samedi 3 décembre 2022
AccueilAutoDacia Jogger : Fonctionnel et stylé

Dacia Jogger :
Fonctionnel et stylé

Publié le

Jogger, le nouveau véhicule familial de Dacia, décliné en cinq et sept places avec une troisième rangée de sièges, sera disponible en concessions à partir de mars 2022. Accessible à partir de 14 990 euros, il peut très vite monter en gamme, et en tarif. Monaco Hebdo a pu le tester pour vous.

Le dernier des baroudeurs à la mode break, exposé au salon de Munich en 2021, tire sa quintessence de son prédécesseur, le Lodgy. Ce dernier est arrivé sur le marché en 2012. Dix ans après, la relève est assurée grâce à un crossover au look baroudeur. Il reprend les traits de caractère de son aîné avec une assise haute et il dispose de sept places. Tout comme le premier modèle, il met en avant un équipement relativement complet dès le premier tarif. À l’image de l’ensemble des modèles Dacia, le Jogger monte en gamme. Esthétiquement, le coup de crayon est plutôt réussi, dans l’air du temps. La plate-forme reprend celle des Clio V. La planche de bord est celle de la Sandero III. La face avant a été profondément remaniée avec en point de mire des optiques qui ressemblent comme deux gouttes d’eau à celles de la Sandero. L’arrière a un air de ressemblance avec les véhicules d’une certaine marque nordique, Volvo pour ne pas la nommer. Dacia est coutumier du fait, car déjà avec le le nouveau Duster, les optiques de la poupe étaient fortement inspirés du Jeep Renegade. Une forte inspiration qui ne nuit pas au style et au caractère unique de Dacia. Cependant ces quelques modifications, calandres avant et arrière, ne font pas oublier le style très classique du Jogger le frère presque du défunt Lodgy.

Test Dacia Jogger
© Photo Dacia

De plus en plus chic

Il se démarque cependant de ses cousins par une montée en gamme. Le Jogger ne sera pas proposé en version Acces. Une volonté commerciale de la marque, qui souhaite que les futurs modèles soient bien équipés, dès la version de base. Ce break surélevé, à l’inverse du Lodgy, ne se verra pas attribuer de moteur diesel. Il va se contenter de deux motorisations. La première essence de 110 chevaux fournis par un trois cylindres de 1 litre. La seconde est également un trois cylindres de 100 chevaux fonctionnant en bi-carburation, essence et GPL. Ces deux moteurs sont associés à une boîte de vitesses manuelle à six rapports. Enfin, dans un second temps, en 2023, le Jogger recevra une motorisation hybride de 140 chevaux qui équipe déjà les Renault Clio et Captur. À l’intérieur, les astuces pour parer au manque d’équipements sont plutôt bien vues. C’est le cas par exemple, du smartphone installé sur le haut de la planche de bord et qui remplace l’écran tactile. Grâce à une application Dacia, il est piloté par les commandes au volant. Seul petit-bémol pour cette version d’entrée de gamme, l’absence de climatisation, même manuelle. Il faut se hisser à la gamme au-dessus, Confort, pour en disposer à bord. Il faudra encore aller plus loin dans le catalogue pour bénéficier d’équipements de confort et de sécurité.

Test Dacia Jogger
© Photo Dacia

Options à étudier

La déclinaison limitée Extrême sera caractérisée par un sticker sur l’aile avant, profitant de l’accès mains libres, de la climatisation automatique ou encore de la caméra de recul – elle démarre à 17 700 euros. Pour renforcer l’attractivité du ludospace au lancement, Dacia lance même une version Extrême Plus avec une poignée d’équipements supplémentaires. En revanche, de série, vous pouvez compter sur six airbags, le freinage d’urgence automatique, l’allumage automatique des feux, les vitres avant électriques, le limiteur de vitesse, la banquette 1/3-2/3, le volant et le siège conducteur réglable en hauteur. Dacia propose des équipements en option, selon les finitions. Moyennant 900 euros, l’entrée de gamme Essentiel peut recevoir la climatisation. Le GPS Europe est proposé à 300 euros sur la finition Confort, qui peut également recevoir des aides au stationnement et une caméra de recul contre 500 euros. Il faudra bien calculer son coup en fonction de ses préférences, et de ses besoins, pour, au final, choisir une version bien fournie en équipements. Au lieu de piocher dans le catalogue des options qui, mises bout à bout, peuvent faire grimper le tarif.

Note globale : 2,5/5

Les plus

  • Sept places 
  • Montée en gamme
  • Style affirmé

Les moins

  • Trop d’options
  • Absence de boîte automatique
  • Pas de clim en entrée de gamme

Publié le

Monaco Hebdo