vendredi 2 décembre 2022
AccueilActualitésGastronomieYannick Alléno lance son Pavyllon Monte-Carlo à partir du 15  avril

Yannick Alléno lance son Pavyllon Monte-Carlo à partir du 15  avril

Publié le

Le chef Yannick Alléno exporte à Monaco son restaurant Pavyllon. Lancé au pavillon Ledoyen en 2019, Pavyllon est un succès que ce chef étoilé va tenter de dupliquer à Monaco, au profit de la Société des bains de mer (SBM), cette fois. À partir du 15 avril 2022, en lieu et place du Vistamar, le Pavyllon Monte-Carlo ouvrira ses portes. Une nouvelle fois, Yannick Alléno a décidé de faire confiance à l’architecte d’intérieur Chahan Minassian, qui a notamment travaillé sur le décor de l’Hôtel de Crillon, à Paris. « Notre démarche est la même, lui dans l’assiette, moi dans l’espace. Nous avons une complémentarité naturelle et pour ce projet nous avons travaillé main dans la main », souligne Minassian dans un communiqué de presse. La SBM promet une « double expérience » : « Aux beaux jours, c’est sur la terrasse végétalisée, face à la mer, que s’installeront ceux qui souhaitent profiter de la vue spectaculaire sur la mer et le Rocher. À l’intérieur, les tables s’inviteront le long de grandes baies vitrées […]. Une trentaine de convives pourront prendre place sur l’immense comptoir en avant-scène, face à la cuisine ouverte, et régaler leurs yeux et leurs papilles en prise directe avec le ballet de l’élaboration des plats. Une transparence et une sérénité qui s’affranchissent du cérémonial du grand restaurant, dans un esprit de convivialité de salon et de conversations de comptoirs. » Dans l’assiette, la carte sera notamment articulée, pour les entrées, de crevettes de Sanremo en belle vue « cocktail », d’un œuf surprise aux grains de caviar Prunier, poché, crème froide fumée et croûtons dorés, de belles morilles étuvées sur une royale de foie gras de canard, ou encore de ravioles végétales au bouillon printanier perlé à l’huile d’olive. On trouvera également sur la carte des pâtes et des ravioles. Avec, par exemple, un gratin de pâtes au basilic et au citron à la poutargue, une sole cuite entière à la meunière, une nage de langoustine au fumet de Meursault, un merlan de ligne en fish and chips, ou un grenadin de veau aux oignons doux et parmesan gratinés. Pour les desserts, Yannick Alléno a remplacé le sucre par de l’eau de bouleau, et mise sur la légèreté, notamment avec sa meringue soufflée au « caviar » de vanille ou sa feuillantine croustillante glacée aux fraises des bois.

Publié le

Monaco Hebdo