dimanche 26 juin 2022
AccueilCultureCulture Sélection d'avril 2022

Culture Sélection d’avril 2022

Publié le

Dans Culture Sélection, Monaco Hebdo sélectionne pour vous le meilleur de la culture du moment. Retrouvez nos coups de cœur Blu-rays, livres, bandes-dessinées et musique.

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=pD8eFNpiMes[/embedyt]

Sweet Thing

d’Alexandre Rockwell

Fugue. Ils n’en peuvent plus. Alors, Billie, une jeune adolescente métisse, et son petit frère Nico, décident de fuguer. Ils ne trouvent pas leur place au sein d’une famille compliquée, entre un père qui boit trop, malgré son attachement à ses enfants, et une mère qui brille par son absence. La violence de trop les décident à passer aux actes. Billie et Nico s’enfuient donc avec Malik, un autre jeune métis sans attache, lui aussi perdu dans la pauvreté qui a avalé New Bedford, dans le Massachusetts. Si Sweet Thing est le dixième film d’Alexandre Rockwell, il filme avec la fraîcheur et la puissance des premières fois. Les images argentiques en noir et blanc agrémentées de quelques envolées colorées apportent à Sweet Thing une émotion rare.

Sweet Thing d’Alexandre Rockwell, avec Will Patton, Karyn Parsons, Lana Rockwell (USA, 2021, 1h31), 19,99 euros (DVD seulement, pas de sortie Blu-ray). Sortie le 19 avril 2022.

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=YGh96eF19-g[/embedyt]

Compartiment n° 6

De Juho Kuosmanen

Voyage. Le deuxième long-métrage du Finlandais Juho Kuosmanen a remporté le Grand Prix au festival de Cannes 2021, et c’est amplement mérité. A priori, tout, ou presque, oppose Ljoha (Yuriy Borisov) et Laura (Seidi Haarla). Réunis à l’occasion d’un long voyage en train dans un compartiment couchette, ils vont peu à peu apprendre à se découvrir. Elle est finlandaise, étudiante en archéologie à Moscou. Il part travailler dans les mines du Grand Nord, et il commence à tenir des propos désobligeants, à force de vodka. Ils sont aussi seul l’un que l’autre. On pense à Clark Gable et Claudette Colbert dans New York-Miami (1934) de Frank Capra (1897-1991), qui apprennent aussi, au fil du temps, à dépasser les clivages sociaux. Si le voyage reste toujours le meilleur moyen de se perdre, il permet à Laura et Ljoha de se trouver. Et c’est déjà beaucoup.

Compartiment n° 6 de Juho Kuosmanen, avec Seidi Haarla, Yuriy Borisov, Dinara Drukarova (FIN-ALL-EST-RUS, 2021, 1h42), 19,99 euros (DVD), 19,99 euros (Blu-ray). Sortie le 3 mai 2022.

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=qlWejDlNKcI[/embedyt]

Lamb

De Valdimar Jóhannsson

Ada. Quelque-part dans un coin reculé de l’Irlande du Nord, María (Noomi Rapace) et Ingvar (Hilmir Snær Guonason) vivent isolés dans leur ferme, avec leurs moutons. Taiseux, ils passent leurs journées à travailler dur, engoncés dans une vie quasi-monastique. Un jour, une de leurs brebis donne naissance à une créature située à mi-chemin entre une brebis et une fillette. Pas effrayé, le couple décide de s’en occuper et de l’appeler Ada. Si le bonheur semble total, les choses vont ensuite déraper. María et Ingvar ont perdu un enfant, et ils pensent, à tort, qu’Ada va leur permettre de panser leurs plaies. Pour son premier long-métrage, l’Islandais Valdimar Johannsson s’est inspiré de contes de son pays. Présenté à Cannes en 2021, Lamb est un film aussi minimaliste que réussi.

Lamb de Valdimar Jóhannsson, avec Noomi Rapace, Hilmir Snær, Hilmir Snær Guðnason, Björn Hlynur Haraldsson (ISL-SUE-POL, 2021, 1h46), 16,99 euros (DVD), 19,99 euros (Blu-ray). Sortie le 11 mai 2022.

Bad Luck Banging or Loony Porn

De Radu Jude

Contradictions. Une sextape réalisée avec son mari et diffusée sur Internet, ruine la vie et la réputation d’Emi (Katia Pascariu), une enseignante. Les parents d’élèves militent pour qu’elle soit licenciée. Mais Emi décide de ne pas se laisser faire. Cinéaste engagé, le Roumain Radu Jude s’est fait remarquer par la qualité de ses films, notamment Papa vient dimanche (2012) ou Aferim (2015). Bad Luck Banging or Loony Porn a été récompensé par l’Ours d’or de la Berlinale en 2021. Construit en quatre grands chapitres, il abrite en son milieu un salutaire glossaire, dans lequel Radu Jude s’attaque aux contradictions qui frappent nos sociétés aujourd’hui. Revenant ensuite à la fiction de départ, on retrouve Emi confrontée à son « tribunal ». Et se pose alors la question de savoir ce qui est le plus obscène dans le monde contemporain.

Bad Luck Banging or Loony Porn de Radu Jude, avec Katia Pascariu, Claudia Ieremia, Olimpia Mălai (ROU-LUX-TCH-CRO, 2021, 1h46), 19,99 euros (DVD seulement, pas de sortie Blu-ray). Sortie le 7 juin 2022.

Blackwater I, La Crue

De Michael McDowell

Surnaturelles. L’éditeur Monsieur Toussaint Louverture nous fait un gros plaisir. Il publie les six tomes de la saga de Michael McDowell (1950-1999), sortis en 1983. On suit avec plaisir les aventures, quelque peu surnaturelles, de la riche famille Caskey, propriétaire de plusieurs scieries à Perdido, dans l’Alabama, l’État où est né McDowell. Alors que la rivière Blackwater est en crue, on retrouve parmi les survivants d’un hôtel une jolie femme que les Caskey accueillent chez eux. Elinor Dammert, c’est son nom, possède des pouvoirs hors du commun et ne tarde pas à faire sa place chez les Caskey, en se mariant avec l’un des fils de cette famille. Entre le 7 avril 2022 et le 17 juin 2022, un volume sera proposé en librairie toutes les deux semaines, avec de magnifiques couvertures assurées par l’artiste espagnol Pedro Oyarbide. Foncez.

Blackwater I, La Crue, de Michael McDowell (traduction de l’anglais (États-Unis) par Yoko Lacour (Monsieur Toussaint Louverture), 260 pages, 8,40 euros.

Passeport pour Hollywood

De Michel Ciment

Interrogations. Wim Wenders, Roman Polanski, Milos Forman (1932-2018), Billy Wilder (1906-2002), John Huston (1906-1987) et Joseph L. Mankiewicz (1909-1993). Carlotta propose une réédition des entretiens avec six grands noms du cinéma, réalisés par le critique de cinéma et directeur de la rédaction de Positif, Michel Ciment. La publication originale remonte à 1987, et, 35 ans plus tard, il est très intéressant de constater que les interrogations d’alors restent toujours aussi actuelles. À commencer par la question de la représentation du réel, des images de synthèse, et des effets spéciaux. Questionnés sur leurs réalisations aux États-Unis et en Europe, ces six réalisateurs analysent les différences qui existent non seulement en termes d’éloignement géographique, mais aussi en termes d’époques. Et c’est passionnant.

Passeport pour Hollywood, de Michel Ciment (Carlotta), 400 pages, 18 euros.

Lieux

De Georges Perec

Inédit. Le 6 mai 2022, les éditions du Seuil publient un projet inachevé de Georges Perec (1936-1982). Intitulé Lieux, il est rendu public quarante ans après la disparition de l’auteur de W ou le Souvenir d’enfance (1975) ou de La vie mode d’emploi (1978). Bien qu’incomplet, ce livre affiche plus de 600 pages et une centaine d’illustrations en couleurs. Avec Lieux, Georges Perec avait pour objectif d’écrire, de janvier 1969 à décembre 1980, deux descriptions d’un même lieu en une année. La première en étant sur place, et la deuxième, en se souvenant de ce qu’il a vu. À raison de deux mois pendant douze ans, l’ouvrage final aurait dû comporter 288 textes. Il en compte finalement 133. « Je pense qu’on y verra tout à la fois le vieillissement des lieux, le vieillissement de mon écriture, le vieillissement de mes souvenirs », écrivait Georges Perec à son éditeur, Maurice Nadeau. Sur son site Internet, Le Seuil offre un accès gratuit et intégral à ces textes précieux.

Lieux de Georges Perec (Seuil/La Librairie du XXIème siècle), 608 pages, 29 euros. Sortie le 6 mai 2022.

Les voyages de Kitaro, tome I

De Shigeru Mizuki

Yōkai. Le grand mangaka japonais Shigeru Mizuki (1922-2015) continue d’être mis à l’honneur par les éditions Cornélius. Considéré comme l’un des fondateurs du manga d’horreur, il est connu pour ses univers qui convoquent monstres et fantômes. Une autre partie de son travail était tourné vers la Seconde Guerre mondiale. Mais avec la publication du tome I des Voyages de Kitaro, c’est la vision horrifique de Mizuki qui est mise en avant. On suit un personnage récurrent chez Mizuki, le jeune Kitaro, dans son voyage au Japon. Dans ce périple, Kitaro doit affronter quelques-unes des figures classiques de monstres japonais, les yōkai. Chez Mizuki, les monstres agissent comme des révélateurs. Ils mettent en évidence nos craintes, nos espoirs, et nos rêves. Dans un monde anxiogène, coincé entre pandémies à répétition et guerre, Les voyages de Kitaro n’ont jamais semblé si actuels.

Les voyages de Kitaro, tome I, de Shigeru Mizuki (Cornélius), traduit du japonais par Fusako Halle-Saito, 224 pages, 16,50 euros.

Fabulosas

De Nazario

Luxure. Le Barcelonais Nazario est l’un des pionniers de la bande dessinée (BD) underground en Espagne, et une figure importante de la movida barcelonaise des années 1980. Commentée par son auteur, cette BD, inédite en France et à Monaco, revisite les contes de fées de façon coquine, mais aussi des textes religieux, ou empruntés à la mythologie. Dans Fabulosas, tout n’est que luxure, et chaque page est teintée de kitsch et d’humour. Les histoires qui composent cette anthologie proviennent de différents magazines et revues. En filigrane, la volonté de liberté de l’Espagne post-franquiste n’est jamais loin, puisqu’elle est constitutive de l’œuvre de Nazario. Après avoir publié Anarcoma (2018), une BD dans laquelle on suivait une détective transsexuelle imaginée dans les pages de la revue Rampa, Misma poursuit donc sa collaboration avec Nazario. Cette anthologie de BD pour adultes a été imprimée à seulement 1 000 exemplaires. Il ne faudra pas tarder pour avoir son exemplaire.

Fabulosas de Nazario (Misma), 158 pages, 32 euros.

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=FdXRbOrsyRY[/embedyt]

We

Arcade Fire

Fête. Sixième album du groupe canadien Arcade Fire, We est l’un des disques les plus attendus de cette année 2022. Après Funeral (2004), Neon Bible (2007), The Suburbs (2010), Reflektor (2013), et Everything Now (2017), We a distillé un premier extrait mi-mars 2022. Convaincant, The Lightning I, II, le nouveau single pop et joyeux du groupe de Win Butler et Régine Chassagne, a été enregistré avec Nigel Godrich, connu notamment pour son travail avec Radiohead, The Divine Comedy, ou Pavement. Le 28 avril 2022, la jolie balade Unconditional I (Lookout Kid) a vite convaincu. Si le bassiste et percussionniste Will Butler a annoncé sur Twitter le 19 mars 2022 qu’il quittait Arcade Fire après avoir participé aux six albums du groupe, l’heure semble toujours à la fête. Inspiré par une dystopie de Evgueni Zamiatine (1884-1937) publiée en 1924, ce disque est organisé en deux moments, I et We. Et il offre 40 minutes de pur bonheur.

We, Arcade Fire (Columbia/Sony Music), 14,99 euros (CD), 29,99 euros (vinyle). Sortie le 6 mai 2022.

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=AJznPy_iM4M[/embedyt]

Radiate Like This

Warpaint

Magie. En seulement trois albums, The Fool (2010), Warpaint (2014), et Heads Up (2016), Warpaint a imposé son univers. Depuis la création du groupe en 2004 à Los Angeles, la formation de ce collectif a été plus ou moins mouvante. Elle est aujourd’hui articulée autour d’Emily Kokal, Theresa Wayman, Jenny Lee Lindberg, et Stella Mozgawa. Composé de dix titres, Radiate Like This est un disque envoûtant. Dès la première écoute, Champion captive. Les voix douces, claires, et limpides, séduisent et emportent chaque titre vers les sommets. La magie opère parfaitement sur Stevie, un morceau sensuel, qui se déploie avec une élégance folle sur plus de quatre minutes. Souvent comparé aux Cocteau Twins, influencé par Depeche Mode ou Radiohead, Warpaint a depuis longtemps trouvé sa voie. Radiate Like This envoûte, avec son atmosphère changeante, qu’elle soit sombre ou lumineuse.

Radiate Like This, Warpaint (Virgin Records/Universal), 12,99 euros (CD), 21,99 euros (vinyle, édition limitée).

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=s0KAlTlrneg[/embedyt]

Profound Mysteries

Röyksopp

Contrastes. En 2014, les Norvégiens Svein Berge et Torbjørn Brundtland ont signé un album intitulé The Inevitable End. Depuis leurs débuts avec l’excellent disque Melody A. M. (2001), il s’était écoulé 13 ans, et on pensait effectivement que le duo venait de mettre un point final à l’aventure Röyksopp. La sortie de Profound Mysteries vient nous contredire. Comme à son habitude, Röyksopp joue des contrastes, alternant les nappes aussi douces que synthétiques, à des titres taillés pour les dance floors. Remarquée en 2012 pour sa jolie reprise de Depeche Mode, Ice Machine, avec Röyksopp, Susanne Sundfør est de retour sur ce disque. Parmi les moments forts, Impossible, avec la voix sublime d’Alison Goldfrapp. L’impression reste la même avec This Time, this place… appuyé par le chant, tout aussi aérien, de Beki Mari. Avec Breathe, Astrid S nous transporte dans une ambiance de clubs, loin de (Nothing But) Ashes, la très éthérée introduction de cet album.

Profound Mysteries, Röyksopp (Dog Triumph/PIAS), 14,99 euros (CD), 13,99 euros (casette).

Publié le

Monaco Hebdo