lundi 15 août 2022
AccueilAutoBMW X3 xDrive 30e PHEV : dans l’air du temps

BMW X3 xDrive 30e PHEV : dans l’air du temps

Publié le

BMW poursuit la politique d’électrification de ses modèles. C’est au tour du X3 de se voir greffer une hybridation rechargeable, qui propose cinquante kilomètres d’autonomie, pour un tarif de 59 600 euros. Monaco Hebdo a pu rouler avec cette nouvelle BMW. Voici notre test.

Comme la plupart des constructeurs, BMW électrifie l’ensemble de ses véhicules. Après les berlines, c’est au tour du X3 d’être branché. Le constructeur bavarois a décidé de généraliser la technologie de l’hybride rechargeable et de l’électrification 100 %. Pour l’instant, l’accent est mis sur l’hybridation rechargeable. Autrement dit, BMW mise sur un mix moteur thermique et moteur électrique qui seront interdits dès 2035. Mais comme beaucoup de constructeurs, le Bavarois ne prend pas en compte les fameuses ZFE (zones à faibles émissions mobilité) qui vont être mises en place dès 2025 dans certaines grandes villes françaises. Les voitures thermiques et hybrides seront purement et simplement interdites de circulation dans ces périmètres protégés au fil du temps. Mais nous n’en sommes pas encore là et ceux qui ne prennent pas leur auto pour se rendre dans les centres-villes peuvent lorgner sur ce X3 qui satisfera son propriétaire pour effectuer des courts trajets. Car là encore, le X3, dont l’autonomie en tout électrique avoisine les 50 kilomètres, ne sera pas le compagnon idéal pour effectuer de longs trajets. Le surpoids de 250 kilogrammes qu’il faut traîner lorsque la batterie est vide assure une surconsommation en essence.

BMW X3
© Photo BMW

Moins de CO2, mais plus de consommation

Le paradoxe semble clair. Sous couvert de rejeter moins de CO2, la voiture est plus lourde et suivant l’usage peut consommer plus qu’une thermique. Mais les faits sont là, comme tous les constructeurs, BMW obéit aux lois du marché et à la mode des SUV et pour l’instant, ce genre de véhicule a la cote. Le X3 30e profite d’un savoir-faire bien établi chez BMW. Après avoir électrifié une quinzaine de modèles en comptant ceux de chez Mini, le constructeur met à profit cette technologie. Il reprend la même carrosserie que son homologue en version essence. Esthétiquement, peu de choses les différencient. On remarquera cependant l’appellation 30e et la trappe qui abrite le système de recharge. Sous le capot, le X3 est doté d’une double motorisation. Le bloc essence quatre cylindres deux litres atteint les 184 chevaux et le moteur électrique de 109 chevaux est logé avec la boîte de vitesses automatique à huit rapports. L’auto dispose donc d’une puissance totale de 292 chevaux qui passent aux quatre roues. Si le X3 30e peut effectuer presque 50 kilomètres en tout électrique, il a la possibilité de recharger la batterie en roulant. Ce mode baptisé Max eDrive est à utiliser avec parcimonie car une fois enclenché, la consommation s’envole avec un véhicule de plus de deux tonnes qu’il faut mouvoir. Alors, la solution est de laisser le mode Auto eDrive faire le travail. Nous avons atteint les huit litres sur un parcours autoroutier, c’est étonnamment bien !

BMW X3
© Photo BMW

Habitabilité réduite

À l’intérieur, pas de grands bouleversements. La planche de bord est identique à celle du X3 thermique. L’instrumentation digitale est fonctionnelle et complète. Les seules critiques viennent de l’arrière. La banquette perd son côté pratique. Elle n’est plus coulissante, car il a fallu trouver une place pour la batterie. Par ailleurs, la banquette arrière n’est pas fractionnable en 40/20/40 de série. Elle est disponible en option. Le coffre souffre également de la venue de la batterie. Dans cette opération, il perd 100 litres et passe à 450 litres — autrement dit il n’est pas plus volumineux que celui du X1.

Sur la route, le X3 s’en sort plutôt bien, faisant oublier son surpoids. Il reste dynamique sur les routes droites. Le surpoids se fait sentir parfois sur les routes sinueuses dégradées. Avec des qualités routières incontestables, le X3 vient concurrencer ses homologues allemands comme l’Audi Q5, le Mercedes GLC 300e, et aussi le Volvo XC60 T8.

Note globale : 4/5

Les Plus : Agrément moteur, qualités routières, présentation et équipement

Les Moins : Coffre réduit de 100 litres, surpoids, pas de banquette coulissante

Publié le

Monaco Hebdo