vendredi 20 mai 2022
AccueilActualitésSportLes (gros) salaires des joueurs de l’ASM dévoilés

Les (gros) salaires des joueurs de l’ASM dévoilés

Publié le

Ce vendredi 7 février, nos confrères de L’Équipe ont consacré un dossier spécial aux salaires de la Ligue 1 (L1). Si le leader incontesté dans le domaine reste bien sûr le Paris Saint-Germain (PSG) avec des propriétaires qataris qui n’hésitent pas à offrir des ponts d’or pour attirer les meilleurs joueurs de la planète (le salaire moyen mensuel brut au PSG est estimé à 820 000 euros), le club de la principauté fait partie des (très) bons payeurs du championnat. L’ASM occupe en effet la deuxième place du classement de L1 en termes de salaire moyen mensuel brut, avec 220 000 euros. Sans surprise, le joueur monégasque le mieux payé est Wissam Ben Yedder, avec un salaire estimé à 650 000 euros brut par mois, hors primes. Il devance Cesc Fabregas (600 000 euros brut par mois) et Tiemoué Bakayoko (450 000 euros brut par mois). Prêté cet été par Leicester, Islam Slimani perçoit pour sa part un salaire estimé à 380 000 euros par mois, pris en charge intégralement par l’ASM. Stevan Jovetic, qui n’a pas été épargné par les blessures depuis son arrivée en principauté à l’été 2017 [seulement 30 matches disputés depuis son arrivée – N.D.L.R.], touche 280 000 euros brut par mois, alors que Keita Baldé, auteur de 12 buts en 48 matches, perçoit 310 000 euros par mois. Le quotidien sportif nous apprend également que l’entraîneur monégasque, Robert Moreno, bénéficie d’une rémunération proche de celle de son prédécesseur, Leonardo Jardim. En effet, le technicien espagnol gagne en principauté 280 000 euros par mois, hors prime [Jardim émargeait à 330 000 euros par mois – N.D.L.R.]. Un salaire plutôt surprenant pour un coach sans aucune expérience de numéro 1 dans un club, qui le place sur le podium des plus hauts salaires des entraîneurs du championnat. Si son CV n’est certes pas vide, puisque Moreno a été pendant plusieurs années l’adjoint de Luis Enrique notamment, l’Espagnol a fait un vrai bond salarial en rejoignant l’AS Monaco. Car il touchait moins de 100 000 euros par mois en tant que sélectionneur intérimaire de l’Espagne. Aujourd’hui à l’ASM, seuls 7 joueurs gagnent plus que lui… Quand on compare le classement réalisé par L’Équipe pour les salaires de L1 au classement actuel du championnat, on constate qu’une certaine logique est respectée en termes de salaires versés et de place occupée au classement. Pour l’ASM, actuel 7ème de L1, il reste toutefois quelques places à grappiller pour faire respecter la hiérarchie économique. L’Équipe nous apprend enfin qu’une prime substantielle a été proposée aux joueurs en fin de saison dernière pour éviter la relégation en Ligue 2 (L2). À deux journées de la fin du championnat, alors que le club de la principauté était encore concerné par le maintien, les dirigeants ont décidé de multiplier par 10 la prime de victoire [de 5 000 à 50 000 euros – N.D.L.R.] contre Amiens et Nice. Appliquée aux 20 éléments du groupe, cela aura coûté au club 1 million d’euros, car les Monégasques se sont imposés contre Amiens, avant d’être défaits à Nice. Une somme relativement élevée, compte tenu de l’adversité et des ambitions du club qui visait la Ligue des Champions en début de saison, et qui témoigne d’une certaine panique au sein du club. Mais c’est une broutille au regard du manque à gagner lié à une relégation, estimé à 85 millions d’euros selon L’Équipe.

Publié le

Monaco Hebdo