vendredi 27 mai 2022
AccueilEconomieCes entreprises familiales qui créent de la valeur

Ces entreprises familiales qui créent de la valeur

Publié le

Adrien Florisoone
Les 9 valeurs familiales actuellement détenues dans Delubac Familio, dont le gérant est Adrien Florisoone, progressent de 25 à 30 % depuis le début de l'année. © Photo DR

Adrien Florisoone, gérant du fonds Delubac Familio, explique pour Monaco Hebdo l’intérêt d’investir dans des sociétés familiales cotées.

Monaco Hebdo?: Quel est le principe d’investissement de votre fonds Delubac Familio??

Adrien Florisoone?: Delubac Familio est un fonds de fonds diversifié flexible, c’est-à-dire un fonds dont le portefeuille peut être investi sur différentes classes d’actifs, en l’occurrence des actions, des obligations, des produits monétaires ou des matières premières, soit en direct soit au travers d’OPCVM et dans des proportions variant selon les conditions de marché. L’exposition en actions comme en obligations ou en monétaire de Delubac Familio peut ainsi varier de 0 % à 80 %. Ce fonds a été créé en novembre 2005 et conçu initialement pour le compte exclusif d’un family office, dont l’une des exigences était d’investir une partie de l’actif sur des sociétés familiales européennes cotées en Bourse. Ce fonds a ensuite été ouvert à la souscription en août 2009.

M.H.?: Quels critères retenez-vous pour sélectionner ces sociétés??

A.F.?: Les valeurs familiales susceptibles de rentrer en portefeuille doivent, au-delà bien sûr de fondamentaux solides et de bonnes perspectives de croissance, répondre à deux critères à même d’assurer la stabilité du capital et de générer de la valeur pour leurs actionnaires. La famille doit tout d’abord détenir au moins 25 % de la société et donc être impliquée personnellement dans la conduite des affaires. Il doit par ailleurs y avoir deux générations aux commandes, ce qui permet de s’assurer que la transmission de l’entreprise et la protection du patrimoine soient respectées.

M.H.?: Cela assure-t-il de meilleures performances en Bourse??

A.F.?: Les entreprises familiales peuvent s’avérer plus volatiles en Bourse puisque la détention d’une partie du capital par la famille implique une liquidité du titre moins importante. Mais ces valeurs se révèlent souvent plus performantes dans le temps. Les neuf valeurs familiales actuellement détenues dans Delubac Familio progressent en moyenne entre 25 et 30 % depuis le début de l’année et de 40 % à 100 % depuis la création du fonds.

M.H.?: Pouvez-vous nous donner des exemples??

A.F.?: Delubac Familio est notamment investi sur l’équipementier ferroviaire Faiveley, l’équipementier automobile Plastic Omnium, le spécialiste de la vente et de la location de matériel de transport Touax ou encore l’éditeur de jeux vidéo Gameloft. Faiveley et Plastic Omnium permettent de profiter de la croissance dans les pays asiatiques avec pour le premier 20 % du chiffre d’affaires réalisé en Asie, contre 25 % en France, et pour le second un redéploiement stratégique dans cette zone avec un objectif de 15 % des ventes à court terme. Touax réalise encore deux tiers de son activité en Europe mais axe également sa stratégie sur un redéploiement dans les pays émergents. Gameloft, pour sa part, fait preuve de dynamisme dans les lancements de jeux vidéo, notamment pour les smartphones. Toutes les sociétés familiales en portefeuille sont détenues dans une perspective de long terme et certaines le sont depuis la création du fonds.

M.H.?: Plus généralement, quelle est l’allocation du fonds à la sortie de l’été??

A.F.?: Delubac Familio était fin septembre investi à 47 % en actions, à 30 % en obligations, à 16 % sur l’or et à 7 % en liquidités. Cela correspond à une vision prudente sur les perspectives des marchés financiers. Même si les entreprises ont mis en place dès le début de la crise des mesures de restructuration leur permettant aujourd’hui d’avoir, en grande majorité, une situation financière solide et de pouvoir profiter du transfert de croissance des pays matures vers les pays émergents, l’environnement macroéconomique est toujours très délicat et susceptible de les fragiliser. On ne peut toujours pas exclure un risque de défaut d’un pays ou d’une banque, ni des mouvements brusques de devises à même de provoquer des déséquilibres économiques. Les marchés d’actions restent en conséquence incertains et volatiles. L’autre contrainte est un environnement de taux très bas qui rend très difficile toute allocation d’actifs pour un investisseur ne souhaitant pas être uniquement positionné sur les actions. Dans un tel contexte, la flexibilité et la diversification sont les seuls moyens de protéger son capital.

Les infrastructures, thématique acyclique
Pour les gérants de CPR AM, les infrastructures constituent une thématique d’investissement sur les marchés d’actions mondiaux pour le long terme peu dépendante des cycles économiques. « En période de crise et de faible croissance, la majorité des pays émergents et développés lancent des programmes d’investissement pour soutenir l’économie, expliquent-ils dans la publication mensuelle Actifs Nos convictions de CPR AM. En période de croissance économique, la demande en infrastructures reste élevée et est confirmée par la volonté affichée des états de favoriser les projets de développement durable tels que les énergies renouvelables et la construction des bâtiments de haute qualité environnementale tout particulièrement dans le domaine de la santé et de l’éducation. »
Les F&A dans les pays émergents dépassent celles de l’Europe
Selon les derniers chiffres de Thomson Reuters, les montants d’opérations de fusions acquisitions (F&A) au niveau mondial ont crû de 15 % depuis le début de l’année, avec une progression de 25 % entre juin et septembre. Mais pour la première fois, les F&A réalisées dans les pays émergents ont dépassé, en montant, celles du marché européen. Autre fait marquant, la croissance régulière des mouvements transfrontières.

Publié le

Monaco Hebdo