dimanche 25 septembre 2022
AccueilPolitiqueMaintien à domicile : le numérique au soutien ?

Maintien à domicile : le numérique au soutien ?

Publié le

Le 9 décembre 2021, lors de l’examen du budget primitif 2022, l’élu Priorité Monaco (Primo !) Franck Julien, qui est aussi président de la commission pour le développement du numérique, a demandé au gouvernement de faire un point sur la mise en place en principauté du dossier médical partagé, qui ne sera pas mis en œuvre en 2022, car il reste à trouver des accords et des synergies avec la France. Si un cadre juridique existe déjà, il sera renforcé « pour être plus en phase avec les innovations technologiques que nous allons mettre en œuvre », a indiqué le conseiller-ministre pour les affaires sociales et la santé, Didier Gamerdinger. Un projet de loi est donc en cours d’élaboration. Il encadrera juridiquement le dossier médical informatisé du patient, la télémédecine, et le secret partagé. « Ce texte est rédigé, il est à la consultation, notamment du haut-commissaire aux droits. Nous devrions pouvoir vous soumettre ce projet de loi à la fin du premier trimestre 2022 », a ajouté Didier Gamerdinger. La question du « dossier partagé » est un point sensible, car il suppose la création de messageries électroniques sécurisées entre les professionnels de la santé. « Nous sommes en phase de tests pour ces messageries cryptées, a indiqué Didier Gamerdinger. Concernant la téléconsultation, elle a été expérimentée en mars et avril 2020, lors de la première vague de Covid-19. Une grande satisfaction a été ressentie par les praticiens. Du coup, nous avons travaillé sur un outil plus pérenne. Nous sommes, là aussi, en phase de tests sur un module de téléconsultations, plus sécurisé que la première version de 2020. » Concernant l’amélioration du vieillissement, la piste du numérique a été évoquée par Franck Julien, avec, notamment, un projet de « plateforme autonomie » porté par le gouvernement monégasque. « Le gouvernement souhaite maintenir le plus longtemps possible les personnes âgées à leur domicile, a souligné Didier Gamerdinger. Pour cela, nous devons être davantage en capacité de travailler en réseau entre l’hôpital et les médecins de ville, les professionnels de santé, les kinésithérapeutes, les infirmières, les sociétés de prestations à domicile, la mairie de Monaco… D’où l’idée de cette plateforme. Je n’en dis pas plus, car je viens de vous écrire pour vous proposer de présenter cela devant la commission des intérêts sociaux et des affaires diverses (CISAD) ». Les objectifs, le contenu, et le financement de cette « plateforme autonomie » seront donc présentés très prochainement aux conseillers nationaux. « Le maintien à domicile passe aussi par des bâtiments intelligents, des “smart buidings”. La mairie de Monaco a développé des téléservices pour faciliter le maintien à domicile des personnes âgées. Ce genre d’équipements coûte bien moins cher s’il est prévu dès la construction. Car, une fois le bâtiment construit, faire passer des câbles et poser le matériel nécessaire, revient beaucoup plus cher, et c’est plus long, aussi », a ajouté Franck Julien. Cette réflexion est menée par les services de l’État, a répondu, en substance, Didier Gamerdinger : « L’approche monégasque actuelle, consiste à livrer 5 % d’appartements domaniaux qui sont adaptables, et 3 % qui sont adaptés. Cela nous permet de réfléchir en amont aux types de structures à mettre en place. » Avant d’ajouter : « Concernant l’aide du numérique pour le maintien à domicile, oui, il y a de bonnes initiatives. La mairie me dit qu’elle teste régulièrement un certain nombre d’équipements. Parfois, il y a des résultats intéressants, et parfois, c’est assez décevant. Il faut pouvoir éprouver les solutions techniques, avant de pouvoir les systématiser. C’est ce que nous faisons, de manière pragmatique. » Le président de la commission pour le développement du numérique a repris la parole, estimant, pour sa part, que « les nouveaux appartements sont souvent équipés de systèmes domotiques, notamment pour faciliter la gestion de la climatisation ou du chauffage. Du coup, je pense qu’il y a des interactions à imaginer, pour que cette domotique soit facilement utilisable, afin de faciliter le maintien à domicile. »

Publié le

Monaco Hebdo