez ici.

Publié le

Monaco Hebdo