dimanche 14 août 2022
AccueilEconomie« Cloud souverain » : Monaco Cloud devient le premier opérateur homologué en principauté

« Cloud souverain » : Monaco Cloud devient le premier opérateur homologué en principauté

Publié le

Les services de l’opérateur Monaco Cloud, l’entreprise qui rend techniquement possible le stockage des données du « cloud souverain », viennent d’être homologués par l’État monégasque. Un gage de sérieux et de performance, pour mieux se déployer au-delà des frontières de la principauté ?

C’est une nouvelle étape dans le développement du « cloud souverain » à Monaco, lancé pour la première fois en Europe le 30 septembre 2021. Les services de l’opérateur Monaco Cloud, l’entreprise qui rend possible techniquement le stockage des données de ce « cloud souverain », ont été homologués selon la méthodologie recommandée par l’agence monégasque de sécurité numérique (AMSN), l’autorité nationale en charge de la sécurité des systèmes d’information, en juillet 2022.

Concrètement, cela signifie que la principauté estime et garantit, par le biais de son propre organe d’homologation national, que le niveau de sécurité de son cloud est optimal

Une feuille de route en Cybersécurité

Concrètement, cela signifie que la principauté estime et garantit, par le biais de son propre organe d’homologation national, que le niveau de sécurité de son cloud est optimal. Mais il ne s’agit pas non plus d’un cloud auto-certifié par l’État, car cette homologation repose sur la politique de sécurité des systèmes d’information de l’État, dite PSSI-E, qui est une référence aussi en France depuis 2014, année de sa mise en application dans le pays voisin. Il s’agit d’une sorte de feuille de route en matière de cybersécurité, pour se prémunir d’attaques numériques, comme les menaces de piratage de données sensibles, les atteintes à la vie privée, et le sabotage de systèmes d’information. Le « cloud souverain » est donc devenu conforme à cette méthodologie qui, si elle ne prémunit aucun service ou administration du risque zéro, garantit toutefois les « plus hauts standards de sécurité et de performances » au gouvernement et aux entreprises privées de la principauté, promet cette entreprise. Par là-même, Monaco Cloud est devenu le premier opérateur de cloud — et le seul actuellement — homologué en principauté. Frédéric Fautrier, directeur général de l’AMSN, en charge de ces contrôles, l’assure également : « Il s’agit du premier cloud homologué en principauté. Nous avons édicté des normes, et je me félicite qu’elles aient été mises en œuvre par un acteur monégasque. Cette homologation est le fruit d’importants efforts, réalisés depuis plusieurs mois par les équipes de Monaco Cloud. Il faut se féliciter de la réussite de cette étape importante, déjà déterminante pour la sécurité des clients, au premier rang desquels le gouvernement. Nous continuerons ainsi d’être aux plus hauts standards en matière de sécurité ».

« Nous avons la chance d’être sur un marché très porteur qui croît à deux chiffres chaque année. Ensuite, notre promesse de cloud souverain porte en Europe. Les consciences s’éveillent sur l’enjeu de maîtrise de la donnée, et nous sommes PIONNIERS en Europe sur ce sujet »

Pierre Puchois. Patron de Monaco Cloud

S’étendre au secteur privé

Pour rappel, le « cloud souverain » est un outil numérique qui permet de stocker les données de l’État monégasque, mais aussi des entreprises privées installées en principauté [à ce sujet, lire notre article Monaco lance son cloud souverain, publié dans Monaco Hebdo n°1216 — NDLR]. Car, si l’État est le premier client et actionnaire de cet outil pour les besoins de ses propres services en matière de santé, d’éducations, d’infrastructures et d’administration, il a vocation à s’étendre à davantage d’acteurs privés de Monaco qui souhaiteraient développer leurs services numériques, ainsi que leurs capacités de stockage et de sauvegarde. Pierre Puchois patron de Monaco Cloud, vise d’ailleurs les 25 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2026, contre 2 millions aujourd’hui : « Aujourd’hui, notre priorité est de nous adosser à un réseau de partenaires intégrateurs dont la mission est de proposer et de déployer nos services aux clients finaux. Cette mécanique de distribution indirecte permet d’augmenter significativement notre marché adressable. Nous avons la chance d’être sur un marché très porteur, qui croît à deux chiffres chaque année. Ensuite, notre promesse de cloud souverain porte en Europe. Les consciences s’éveillent sur l’enjeu de maîtrise de la donnée, et nous sommes pionniers en Europe sur ce sujet. » Monaco Cloud espère aussi s’exporter au-delà des frontières monégasques, y compris au service d’autres États européens : « Notre initiative est unique en Europe. Elle intéresse et suscite aujourd’hui beaucoup de curiosité des autres États, pour lesquels la souveraineté devient un pilier dans les politiques de transition numérique. Certains projets en France, notamment, portés par des acteurs américains, posent question et sont sous le feu de la critique. Le projet Monaco Cloud répond, quant à lui, à une réelle définition de la souveraineté, garantissant une véritable indépendance dans la maîtrise de la donnée », assure Pierre Puchois [à ce sujet, lire son interview publiée dans ce numéro — NDLR].

Publié le

Monaco Hebdo