samedi 3 décembre 2022
AccueilActualitésSportCharles Leclerc vice-champion du monde de Formule 1

Charles Leclerc vice-champion du monde de Formule 1

Publié le

On connaissait depuis plusieurs semaines déjà le nom du nouveau champion du monde de Formule 1 (F1), Max Verstappen, encore victorieux ce week-end. Mais il restait encore à connaître l’identité de son dauphin. À Abu Dhabi, dimanche 20 novembre 2022, deux pilotes se disputaient cette place : Sergio Pérez (Red Bull) et Charles Leclerc (Ferrari). Les deux étaient à égalité au classement des pilotes avec 290 points chacun, avant le départ de l’ultime Grand Prix de la saison. C’est finalement le Monégasque qui est parvenu à se hisser sur la deuxième marche du podium des pilotes, en devançant son rival mexicain de 1,3 seconde sur le circuit de Yas Marina. Pérez s’était pourtant élancé de la deuxième place sur la grille de départ, mais une stratégie à deux arrêts lui a fait perdre de précieuses secondes et sa position au profit de Charles Leclerc, qui avait opté pour une stratégie à un seul arrêt. Après avoir souvent fait les frais d’une stratégie hasardeuse cette saison, le Monégasque a enfin vu la pièce tomber du bon côté ce dimanche. « On a fait la course parfaite. La seule possibilité de battre ‘Checo’ [Pérez – NDLR] était de changer de stratégie, et de faire de la gestion de pneus. C’est ce qu’on a fait aujourd’hui. Je suis très heureux, a commenté le vice-champion du monde 2022 à l’arrivée. Si on considère où nous étions l’an dernier, c’est un vrai pas en avant pour nous. On s’est amélioré en termes de stratégie en fin de saison. On va clairement tout donner pendant cet hiver pour revenir plus fort », a promis Charles Leclerc, déjà la tête à la saison prochaine. Car l’objectif ultime du pilote monégasque est, bien sûr, de décrocher le titre de champion du monde. Pour y parvenir, il faudra commettre moins d’erreurs. Car si la Scuderia a décroché la deuxième place du classement des constructeurs devant Mercedes, l’écurie italienne s’est aussi illustrée par des choix stratégiques catastrophiques, comme à Spa ou à Silverstone, qui coûtent chers à l’issue de la saison. Rendez-vous est d’ores et déjà pris pour le Grand Prix de Bahreïn, le 5 mars 2023.

Publié le

Monaco Hebdo