samedi 3 décembre 2022
AccueilPolitiqueEHPAD : pourquoi il va falloir patienter

EHPAD : pourquoi il va falloir patienter

Publié le

La question de la construction d’un nouvel établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) a été évoquée pendant l’examen du budget rectificatif 2022. Le projet envisagé en bas de l’avenue de Grande-Bretagne a été abandonné. Il va donc falloir trouver un nouveau lieu.

L’information avait été communiquée mi-octobre 2021 par le ministre d’État, Pierre Dartout, devant les élus du Conseil national. Il avait alors indiqué que deux établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) étaient en projet : le premier, en bas de l’avenue de Grande-Bretagne, était envisagé pour 2025. Le second, était prévu pour 2029, dans le cadre de l’opération Annonciade II. Le 13 octobre 2022, en début de séance budgétaire, le président Priorité Monaco (Primo !) de la commission des intérêts sociaux et des affaires diverses, Marc Mourou, est donc revenu sur ce sujet. Il a évoqué le projet de construction d’un EHPAD du côté de l’opération Grande-Bretagne, en plus de logements domaniaux pour les Monégasques. Evoqué en 2020, ce dossier a finalement été abandonné pour des motifs « de terrains et urbanistiques », a indiqué Marc Mourou, qui a demandé au gouvernement si un autre lieu avait pu être identifié par le gouvernement. Pour lui répondre, le conseiller-ministre pour les affaires sociales et la santé, Christophe Robino, a commencé par planter le décor. D’ici à 2040, il faudra augmenter la capacité d’accueil pour les personnes dépendantes, a souligné le conseiller-ministre, avant d’évoquer une étude d’actuaires, qui fait état d’un besoin pour Monaco de 360 lits de plus. Voilà pourquoi, pour la période 2025-2030, la construction d’un EHPAD était donc prévue. Si le projet prévu a été abandonné, c’est pour « des raisons urbanistiques, mais aussi parce que nous n’étions pas en mesure de produire un programme qui permettait de répondre aux pré-requis qualitatifs pour la construction de cet EHPAD, qui était notamment de fournir des chambres de surface suffisante. Ce qui est un élément fort de la discussion que nous avons pu avoir dans le passé », a rappelé Christophe Robino.

« Réflexion »

« Nous devrions pouvoir nous contenter de 100 lits, en attendant que les possibilités de construction sur l’Annonciade II nous permettent de réaliser un autre EHPAD. Dans l’intervalle, nous cherchons des solutions », a expliqué Christophe Robino. Dans l’immédiat, et devant l’importance de construire un équipement pour la principauté pour 2025-2030, il faut donc agir. Mais il faut commencer par identifier un lieu possible en principauté pour accueillir cet EHPAD. Le ministre d’État, Pierre Dartout, a assuré avoir déjà « quelques idées », expliquant que le choix pour la localisation de ce futur équipement sera communiqué aux élus « en temps utiles », sans en dire davantage. Quant au mode de gestion de ce futur établissement, « rien n’est encore arrêté », a indiqué le conseiller-ministre pour la santé. « Il est clair que la multiplication des structures de ville appelle à réflexion, a glissé Christophe Robino. [Aujourd’hui], la gestion s’articule autour du centre de coordination de gérontologie de Monaco, de la direction de l’action et de l’aide sociale (Daso), et du service de gérontologie-gériatrie du centre hospitalier princesse Grace (CHPG). Actuellement, le développement de l’activité du service de gérontologie est important. Il est notamment chargé de la réouverture de la Villa Speranza, qui devrait avoir lieu en janvier 2023. Ce centre est important pour la prise en charge des patients qui ont besoin d’un suivi ambulatoire, dans le cadre de maladies cognitivo-comportementales. Nous allons donc réfléchir pour définir la meilleure façon de gérer ces établissements, qui, quoi qu’il en soit, ne pourra se faire sans l’appui des équipes du CHPG. »

Publié le

Monaco Hebdo