samedi 1 octobre 2022
AccueilAutoCitroën C4 : Le confort avant tout

Citroën C4 : Le confort avant tout

Publié le

Plus généreuse, plus confortable, plus spacieuse, la nouvelle C4 est à la fois berline et SUV. Son look se veut original, pour rester dans l’air du temps. Elle démarre à partir de 20 900 euros. Monaco Hebdo l’a testée pour vous.

La nouvelle C4 succède à la controversée C4 Cactus qui n’a pas eu le succès escompté auprès d’un public qui avait peut-être peur de se faire piquer. Apparue en 2014 sur le marché et flanquée de panneaux latéraux en forme d’airbag, les airbumps, cette auto tranchait par son look avec ce qui existait chez Citroën. La deuxième génération de Cactus, plus classique, n’avait pas renouvelé cet exercice de style. Cependant, le public a boudé ce restylage qui, malgré un gros effort, avait réussi à marier la berline et le SUV. Citroën se devait donc de ne pas se « louper » sur un segment très concurrentiel qui permet à une marque de faire la différence face à ses adversaires. Le monde des SUV est très prisé des constructeurs et les erreurs de style et de conception de la Cactus, qui souhaitait s’inscrire dans un esprit totalement « Citroën », n’avaient pas été couronnées de succès. Elle renaît sous la forme d’une C4 à mi-chemin entre la berline et le SUV.

Une plateforme commune

La ligne se veut fluide, avec une coupe qui tombe sur l’arrière. L’assise est surélevée de 40 millimètres, les passages de roues rappellent le look SUV et les optiques ne trahissent pas le côté avant-gardiste de la marque aux chevrons. L’auto repose sur une plateforme de 208 dont l’empattement a été rallongé de 13 centimètres. À l’arrière, les grands gabarits ne seront pas gênés au niveau des genoux mais beaucoup plus pour la tête. Le pavillon tombant n’est pas fait pour les personnes d’une certaine taille. Pour monter à bord, il faudra bien lever le pied, car le seuil est assez élevé. Cette petite gymnastique est d’autant plus frustrante que cette auto se veut être un SUV, ce qui devrait donc plutôt faciliter l’accès à bord.

test Citroën C4
© Photo Citroën

Du rangement à l’intérieur

Une fois installé, on constate que la planche de bord est bien conçue, dotée d’un écran central de 10 pouces qui gère les principales fonctions comme la radio, le GPS, le chauffage et la clim. Cette dernière fonction est également accessible grâce à des boutons physiques, plus faciles à manipuler. Face au conducteur, les compteurs sont numériques. Les matériaux utilisés sont de bonne qualité avec un plastique souple qui recouvre la partie supérieure de la planche de bord. Cette auto ne manque pas de rangements. Les occupants en trouveront un peu partout, un bac sous l’accoudoir central, dans la console centrale et dans les contreportes. Le coffre n’a pas été oublié dans l’histoire et dispose de 380 litres. Sur la route, le confort prime avant tout. Citroën a opté pour des butées hydrauliques dans les amortissements qui apportent beaucoup de souplesse dans le comportement de l’auto. Les dos-d’âne sont moins durs et les imperfections de la route sont plutôt bien absorbées. Un petit bémol cependant : lorsque l’auto roule sur des bouches d’égout ou sur des raccords de bitume, des trépidations se font alors ressentir dans l’habitacle.

© Photo Citroën

Du moelleux sur la route

Un tel confort a quelques conséquences néfastes sur les sensations de conduite. L’auto semble moins dynamique avec un train avant un peu paresseux qui n’hésite pas à déclencher très tôt l’Electronic stability control (ESP). Avec un tel handicap, la C4 n’aime pas trop les routes sinueuses qui demandent une certaine réactivité dans la direction. Cette dernière est également trop assistée, ce qui efface le ressenti de l’adhérence. Sous le capot, le moteur essence Puretech 1,2 litre de 130 chevaux, associé à une boîte automatique à 8 rapports, sur la version haut de gamme Shine pack, donne de la voix. Grâce à sa cavalerie et épaulé par un turbo, il permet des performances très honnêtes. La finition de base, baptisée Live, est dotée du moteur PureTech 100 chevaux un peu sous-dimensionné par rapport à l’auto. Face à la concurrence, la C4 mise sur son look affûté, son intérieur spacieux, son confort ouaté. Elle est en revanche moins précise sur la route qu’une Skoda Octavia, ou qu’une 308 plus racée. Mais si l’on place le curseur sur le confort, elle tape dans le mille. Par ailleurs, grâce à sa plateforme CMP (pour Compact Modular Platform), elle peut se transformer en 100 % électrique. Très certainement la prochaine étape.

Note globale : 3/5

Les plus

  • Confort 
  • Moteur 
  • Ergonomie de la planche de bord

Les moins

  • Direction floue
  • Seuils de porte hauts
  • Châssis paresseux

Publié le

Monaco Hebdo