samedi 21 mai 2022
AccueilActualitésSociétéLa SNCF n'a plus de jus

La SNCF n’a plus de jus

Publié le

gare de Monaco
« Dix minutes de retard en heure de pointe peuvent entraîner la suppression du train », d'après la SNCF. © Photo Fanny Cotin.

Problèmes de caténaire, incendie, retards récurrents… La SNCF a cumulé les déboires pour cette rentrée 2012.

Les apparences sont parfois trompeuses. Si aucune grève de la part des cheminots n’est à déplorer en ce mois de septembre (en région PACA tout du moins), les usagers de la SNCF ont vécu leur lot de péripéties. Le 11 septembre, c’est une caténaire (à Nice) qui lâche et paralyse le trafic. Les 5 motrices diesel qui ont été dépêchées sur place ont assuré le minimum, mais nombre des voyageurs ont été contraints de trouver une solution de repli. Deux jours après, possible conséquence des dégâts occasionnés, une seule voie est en fonction le jeudi. Inutile de préciser que le train assurant la jonction entre Nice et Monaco, et qui faisait l’aller retour sur une seule voie, était largement surchargé… Aux dires de la SNCF, quelques dizaines de mètres de câbles avaient été arrachées. Il faut en « réalité compter près de 600 mètres », précise Eric Sauri, président de l’association des Naufragés du TER Grasse-Vintimille. Indépendamment de la SNCF, un feu s’est déclaré dans l’un de leurs entrepôts dans la région de Cannes, occasionnant des retards de près de 2h. Le 25 septembre, une rame (ce qui donne 5 trains en moins sur la matinée) est de nouveau supprimée alors qu’elle a été annoncée en retard. Encore une fois, les usagers se sont retrouvés à s’agglutiner dans le voyage suivant tout en espérant ne pas arriver trop en retard. Le problème invoqué ici est « une contrainte de production », d’après la SNCF. ll faut comprendre que le souci est lié au personnel, ou dans ce cas qu’une panne n’a pas pu être réparée.

Des progrès malgré tout
Autant de déboires qu’Eric Sauri regrette, notamment à cause de la vétusté des installations. « Il faudrait que notre ligne soit aussi surveillée qu’un bébé l’est dans une couveuse », avance le président des Naufragés. D’autant que la SNCF avait fait des progrès sur les derniers mois. « Avec les nouveaux panneaux qu’on voit dans toutes les gares, la qualité de l’information s’est améliorée ». Une qualité d’information qui laisse cependant à désirer les jours de grève, où, bien qu’allumés, les panneaux n’affichent qu’un message informant les usagers que les informations sont indisponibles. Ce qui n’a pour autant pas empêché une hausse de la fréquentation. « La SNCF nous a fourni ses rapports de 2011. On note une augmentation de 29 % entre Riquier et Monaco et de 20 % entre Monaco et Menton », précise Eric Sauri.
Afin d’assurer la pérennité des transports en commun par voie ferrée, cet ancien usager propose de mettre l’accent sur les réseaux électriques. « Le premier objectif que doivent avoir les décideurs, c’est de moderniser le réseau électrique ». Si cela pourrait permettre d’assurer un trafic sans encombres ou presque, il reste que les trains sont souvent très chargés. L’idée de rajouter des wagons revient donc souvent dans la bouche des usagers. Pourquoi la SNCF n’a donc pas tenté de le faire?? Il y a notamment le problème lié à la longueur des quais. « Certains quais sont trop petits pour accueillir des trains élargis par des wagons supplémentaires, et il serait très onéreux de les agrandir », explique Eric Sauri. En attendant la fin de l’année 2013 et l’arrivée de gros porteurs, les usagers devront donc s’armer de patience pour leur trajet quotidien…

La SNCF redistribue ses cartes
Depuis le 25 septembre, 5 nouvelles cartes de réduction sont disponibles. Ces cartes concernent les jeunes et moins jeunes, avec des formules enfants, 12-17 ans, 18-27 ans, seniors+, ainsi que des voyages le week-end. Les économies réalisées peuvent aller de 25 à 60 %. Pour s’en procurer une, il faudra compter entre 50 et 75 euros. Plus d’informations sur www.sncf.com.

Publié le

Monaco Hebdo