mercredi 18 mai 2022
AccueilPolitiqueElections à Menton : polémique autour des affiches électorales

Elections à Menton : polémique autour des affiches électorales

Publié le

Tous les candidats sont enregistrés pour le premier tour des élections municipales partielles de Menton, fixé au 30 janvier 2022, et les esprits continuent de s’échauffer. Le combat continue en effet entre Sandra Paire, tête de liste « Unis pour Menton » , ex-première adjointe de Jean-Claude Guibal, décédé d’une crise cardiaque le 25 octobre 2021, et Yves Juhel, tête de liste « Menton pour tous », maire depuis le 9 novembre 2021, avant d’essuyer la démission d’un tiers du conseil. Suite au départ de ces élus, principaux soutiens de Sandra Paire, la guerre semble déclarée entre les deux camps, qui s’affronteront au premier tour des élections dimanche 30 janvier 2022, et, peut-être, dimanche 6 février 2022. Après s’être mutuellement attaqués par l’intermédiaire de la justice, entre plaintes pour diffamation pour l’une, et accusations de vols de documents en mairie pour l’autre, une nouvelle polémique vient de naître au sujet des affiches électorales. Vendredi 14 janvier 2022, deux jours avant le lancement officiel de la campagne électorale, des affiches de campagne d’Yves Juhel apparaissaient déjà dans Menton. Un léger faux pas, qui ne passe pas : « Visiblement, le candidat Yves Juhel a pris goût à l’affichage de son nom partout, au point d’ignorer ses obligations en matière électorale », a tout de suite réagi le groupe « Unis pour Menton » représenté par Sandra Paire sur son compte Facebook. « Après les panneaux publicitaires et les réseaux sociaux de la ville, sur lesquels il communique avec l’argent des Mentonnais en période électorale, il fait poser ses affiches avant la date légale. L’affichage à des fins électorales n’étant autorisé qu’à partir du 17 janvier 2022 [deux jours après la pose des premières affiches pour Yves Juhel — NDLR] », ajoutent-ils. Contacté par nos confrères de Nice-Matin, le maire en place explique avoir « parfaitement le droit […]. Il n’est pas interdit d’afficher 24 ou 48 heures avant le début de la campagne officielle, à partir du moment où les éléments de propagande sont validés. Et que l’affiche du candidat est collée sur son panneau. » Raison ou tort ? Si le code électoral ne stipule pas clairement quand les candidats peuvent démarrer officiellement leur campagne d’affichage, le guide des élections municipales de 2020 notifie, quant à lui, que chaque candidat peut utiliser l’emplacement d’affichage « dès l’ouverture de la campagne électorale ». Toujours est-il que certaines affiches d’Yves Juhel ont disparu entre-temps, toujours selon Nice-Matin, mettant ainsi fin à la polémique. Pour rappel, Anthony Malvaut (« Menton avec vous »), Stéphanie Lois (« Réconcilions Menton ») et Marjorie Jouen (« Collectif citoyen Menton autrement ») sont également enregistrés pour le premier tour des élections.

Publié le

Monaco Hebdo