jeudi 2 février 2023
AccueilPolitiqueBrigitte Boccone-Pagès, première femme élue à la présidence du Conseil national

Brigitte Boccone-Pagès, première femme élue à la présidence du Conseil national

Publié le

Le 6 octobre 2022, sans surprise, Brigitte Boccone-Pagès a été élue à la présidence du Conseil national, en remplacement de Stéphane Valeri, parti occuper la présidence-déléguée de la Société des Bains de Mer. Balthazar Seydoux est le nouveau vice-président de cette assemblée.

Le 6 octobre 2022, en ouverture de la première séance consacrée à l’examen du budget rectificatif 2022 de l’État, les conseillers nationaux ont été appelés à voter pour élire un nouveau président. En effet, à cinq mois à peine des élections des élections nationales du 5 février 2023, le président élu en 2018, Stéphane Valeri, a quitté ses fonctions le 23 septembre 2022 pour prendre la présidence déléguée de la Société des bains de mer (SBM) le 31 mars 2023. Président sortant de l’Assemblée, il avait été réélu le 5 avril 2022. Le fauteuil étant désormais vacant, il fallait voter pour un remplaçant, qui est donc une remplaçante. Alors qu’elle était vice-présidente du Conseil national depuis 2018, Brigitte Boccone-Pagès a été élue présidente du Conseil national à l’unanimité des 22 élus encore en place (1). Depuis que la pandémie de Covid-19 a éclaté, en mars 2020, l’union nationale est donc plus que jamais en place, laissant les groupes politiques élus en 2018, à savoir Priorité Monaco (Primo !), Horizon Monaco (HM), et Union Monégasque (UM) entre parenthèses.

L’union nationale est donc toujours en place, laissant les groupes politiques élus en 2018, à savoir Priorité Monaco (Primo !), Horizon Monaco (HM), et Union Monégasque (UM) entre parenthèses

Déferlante

Sous les applaudissements, Brigitte Boccone-Pagès est donc devenue dans la soirée du 6 octobre 2022 la première femme élue à la présidence du Conseil national, depuis la création de cette assemblée, en 1911. Visiblement émue, elle a pris la parole pour exprimer sa joie. Elle a immédiatement adressé un message à son prédécesseur, Stéphane Valeri, qu’elle suit en politique depuis 2001, avec la création, à l’époque, du groupe politique Union pour la Principauté (UP) : « Élu plus jeune conseiller national en 1988, une nouvelle fois en 1993, puis président en 2003, 2008 et, bien sûr, en 2018 au début de cette mandature, Stéphane Valeri s’est investi sans compter. Nous en sommes toutes et tous ici témoins directs et acteurs à ses côtés. Il a ainsi mis en œuvre le mandat que nos compatriotes nous avaient donné. Il a su relever les défis qui se présentaient et su répondre aux épreuves posées par l’époque, dans le cadre de ses fonctions au service de Monaco, jusqu’à la dernière minute parmi nous. » Née le 8 mai 1959 à Monaco, mariée, mère de deux enfants, Brigitte Boccone-Pagès a obtenu son premier succès politique à l’occasion des élections nationales de 2003, aux côtés de Stéphane Valeri, alors tête de liste. Elue, elle a été ensuite nommée dans la foulée à la présidence de la commission de la jeunesse du Conseil national.

Brigitte Boccone Pagès Conseil National
« J’ai conscience de la valeur symbolique de cette élection. Voilà qui, je l’espère, inspirera, dans la poursuite de leurs rêves, toutes les jeunes femmes qui nous regardent. » Brigitte Boccone-Pagès. Présidente du Conseil national. © Photo Conseil National

Dans l’immédiat et jusqu’à février 2023, il n’y aura pas de surprise, a promis la nouvelle présidente du Conseil national : « Soyez-en assurés : mon élection s’inscrit pleinement dans la continuité de son action. Il s’agit de poursuivre sur la voie des engagements qui ont été pris devant les Monégasques en 2018, et tout au long de cette mandature. » Avant d’ajouter : « En respectant [notre Constitution — NDLR] dans son esprit comme dans sa lettre qui affirme que la loi implique, je cite « l’accord des volontés du prince et du Conseil national », nous continuerons d’être un partenaire institutionnel du gouvernement, sans être, je m’inscris pleinement dans l’expression de mon prédécesseur, « ni chambre d’enregistrement, ni chambre d’opposition »». Alors que le « hashtag » #MeToo apparu le 15 octobre 2017, a été lancé il y a cinq ans, entraînant une véritable déferlante avec une libération de la parole des femmes concernant notamment les agressions et le harcèlement sexuel, Brigitte Boccone-Pagès a évoqué la question de la place de la femme, au cœur de son discours : « Depuis le début de la mandature, nous avons placé la promotion de l’égalité femme-homme au rang de priorité. C’est un engagement au long cours qui doit se poursuivre, à Monaco comme ailleurs. Dans le monde, un cinquième seulement des parlements est présidé par une femme selon l’ONU, même si nous pouvons nous réjouir que cette proportion ait triplé en une génération, ce qui est encourageant. J’ai conscience de la valeur symbolique de cette élection. Voilà qui, je l’espère, inspirera, dans la poursuite de leurs rêves, toutes les jeunes femmes qui nous regardent. »

« Dans le monde, un cinquième seulement des parlements est présidé par une femme selon l’ONU, même si nous pouvons nous réjouir que cette proportion ait triplé en une génération, ce qui est encourageant. J’ai conscience de la valeur symbolique de cette élection. Voilà qui, je l’espère, inspirera, dans la poursuite de leurs rêves, toutes les jeunes femmes qui nous regardent »

Brigitte Boccone-Pagès. Présidente du Conseil national

Ralliement

Prenant la parole à son tour, le ministre d’État, Pierre Dartout, a félicité la nouvelle présidente : « Ayant appris à vous connaître, je sais que sous votre présidence les deux institutions que nous représentons continueront à évoluer sur la voie du dialogue constructif, dans l’intérêt de la principauté. » Pierre Dartout a aussi salué Stéphane Valeri pour l’ensemble de son travail réalisé depuis 2018, et pour « son investissement constant », tout en lui souhaitant « toute la réussite possible » dans ses nouvelles fonctions. Quelques minutes plus tard, seul candidat, l’élu Primo ! et président de la commission des finances, Balthazar Seydoux, a été élu vice-président du Conseil national, également à l’unanimité. Portée par ces votes qui ont été de véritables plébiscites, Brigitte Boccone-Pagès a profité de cette occasion pour commencer à baliser le terrain pour les élections nationales de février 2023, en mettant en avant l’efficacité de l’union nationale, qui a donc pris le pas sur les trois groupes politiques élus en février 2018 : « Cette pratique de l’union nationale, qui s’est imposée naturellement durant la crise sanitaire, s’est affirmée depuis, dans le respect des sensibilités, avec l’objectif commun de servir notre population et le pays. L’union nationale clarifie le dialogue entre l’Assemblée et le gouvernement. Elle fait ses preuves. Je remercie à cette occasion l’ensemble de mes collègues réunis ce soir. Notre diversité est une force. Notre capacité à travailler ensemble, pour un Conseil national apaisé et dans son rôle, est une ressource pour l’État et une chance pour notre communauté nationale. » Opposant en 2018, l’élu Union Monégasque (UM), Jean-Louis Grinda, a ouvertement affiché son soutien à Brigitte Boccone-Pagès : « Nous avons appris à nous connaître au sein de cet hémicycle. Pendant la rude période du Covid, nous avons, à l’appel de Stéphane Valeri, mais aussi parce que nous l’avons tous voulu, pratiqué l’union nationale. Cette union nationale a été un vrai succès pour le Conseil national […]. Votre comportement depuis le début de cette mandature a été exemplaire. J’ai d’ailleurs à chaque fois voté pour vous, pour la vice-présidence. » Confirmant « publiquement » son ralliement à Brigitte Boccone-Pagès, « quel que soit ce qui a pu nous séparer dans le passé », Jean-Louis Grinda a immédiatement fait bloc derrière la nouvelle présidente de l’Assemblée, prenant lui aussi position pour les élections nationales de février 2023.

1) Il manque désormais deux conseillers nationaux sur les 24 élus en février 2018. Il s’agit de l’élu Priorité Monaco (Primo !), Christophe Robino, qui a rejoint le gouvernement au poste de conseiller-ministre pour les affaires sociales et la santé en avril 2022, et de la tête de liste Primo ! et président du Conseil national, Stéphane Valeri, qui assurera la présidence déléguée de la SBM à partir du 31 mars 2023.

Publié le

Les plus lus

Darius au théâtre des Muses, début février

Du 2 au 5 février 2023, Catherine Aymerie et François Cognard seront au théâtre des Muses pour interpréter Darius.

Alexandre Boin nouveau directeur du CREM

Monaco Hebdo