samedi 24 septembre 2022
AccueilCulture“J'ai été surpris”

“J’ai été surpris”

Publié le

Orchestre en greve
« Depuis 2 ou 3 ans, les musiciens de très haut niveau ne veulent plus se présenter à nos concours de recrutement. » Le syndicat autonome de l'OPMC. © Photo MH.

Après le débrayage d’une partie des musiciens de l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo (OPMC) le 12 octobre, son administrateur, Sylvain Charnay, a accepté de répondre aux questions de Monaco Hebdo.

Monaco Hebdo?: Vous avez été surpris par cette grève??

Sylvain Charnay?: Oui. Car ce débrayage n’a pas été annoncé. D’ailleurs, aucun préavis n’a été déposé. Et je n’ai pas été non plus prévenu par affichage ou par courrier. Du coup, j’ai été surpris.

M.H.?: C’est une première??

S.C.?: Difficile à dire. Mais depuis que j’ai pris mes fonctions d’administrateur de l’orchestre, en juin 2008, il n’y a jamais eu de grève.

M.H.?: Les deux syndicats de l’orchestre sont solidaires??

S.C.?: Non. D’ailleurs, j’ai reçu un courrier du syndicat des artistes musiciens, expliquant qu’ils ne souhaitaient pas être associés à ce mouvement de grève.

M.H.?: Mais le syndicat autonome dénonce les conditions de travail qui se dégraderaient depuis 2008??

S.C.?: Pour moi, les conditions de travail ne se sont pas dégradées. Elles sont toujours les mêmes.

M.H.?: Il y a quand même un problème avec le système d’astreintes obligatoires et pas rémunérées??

S.C.?: Mais dire qu’ils ne sont pas payés, c’est faux?! Car lorsqu’on rappelle des musiciens qui sont en disponibilité, c’est-à-dire chez eux, ils sont bien sûr rémunérés. En fait, les 100 musiciens de l’orchestre ne sont pas nécessaires sur chaque concert. Du coup, ceux qui ne sont pas utilisés, sont placés en disponibilité. Ce qui les dispense de venir sur leur lieu de travail. Tout en sachant que si un musicien qui doit jouer tombe malade, on rappellera celui qui est resté à la maison. Mais il n’y a pas de baisse de salaire quand un musicien reste chez lui.

M.H.?: C’est vrai que les musiciens sont obligés de rester dans un rayon de 30 km autour de Monaco??

S.C.?: Dans notre convention collective, on a un article qui date de 1971 qui impose aux musiciens d’habiter dans un rayon de 30 km autour de la principauté ou à une heure de route. Donc ils peuvent s’éloigner de Monaco. Mais ils ne doivent pas passer une semaine à l’autre bout de la France. Au fond, l’idée c’est d’éviter d’avoir des musiciens qui habitent par exemple à Paris et qui ne descendraient à Monaco que pour les concerts sur lesquels ils sont programmés. Ce qui désorganiserait complètement le travail de l’orchestre.

M.H.?: Du coup, difficile d’avoir une vie privée??

S.C.?: Non. Car par rapport à d’autres salariés payés à temps plein, les musiciens ont des disponibilités supplémentaires. Ce qui leur permet d’être avec leurs familles pendant ces disponibilités. Même s’il y a le risque d’être rappelé, c’est quand même assez rare. Bien sûr, pendant ces périodes de disponibilité, ils ne peuvent pas partir en vacances avec leur famille. Mais il faut rappeler qu’il s’agit bien de disponibilités, pas de congés payés. D’ailleurs, les musiciens ont 6 semaines de congés par an pendant lesquels ils sont totalement libres d’aller où ils veulent.

M.H.?: C’est vrai qu’après un arrêt maladie, on doit rendre les heures non travaillées??

S.C.?: Non. Si un musicien qui devait jouer tombe malade, on appelle un musicien qui est resté chez lui. Mais pour équilibrer le travail entre chaque musicien, celui qui est revenu travailler devra être mis en disponibilité sur un concert où il devait venir travailler. Ce qui permet au musicien qui n’a pas été malade de ne pas travailler beaucoup plus que celui qui a été malade. Quant au musicien qui a été malade, il travaillera donc un peu plus, avec quelques disponibilités en moins, pour que ce soit équitable pour tout le monde.

M.H.?: Mais la qualité du travail serait en danger, car tout serait fait au dernier moment??

S.C.?: C’est arrivé une fois, mardi 12 octobre, le jour du débrayage. Ce jour-là, il y avait deux lectures pour une création d’opéra. Des lectures qui sont faites 8 mois avant le début des répétitions de cet opéra. Avec pour objectif principal de faire découvrir la musique aux musiciens. Sans les faire travailler immédiatement à un haut niveau artistique. D’ailleurs, il n’y a pas le risque d’être jugé par le public ce jour là. Donc, pour moi, tout ça est un prétexte.

M.H.?: Aucun problème d’organisation à l’orchestre alors??

S.C.?: Dans un orchestre comme le nôtre, il peut toujours y avoir des problèmes. Notamment à cause de changements de dernière minute. Ce qui est assez normal dans une entreprise de spectacle de ce genre. Mais l’objectif, c’est de les limiter au maximum.

M.H.?: Le syndicat autonome dénonce aussi un manque de dialogue??

S.C.?: Je les reçois chaque fois qu’ils le demandent. D’ailleurs, on s’est vu début septembre. Et depuis, il n’y a pas eu d’autre demande.

M.H.?: Vous allez les rencontrer à nouveau??

S.C.?: Dans la semaine du 18 octobre. J’attends qu’ils me confirment une date précise.

M.H.?: Vous craignez d’autres mouvements de grève??

S.C.?: Je ne suis pas devin. Mais c’est un mouvement minoritaire dans l’orchestre. D’ailleurs, certains musiciens ont été assez étonnés qu’il n’y ait pas eu d’assemblée générale avant de lancer ce débrayage.

M.H.?: Mais avec 18 premiers solistes au syndicat autonome sur un total de 30, il pourrait y avoir des annulations de concert??

S.C.?: C’est leur responsabilité. Mais est-ce que c’est vraiment leur intérêt?? Surtout que notre budget pour 2011 reste stable, à environ 11 millions d’euros.

Alors que d’autres orchestres en Europe ont enregistré des baisses de budget, jusqu’à 40 %. Notamment aux Pays-Bas. Et certains orchestres de radio vont fermer. A Monaco, le gouvernement nous soutient. Du coup, je me demande parfois si certains musiciens ont conscience de la chance qu’ils ont d’avoir un emploi assuré et des conditions de travail très favorables.

“Très inquiet pour l’avenir artistique”
Contacté par Monaco Hebdo, le syndicat autonome a réagi aux propos tenus par Sylvain Charnay?: « Il faut rappeler que notre débrayage est intervenu après 2 ans de sollicitations, notamment par des courriers envoyés à notre administrateur. Sans résultat. De plus, ce débrayage a été décidé en assemblée générale extraordinaire, car il n’existe aucune obligation légale de déposer un préavis. » En tout cas, ce syndicat continue à dénoncer un « fossé abyssal entre les ambitions de l’orchestre et notre fonctionnement au quotidien. Résultat, comme le monde de la musique est petit, depuis 2 ou 3 ans, les musiciens de très haut niveau ne veulent plus se présenter à nos concours de recrutement. Nous sommes très inquiet pour l’avenir artistique de notre formation. Notre action ne vise qu’un but?: remettre l’administratif au service du projet artistique. »

Publié le

Monaco Hebdo