jeudi 2 février 2023
AccueilPolitiqueBudget primitif 2023 — EHPAD, stade Louis II, Charges locatives et usine...

Budget primitif 2023 — EHPAD, stade Louis II, Charges locatives et usine d’incinération : les réponses du gouvernement

Publié le

Dans la dernière ligne droite menant au vote du budget primitif 2023, les conseillers nationaux ont échangé avec le gouvernement sur des sujets qui animent le quotidien de la principauté. Monaco Hebdo revient sur cette soirée de débats, qui s’est déroulée le 12 décembre 2022.

Arches du stade Louis II : la rénovation débutera en janvier 2023

Marine Grisoul, présidente Priorité Monaco (Primo !) de la commission de l’éducation, de la jeunesse et des sports, a questionné le gouvernement au sujet de la rénovation du stade Louis II : « Il faut lancer les travaux de réfection des arches au plus vite. Elles apparaissent régulièrement à la télévision, et leur état de détérioration ne montre pas une image digne de notre principauté. Je rappelle l’importance des buvettes et des gradins, qui doivent être une priorité, tout comme la nécessité d’optimiser les projets de restructuration des équipements sportifs. » Selon Patrice Cellario conseiller-ministre de l’intérieur, une inspection a écarté tout risque majeur structurel, en ce qui concerne le stade, et un rapport devrait être remis « sous peu » pour de simples travaux de peinture. Il assure aussi que l’état des arches du stade Louis II « ne présente aucun risque » dans leur état structurel. Il a également annoncé que la rénovation esthétique de ces arches devrait démarrer « dans les premiers jours de janvier » 2023. Concernant la rénovation des locaux d’accueil du public, Patrice Cellario a assuré qu’ils doivent s’inscrire dans le cadre du projet global de restructuration du stade Louis II : « Il serait en effet dommageable d’entreprendre des travaux qui seraient ensuite voués à la démolition. Une étude a déjà été lancée concernant les améliorations que nous pouvions apporter, pour que l’expérience des spectateurs soit améliorée, notamment au niveau des buvettes. »

Arches stade Louis II
Patrice Cellario a assuré que l’état des arches du stade Louis II « ne présente aucun risque » dans leur état structurel. © Photo AS Monaco FC

Logement des Monégasques : réduire le coût des charges locatives

Lors de la troisième séance budgétaire, lundi 12 décembre 2022, Franck Lobono, président Priorité Monaco (Primo !) de la commission du logement, a fait le point sur les charges locatives dans les immeubles domaniaux : « C’est une préoccupation, car les charges locatives ne dépendent pas d’un choix individuel pour les appartements domaniaux, puisque ce sont des logements qui sont attribués. Mais, parfois, les charges sont relativement conséquentes, notamment dans les nouveaux immeubles. Et il s’agit bien d’une dépense : une partie relève de la consommation individuelle, mais l’autre relève de la gestion commune. Pour la tour Odéon, par exemple, le rappel de charges locatives est assez important pour certains résidents. Et ces charges locatives, qui ont augmenté, vont encore augmenter, sachant que le bouclier tarifaire ne va pas forcément s’appliquer sur les co-propriétés. Sans doute dès 2024, le rappel des charges de 2023 risque de faire un peu mal. Il faut donc anticiper, et voir comment réduire au maximum ces charges communes locatives, sans le faire au détriment du confort des immeubles. »

Franck Lobono
Franck Lobono. Président Priorité Monaco (Primo !) de la commission du logement. © Photo Conseil National

« L’impact de l’augmentation des coûts observés en 2023 ne sera constaté qu’en 2024, au moment de la régularisation des charges locatives. Il conviendra d’avoir cette réflexion et ce dialogue avec les syndics des principaux immeubles. Le cas de la tour Odéon peut nous servir d’exemple »

Jean Castellini. Conseiller-ministre pour l’économie et les finances
Jean-Luc Castellini
Jean Castellini. Conseiller-ministre pour l’économie et les finances. © Photo Conseil National

Jean Castellini, conseiller-ministre pour l’économie et les finances, n’a pas dit le contraire : « Je confirme que l’impact de l’augmentation des coûts observés en 2023 ne sera constaté qu’en 2024, au moment de la régularisation des charges locatives. Il conviendra d’avoir cette réflexion et ce dialogue avec les syndics des principaux immeubles. Le cas de la tour Odéon peut nous servir d’exemple. Je rappelle que, sur cet ensemble, ou sur d’autres plus grands encore, certaines dépenses ne sont pas refacturées, comme la sécurité et l’entretien des espaces verts. Mais d’autres dépenses méritent que l’on s’y attarde davantage. » Le conseiller-ministre a également assuré qu’une réponse, en concertation avec le syndic, va être « adressée prochainement » pour donner des explications aux résidents de la tour Odéon. « Les arriérés de charges pourront faire l’objet de paiements échelonnés. L’augmentation de l’acompte mensuel aussi, pour éviter que la régularisation ne soit trop significative, et que le choc ne soit trop important. Pour le traiter sur le fond, nous regarderons dans le détail comment nous pouvons diminuer ce montant, et être dans une approche de sobriété énergétique. »

«Nous sommes cette fois concentrés sur le seul besoin de l’EHPAD. Une autre proposition m’a été présentée et, à la rentrée de janvier 2023, nous aurons une réunion conjointe pour nous assurer de sa viabilité»

Céline Caron-Dagioni. Conseillère-ministre pour l’équipement, l’environnement et l’urbanisme
Ehpad retraite senior
© Photo DR

Combler le manque de lits d’EHPAD à Monaco

Depuis l’étude de la dépendance réactualisée en 2018, il est devenu clair que Monaco manquait cruellement d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Le gouvernement s’est donc projeté sur l’objectif de créer 360 lits en principauté d’ici 2040. Une structure de 78 lits a déjà été mise en place à Cap d’Ail, grâce à l’ouverture du Cap Fleuri 2, et l’exécutif veut maintenant privilégier des solutions au sein-même de Monaco. Ç’aurait pu être le cas, à court terme, du côté de l’avenue Grande-Bretagne, mais le projet a fini par être mis de côté. Questionnée à ce sujet par Marc Mourou, président Priorité Monaco (Primo !) de la commission des intérêts sociaux et des affaires diverses, Céline Caron-Dagioni, conseillère-ministre de l’équipement, de l’environnement et de l’urbanisme, a rappelé pourquoi ce projet n’était pas simple : « Ce lieu géographique s’est avéré extrêmement complexe. Nous avons lancé l’idée sur base du cahier des charges du Cap Fleuri, mais plusieurs projets réunis en un seul rendait difficile son installation. » Céline Caron-Dagioni a ensuite détaillé les nouveaux projets d’EHPAD qui sont actuellement à l’étude : « Nous sommes cette fois concentrés sur le seul besoin de l’EHPAD. Une autre proposition m’a été présentée et, à la rentrée de janvier 2023, nous aurons une réunion conjointe pour nous assurer de sa viabilité. » Christophe Robino, conseiller-ministre de la santé et des affaires sociales, a également confirmé que « toutes les pistes étaient envisagées pour faire face au manque d’EHPAD », ajoutant que ce projet qui sera présenté au gouvernement est « extrêmement prometteur », et qu’il espère le « concrétiser ». Il a aussi précisé que la fondation Giaume, transformée en un EHPAD de 80 chambres, va rouvrir en janvier 2023 : « Cela offrira un peu de délais aux besoins que nous avons de construire des structures adaptées pour accueillir nos aînés. »

«Maintenir l’usine actuelle en fonction jusqu’en 2030 est un véritable défi. C’est d’ailleurs pour cela que le gouvernement a inscrit plus de 60 millions d’euros au budget primitif 2023, afin de pouvoir renouveler certains équipements»

Céline Caron-Dagioni. Conseillère-ministre pour l’équipement, l’environnement et l’urbanisme

Maintien de l’usine d’incinération jusqu’en 2030 : plus de 60 millions injectés dès 2023

Le projet de futur centre de traitement et de valorisation des déchets de Monaco (CTVD), appelé Symbiose, a été monté en à peine un an par les équipes de la Société monégasque d’assainissement (SMA) et de la Société monégasque de l’électricité et du gaz (SMEG). Il promet d’être innovant et durable, et devrait être bâti et prêt pour 2030, sur l’îlot Charles III. D’ici là, l’actuelle usine, qui est donc vieillissante, va devoir tenir. Dans la soirée du 12 décembre 2022, Marine Grisoul, présidente Priorité Monaco (Primo !) de la commission de l’éducation, de la jeunesse et des sports, s’est inquiétée des délais de chantiers, et des conséquences à craindre, si ce projet n’était pas concrétisé à temps : « Maintenir l’usine actuelle en fonction jusqu’en 2030 est un véritable défi. C’est d’ailleurs pour cela que le gouvernement a inscrit plus de 60 millions d’euros au budget primitif 2023, afin de pouvoir renouveler certains équipements. Nous sommes donc très vigilants sur le respect des délais de mise en service de cette future usine, car nous savons que l’actuelle ne pourra pas encore perdurer des dizaines d’années. Je souhaite donc que le gouvernement nous confirme à nouveau que l’usine Symbiose sera bien livrée en 2030. » La conseillère-ministre pour l’équipement, l’environnement et l’urbanisme, Céline Caron-Dagioni, a confirmé : « L’objectif est de le livrer à cet horizon 2030. Nos juristes analysent l’offre du concessionnaire, et s’assurent que leurs propositions et leurs engagements en matière de performance énergétique, de rejet et de réduction de gaz à effet de serre, soient traduits dans celle-ci. »

Publié le

Les plus lus

Covid-19 : le taux d’incidence en dessous du seuil d’alerte

Sur le front de la pandémie de Covid-19, le taux d’incidence  vient de passer sous la barre des 50, qui constitue le seuil d’alerte.
Monaco Hebdo