dimanche 14 août 2022
AccueilEconomieAnthony Boira : « Les données des clients sont protégées par les lois...

Anthony Boira : « Les données des clients sont protégées par les lois monégasques »

Publié le

Plus discret que Monaco Cloud, l’entreprise Monaco Digital a aussi participé à l’élaboration du « cloud souverain » en principauté. Son patron et fondateur, Anthony Boira, en a parlé avec Monaco Hebdo.

Quels services proposent Monaco Digital ?

Monaco Digital propose des services de “consulting” en transformation digitale, d’intégration d’infrastructure technique, d’infogérance, de services cloud, et de développement d’applications, ainsi que des services de cybersecurité sous une structure dédiée, appelée « MonacoCyberSécurité ».

Votre entreprise a participé à la conception du « cloud souverain » monégasque ?

Oui. Monaco Digital a participé à la conception du cloud souverain, et ce dès les premières heures de ce projet, en 2020. Nous sommes notamment intervenus sur le volet intégration du socle d’infrastructure cloud, en lien avec nos partenaires Dell Technologie et VMWare. Plus récemment, nous avons contribué, en collaboration avec les équipes Monaco Cloud, aux travaux relatifs à l’homologation PSSI-E.

Monaco Digital est associé au capital de Monaco Cloud : pourquoi, et à quelle hauteur ?

Depuis quelques années, nous avions déjà construit notre propre cloud privé, qui était amené à évoluer pour suivre les évolutions technologiques et les besoins des clients. Quand le gouvernement nous a proposé de participer au projet Monaco Cloud, nous n’avons pas hésité, puisque il s’agissait d’une formidable opportunité d’offrir à l’écosystème Monégasque le meilleur de la technologie actuelle du cloud, avec la garantie unique de la souveraineté. Monaco Digital est associé au capital de Monaco Cloud à hauteur de 30 %.

Comment le « cloud souverain », et Monaco Cloud, vous ont CONVAINCUS ?

Le projet Monaco Cloud est unique de par sa dimension souveraine. La garantie de souveraineté proposée par Monaco Cloud ne se limite pas à la localisation des données sur le territoire, et à la garantie du niveau de sécurité adapté : elle assure aussi que les données des clients sont protégées par les lois monégasques, et qu’elles sont indépendantes de toute autre législation. De par sa structure capitalistique à majorité étatique, Monaco Cloud est donc le seul opérateur de cloud en principauté à pouvoir garantir cette souveraineté totale, au-delà de la simple souveraineté territoriale.

Que vous inspire la récente homologation par l’Agence Monégasque de Sécurité Numérique (AMSN) ?

L’homologation PSSI-E est une excellente nouvelle pour Monaco Cloud, puisque cette homologation confère à l’ensemble des clients privés la garantie de disposer des mêmes conditions de sécurité que les systèmes les plus sensibles du gouvernement. Pour nous, partenaires, cette homologation est un argument commercial déterminant, qui va permettre d’accélérer les migrations des clients vers Monaco Cloud.

Qui sont vos clients actuels ?

Monaco Cloud est bien sûr prioritairement destiné aux entreprises de Monaco, quelle que soit leur taille, pour qu’elles puissent bénéficier de la capacité de stockage, et de la puissance de calcul qui vont leur permettre de se concentrer sur leur développement.

Quels nouveaux clients visez-vous ?

Nous avons aussi un grand nombre de clients en France, majoritairement localisés en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), qui sont très intéressés par la migration vers un cloud de proximité, qui puisse leur offrir à la fois de la puissance des technologies les plus récentes, et l’assurance d’un service de proximité localisé à Monaco.

Quels étaient vos résultats en 2021, et QUELS sont vos objectifs ?

En 2021, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 43 millions d’euros. Pour 2022, nous prévoyons encore une évolution importante, avec un chiffre d’affaires autour de 50 millions d’euros. Au-delà de ces chiffres, notre ambition est de continuer à développer l’ensemble de nos activités, pour devenir l’opérateur digital régional de référence.

Publié le

Monaco Hebdo