lundi 23 mai 2022
AccueilPolitique« Monaco Info ne peut plus souffrir de la dichotomie entre information et...

« Monaco Info ne peut plus souffrir de la dichotomie entre information et communication »

Publié le

Le 11 décembre 2020, les discussions autour du budget primitif 2021 ont été l’occasion pour les élus de réclamer à nouveau une transformation de la chaîne d’État Monaco Info en une sorte de France Télévisions monégasque.

Objectif : permettre à cette chaîne de gagner en indépendance vis-à-vis de l’État.

On s’en souvient, c’était l’un des sujets d’importance lors de la campagne pour les élections nationales de février 2018. Financé à 100 % par l’État monégasque, Monaco Info doit-il être restructuré, de façon à gagner en indépendance, et à devenir une sorte de France Télévisions à la monégasque ? Dans la soirée du 11 décembre 2020, c’est d’abord l’élu Union Monégasque (UM), Jean-Louis Grinda, qui a à nouveau avancé le premier sur ce sujet, devenu récurrent depuis deux ans : « Nous sommes bien conscients que Monaco Info est une télévision d’État. Mais cette télévision de 2021 ne peut pas être l’ORTF de 1965, dont Alain Peyrefitte (1925-1999), alors ministre de l’information, s’occupait des « détails », et notamment des décors. » Puis, se tournant vers le ministre d’État Pierre Dartout, Jean-Louis Grinda a ajouté : « Je voudrais insister, M. le ministre d’État, car votre prédécesseur [Serge Telle – NDLR] avait dit qu’il fallait modifier toute l’information en principauté, parce que la communication n’était pas de l’information. Quelques mois plus tard, lorsque je lui ai demandé où en étaient ses réflexions sur ce sujet, il avait bien compris qu’il fallait intégralement tourner casaque. Et il nous a expliqué, de façon un peu alambiquée, que rien n’allait changer. Le Covid-19 a poussé tout le monde à bouger les lignes. Je ne peux que vous inciter à poursuivre dans cette direction. »

« Dichotomie »

Après avoir félicité le travail des équipes de Monaco Info pour le travail réalisé pendant la pandémie de Covid-19, le président du Conseil national, Stéphane Valeri, a immédiatement partagé le point de vue avancé par Jean-Louis Grinda : « On ne s’est pas concerté, pourtant je vais dire la même chose que vous M. Grinda, mais avec mes mots, a commencé Stéphane Valeri. Sur la forme, notre chaîne publique a accéléré sa modernisation. Au plus fort de la crise sanitaire, nous avons eu l’impression que Monaco Info devenait une chaîne d’information pluraliste, équilibrée, avec des contrepoints intéressants, n’hésitant pas à poser des questions, et pas toujours à faire des compliments. En faisant d’ailleurs preuve de davantage de libertés lorsqu’il s’agissait de moi-même ou d’un élu, que lorsqu’il s’agissait d’un membre du gouvernement… » Mais passé les compliments sur le traitement de l’actualité pendant l’épidémie de coronavirus, Stéphane Valeri a ajouté : « Nous le demandons depuis le début de ce mandat, en février 2018, sans être écoutés, pour l’instant, par le gouvernement : cette modernisation sur la forme doit s’accompagner d’une restructuration sur le fond. Monaco Info, c’est la chaîne de télévision de Monaco. Elle fonctionne grâce aux crédits de l’État monégasque, votés par le Conseil national, et utilisés pour cela par le gouvernement. Donc cette chaîne ne doit pas être le canal de communication du seul gouvernement. Il s’agit de la chaîne publique de l’État monégasque. Elle ne peut plus souffrir de la dichotomie entre information et communication. Un pas en avant a été fait pendant le confinement. Désormais, il ne faut surtout pas reculer. »

« Les journalistes ont beau être rémunérés par le gouvernement, il n’en demeure pas moins qu’ils ont une déontologie et qu’ils ont une exigence d’objectivité pour être crédible vis-à-vis de la population. Je trouve qu’il y a de l’objectivité dans les journaux télévisés de Monaco Info » Pierre Dartout. Ministre d’État

« Critique »

S’appuyant sur l’actualité récente, avec la disparition de l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing (1926-2020), Stéphane Valeri a lancé une comparaison avec la France : « En France, en 1974, Valéry Giscard d’Estaing a fait évoluer l’ORTF vers France Télévisions. En France, il y a quelques décennies, on a transformé des journalistes fonctionnaires, en journalistes non fonctionnaires. Un organisme public a été créé, dans lequel l’État n’est pas le seul à donner des instructions, n’est pas le seul à nommer, n’est pas le seul à promouvoir. Si on veut une information pluraliste dans ce pays, ce qui me semble être la moindre des choses dans la modernité que l’on peut souhaiter pour notre chaîne de télévision, il faudra bien que vous entendiez un jour ce message. Le précédent ministre d’État, Serge Telle, nous avait annoncé ici-même qu’il ne fallait plus que la communication du gouvernement ne soit confondue avec l’information de Monaco Info. Depuis, c’est oubli, rétropédalage, et rien n’a changé. Si on veut qu’un journaliste se sente totalement indépendant et libre, il ne faut pas qu’il soit un employé du gouvernement, M. le ministre. » Après avoir écouté Jean-Louis Grinda et Stéphane Valeri, le ministre d’État, Pierre Dartout, a pris la parole à son tour, et il s’est immédiatement montré rassurant : « D’abord, les journalistes de Monaco Info ont beau être rémunérés par le gouvernement, il n’en demeure pas moins qu’ils ont une déontologie, et qu’ils ont une exigence d’objectivité pour être crédible vis-à-vis de la population. Je trouve qu’il y a de l’objectivité dans les journaux télévisés de Monaco Info. » Puis, s’adressant directement à Stéphane Valeri : « Je ne regarde pas tous les jours Monaco Info, mais il m’est arrivé de vous voir. Je vous ai vu interviewé, avec parfois une connotation critique à l’égard du gouvernement, ce qui est votre droit le plus strict. Et je m’en réjouis, car cela prouve que cette télévision est objective, et qu’elle a le souci de l’impartialité. »

Indépendance

Après avoir dressé ce constat, Pierre Dartout s’est prudemment avancé sur la question des changements qu’il faudrait apporter dans l’organisation et la structure de Monaco Info. Pas question de tout révolutionner, en tout cas, pas tout de suite. « Dans une ville-Etat de 38 000 habitants, une télévision publique ne peut pas être de même nature que dans une grande nation. Il y a forcément des adaptations qui sont nécessaires. Mais il y a aussi pour nous la nécessité de faire passer un certain nombre de messages, même si nous ne devons pas être les seuls à faire passer des messages. Je ne veux pas prendre d’engagements trop explicites, mais je suis prêt à examiner avec vous un certain nombre d’évolutions qui pourraient être faites », a concédé le ministre d’État. La porte est donc entrouverte, et cela a contenté les élus qui se sont exprimés sur ce sujet, à commencer par Jean-Louis Grinda : « J’entends bien vos propos prudents, M. Le ministre. Mais c’est une preuve d’ouverture et d’entente des idées qui ont été avancées ce soir. » Stéphane Valeri attend aussi la suite, et surtout le début des discussions concrètes autour de ce dossier qui n’a pas avancé depuis février 2018. « Que cette chaîne soit un outil de promotion de la politique de la principauté, on l’entend parfaitement, bien sûr », a indiqué le président du Conseil national. Mais, désormais, les élus attendent un réel changement de cap pour Monaco Info. Un cap qui emmènerait cette chaîne de télévision vers une totale indépendance journalistique.

Publié le

Monaco Hebdo