mercredi 18 mai 2022
AccueilEconomieClap de fin pour les salariés de Coty-Lancaster

Clap de fin pour les salariés de Coty-Lancaster

Publié le

La direction de l’usine monégasque Coty-Lancaster avait annoncé la suppression de 24 postes le mois dernier, malgré des bénéfices apparents. Après d’âpres négociations et des jours de grève, trois emplois ont pu être sauvés. Les 21 postes supprimés touchent majoritairement la production. La plupart des travailleurs avaient trente ans d’ancienneté et approche la soixantaine. Dans un communiqué, l’Union des syndicats monégasques (USM) dénonce le « mépris » de la direction. Celle-ci n’a pas respecté les règles de la convention collective nationale du travail en ne justifiant pas les licenciements par des chiffres. Et ce, malgré les demandes de l’inspection du travail monégasque. Seuls les bas salaires ont réussi à obtenir une revalorisation. Certains partent avec trois ans de salaire. L’USM ajoute que la direction « s’est jouée d’eux » en leur intimant de reprendre le travail pour reprendre les négociations, avant de les arrêter dès la reprise du travail. Le conseiller-ministre aux affaires sociales et à la sante, Didier Gamerdinger s’est dit « conscient de la situation des salariés et de leurs intérêts parfois divergents », et nous a assuré que « le gouvernement et ses services ont veillé, tout au long de la procédure du plan social, à ce qu’une solution globalement équilibrée soit trouvée ». Ce dont se félicite la Fédération des syndicats de salariés de Monaco (F2SM), pour qui la tenue des négociations a été bonne, et a permis d’obtenir des contreparties. Même si « aucun plan social n’est jamais parfait », a déclaré Marianne Frasconi, déléguée syndical à la F2SM, elle juge les contreparties obtenues « honnêtes ». Les dirigeants de Coty-Lancaster n’ont pas répondu à nos sollicitations tout au long des négociations. A titre de justification, ils ont envoyé une réponse laconique après l’annonce du plan : « Nous confirmons avoir débuté avec les instances représentatives du personnel un processus de concertation en vue de maintenir la compétitivité de ce site stratégique pour notre entreprise, ainsi que d’en garantir la pérennité. » Une restructuration synonyme de coup de massue pour les opérateurs et conditionneurs de l’usine, majoritairement touchés, et qui peineront, sans doute, à retrouver du travail.

Publié le

Monaco Hebdo