jeudi 6 octobre 2022
AccueilActualitésSociétéCarmen Franko : « Nous aimerions faire de Monaco une plaque tournante des...

Carmen Franko : « Nous aimerions faire de Monaco une plaque tournante des échanges commerciaux dans le métavers »

Publié le

Alors qu’un salon consacré au métavers, le Meta Entertainment World, se déroulera à Monaco les 23 et 24 mai 2022 à l’hôtel Hermitage, avant d’autres éditions prévues ensuite à Séoul, Dubaï et Miami, Monaco Hebdo s’est entretenu avec sa co-fondatrice, Carmen Franko.

Le métavers représente-t-il la nouvelle génération de l’Internet ?

Oui, je pense que le métavers est la prochaine version de l’internet, et qu’il va révolutionner la société dans son ensemble. Parce que vous y vivez une expérience, et vous ne vous contentez pas de la regarder en 2D. De grandes entreprises comme Microsoft et Meta, l’ancien Facebook, ont annoncé que le métavers est l’avenir de l’Internet. C’est pourquoi nous souhaitons en faire le thème central de notre série d’événements qui débutera en mai 2022. Jamais auparavant les lignes entre le monde virtuel et la réalité n’ont été aussi floues. Certains ne savent pas ce qu’est le métavers. C’est pourquoi nous voulons en donner un aperçu, et présenter les nouvelles opportunités qui se présentent.

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Si vous vous souvenez de l’époque «.com » en 2000, je dirais que, dans un cadre temporel, nous en sommes maintenant à l’état de 1999. Nous sommes dans la pré-phase du temps du métavers.

Quelles sont les opportunités à saisir avec le métavers ?

Si l’on vient de l’industrie des technologies et du divertissement, la première opportunité se trouve, bien sûr, dans les nouvelles façons dont nous pourrons connecter le divertissement à un public mondial. Le métavers permettra de vivre une expérience réelle, depuis le toucher et la sensation, jusqu’à la participation à l’histoire, comme vous pouvez le faire dans le métavers de Netflix.

Mais encore ?

Vous pourrez vous retrouver dans un immense centre commercial virtuel, accessible à autant de personnes que l’espace virtuel le permet. Et acheter des objets numériques uniques que vous vendrez ensuite dans un autre environnement virtuel, peut-être sur eBay ou sur OpenSea, qui est la première et la plus grande place de marché NFT [“non-fungible token”, jeton non fongible — NDLR] du monde. Comme dans le scénario du film de Steven Spielberg, Ready Player One (2018), toutes nos expériences dans le domaine du divertissement, des jeux, du commerce électronique, de l’éducation, de l’interaction sociale, et dans bien d’autres domaines vont changer massivement, et offrir de toutes nouvelles possibilités.

« Si vous vous souvenez de l’époque «.com » en 2000, je dirais que, dans un cadre temporel, nous en sommes maintenant à l’état de 1999. Nous sommes dans la pré-phase du temps du métavers »

Quels secteurs de l’économie devraient en bénéficier le plus ?

La plupart des secteurs vont intégrer les métavers dans leur utilisation professionnelle, la production industrielle, logistique et distribution, ainsi que les secteurs de l’architecture, de l’ingenierie, et de la construction. Mais le secteur de divertissement, et toutes les économies qui y sont liées, comme les médias, vont en bénéficier. Et toutes les économies qui y sont liées : le streaming vidéo, le commerce électronique, les jeux, les films, la socialisation, le commerce du luxe, et bien d’autres secteurs encore. De plus, l’art peut rejoindre le divertissement. En tant qu’amateur et créatrice d’art, je pense que les NFT sont un sujet passionnant.

Pourquoi ?

Je suis fasciné par la façon dont mes deux centres d’intérêt préférés se mélangent ici : la technologie et l’art. Les NFT sont en train de devenir une grande histoire, et cette histoire est bien plus importante qu’un Graphic Interchange Format [GIF, littéralement « format d’échange d’images » — NDLR] de chat à 600 000 de dollars, ou un tweet à 3 millions de dollars (1). Le 12 février 2022, un record a été battu avec près de 8 000 Ethereum (ETH) [une cryptomonnaie — NDLR], soit environ 24 millions de dollars pour le CryptoPunk 5822. C’est une histoire de psychologie humaine, et de la façon dont la technologie modifie la valeur que nous accordons aux choses.

Comment l’expliquer ?

Toute l’industrie de l’art est basée sur l’idée que cette peinture, ou ce petit morceau de bois, de toile et de peinture, a de la valeur. La seule différence aujourd’hui, c’est que nous disposons de la technologie pour le faire d’une manière non physique, alimentée par une blockchain. Et quand on pense à la blockchain et à son impact sur notre avenir, on peut dire que l’ensemble de l’économie sera grandement influencée par le métavers, dont la blockchain sera également la monnaie. C’est ce que nous souhaitons transmettre avec la série d’événements Meta Entertainment : donner cette connaissance de première main et les bonnes connexions pour les professionnels.

Que va apporter le métavers au secteur de l’événementiel, qui est donc votre domaine ?

Le métavers va changer massivement l’ensemble du secteur de l’événementiel, en créant de nouveaux moyens de connexion et d’interaction. Il n’y a pratiquement pas de limites à ce que cela va nous apporter. Imaginez que vous participez à un événement à l’autre bout de la planète, vous le ressentez, le sentez, le goûtez, vous y êtes, dans une expérience 3D totalement immersive.

À quoi pourraient ressembler les événements dans le métavers ?

Les événements proposeront une ambiance à la Matrix (1999). Nous allons d’ailleurs inviter Lana Wachowski, la productrice de Matrix Resurrection (2021). Je suis impatiente d’entendre son avis sur l’avenir et le métavers. Touchcast, notre plateforme partenaire de métavers, est très avancée dans la création de cette expérience événementielle vivante et unique. Je suis donc ravie de travailler avec Touchcast sur la vitrine hybride de notre conférence Meta Entertainment World, qui se déroulera en direct à Monaco les 23 et 24 mai [à ce sujet, lire notre article Meta Entertainment World : un salon métavers mondial, en direct depuis Monaco, publié dans ce dossier spécial — NDLR]. Touchcast diffusera tous les événements professionnels, et le dîner de gala sur un jumeau numérique de Monaco, dans son métavers baptisé MCity.

Quels services proposez-vous ?

Meta Entertainment World est un événement de « réseautage » entre entreprises, investisseurs, et représentants de la technologie sur les tendances et les opportunités commerciales dans le métavers.

Avec qui travaillez-vous ?

Advance Monaco, qui a créé cette série d’événements avec l’équipe de Meta Entertainment World, est ancrée dans le monde du divertissement, du film, et de la technologie. Il y a Mitch Lowe, cofondateur de Netflix, et ancien PDG de MoviePass. Moi, je suis artiste et actrice, et cofondatrice du premier festival de streaming à Monaco. Carolin Jauss a fait partie de la communauté blockchain suisse « Crypto Valley ». Et enfin, Steven Saltzman s’est imprégné du show-business, lorsque son père a produit les premiers films de James Bond. Il a aussi été co-fondateur du salon de luxe Top Marques Monaco. Nous aimerions faire de Monaco une plaque tournante des échanges commerciaux dans le métavers. Et nous allons aussi proposer d’autres éditions de ce salon dans d’autres villes. Miami, Séoul, et Dubaï sont prévues.

« Le métavers va changer massivement l’ensemble du secteur de l’événementiel, en créant de nouveaux moyens de connexion et d’interaction. Il n’y a pratiquement pas de limites à ce que cela va nous apporter »

Pourquoi vous êtes-vous spécialisée dans ce domaine ?

J’aime la technologie et j’aime le divertissement. La technologie a toujours eu le plus grand impact sur notre vie quotidienne, de la première ampoule à la télévision, à l’Internet, au contenu en continu, et enfin au métavers. Nous vivons actuellement la fusion de nos vies numériques et réelles. Les frontières deviennent extrêmement floues. Très bientôt, on ne vous demandera plus votre Instagram ou votre LinkedIn, mais votre adresse dans le métavers.

À quoi ressembleront vos conférences à Monaco les 23 et 24 mai prochain ?

Il s’agira de présenter le futur du secteur du divertissement. Au cours de nos deux jours de conférence en direct, nous couvrirons tous les éléments du divertissement : les nouveaux aspects, comme le métavers et les NFT, mais aussi les projets des entreprises traditionnelles de la télévision au streaming, en passant par les médias sociaux. Par exemple, actuellement, le service de streaming Cinedigm collabore avec le fournisseur de technologie augmentée Nreal pour intégrer trois de ses chaînes à la nouvelle application AR TV de Nreal.

Qui sera présent ?

Nous avons invité des utilisateurs des différents métavers, de Sandbox à Snoopverse, une partie du métavers du rappeur Snoop Dogg. Nous avons aussi invité les leaders du secteur qui présenteront leur vision et leurs conseils, notamment Microsoft, Epic Games, Nvidia, Netflix, et Touchcast. Des producteurs vedettes, comme le producteur de télévision américain David Broome [il a notamment créé The Biggest Looser en 2004 — NDLR], viendront à Monaco pour discuter de la manière dont ils associent NFT et divertissement. Nos panels porteront sur la Formule 1 (F1) et les sports électroniques, ainsi que sur la cybersécurité, et le cybersexe.

Quoi d’autre ?

Nous explorerons aussi comment nous serons capables de sentir et de « goûter » le monde numérique. Paul Hollywood, cuisinier vedette et star de la télévision, vient en effet à Monaco pour parler de l’avenir de l’expérience culinaire. Des acteurs, comme Cary Elwes, feront partie de nos invités VIP, ainsi que des influenceurs mondiaux de TikTok et de YouTube. Nous accueillerons également un panel de personnalités monégasques, avec les dirigeants du gouvernement. Nous avons limité l’événement à 200 personnes pour la conférence en direct les 23 et 24 mai 2022. Les billets en ligne pour la conférence virtuelle dans le métavers de MCity sont limités, mais accessibles dans le monde entier (2).

Pourquoi avez-vous choisi Monaco pour cette première édition ?

Le prince Albert II est à l’origine de l’agenda numérique et de la transformation de Monaco, et je souhaite que Monaco se positionne comme l’État le plus numérique du monde. Monaco a en effet la vision, pour être une nation fondatrice du progrès et de la prochaine génération. La principauté dispose des budgets nécessaires, puisque son PIB par habitant est le deuxième plus élevé au monde. De plus, Monaco dispose d’un délégué interministériel chargé de la transition numérique, Frédéric Genta, avec qui nous collaborons étroitement, et qui permet des investissements majeurs. Par exemple, la norme 5G permet jusqu’à 20Gbits/s pour le streaming.

« Certaines lois et réglementations de Monaco devront être ajustées pour s’aligner sur les progrès technologiques, et nous envisageons que Meta Entertainment World inspire des partenariats »

Le métavers peut donc se développer à Monaco, aussi bien qu’aux États-Unis ?

Monaco est prêt, et le gouvernement princier soutient les start-ups dans le domaine numérique, avec des initiatives comme par exemple MonacoTech, et les jeunes entrepreneurs avec MonacoBoost. Nous sommes convaincus que les capitaines d’industrie, les sociétés de financement et d’investissement, ainsi que les entreprises clés de Monaco, comme l’immobilier, vont saisir les nouvelles opportunités offertes par le Web3, les NFT et le métavers. Certains sujets que nous allons aborder les 23 et 24 mai 2022 concernent par exemple le tourisme et le luxe, deux secteurs très importants pour Monaco.

Et en termes d’infrastructures ?

Du point de vue de l’infrastructure, Monaco a déjà entièrement mis en œuvre la 5G. Le pays est donc très bien équipé, même pour le streaming dans le métavers sur un téléphone portable. Nous venons d’avoir une réunion avec le directeur général de Monaco Telecom, Martin Peronnet, pour évoquer les exigences techniques.

Qu’en est-il du cadre légal monégasque ?

Certaines lois et réglementations de Monaco devront être ajustées pour s’aligner sur les progrès technologiques, et nous envisageons que Meta Entertainment World inspire des partenariats. Alors que la conférence se déroule physiquement à Monaco, le contenu sera diffusé en continu à travers la technologie Touchcast dans le monde entier vers des partenaires exécutifs à Los Angeles, à Miami, en Uruguay, en Allemagne, en Suisse, au Canada, à Singapour, à Hong-Kong, et à Séoul.

Comment est née votre collaboration avec Touchcast, l’un des géants du secteur ?

Je travaillais dans le secteur de l’événementiel et des médias pendant la pandémie de Covid-19 et j’ai fini par comprendre qu’elle durerait plus longtemps que prévu. J’avais à cœur de trouver une solution pour créer un événement hybride, et je suis passée par de nombreuses plateformes différentes, mais je n’ai jamais été satisfaite à 100 %. Finalement, le destin a voulu que je rencontre la bonne personne au bon moment, lors d’un événement de “family office” au début de l’été 2021 à Monaco. Il s’est avéré qu’il venait d’investir cinq millions d’euros dans Touchcast. Puis j’ai appris que Microsoft et Nvidia avaient injecté 50 millions de plus dans cette entreprise également. Et j’ai été convaincue.

Allez-vous organiser d’autres événements consacrés au métavers dans un avenir proche ?

Oui. Le Meta Entertainment World est une série d’événements mondiaux. L’édition de Monaco en mai sera suivie par une édition à Miami, en décembre 2022. Nous avons délibérément placé l’événement à Miami pendant la période de l’Art Basel Miami, car il sera tourné vers les NFT et le marché de l’art numérique. Et, bien sûr, sur le métavers et le divertissement.

Pour lire la suite de notre dossier sur le métavers à Monaco, cliquez ici

1) Le premier message du créateur et PDG de Twitter, Jack Dorsey, « Je crée mon compte Twttr », mis en vente sur la plateforme Valuables, a été acquis pour 2,9 millions de dollars par l’entrepreneur Sina Estavi, en mars 2021.

2) Les billets pour les inscriptions anticipées sont disponibles en ligne sur le site web de la conférence : https://metaentertainmentworld.com/be-vip/.

Publié le

Monaco Hebdo