samedi 21 mai 2022
AccueilActualitésSociétéVers un “très grand Ida” ?

Vers un “très grand Ida” ?

Publié le

Le gouvernement a fait un pas en avant sur le logement des enfants du pays. Quatre millions d’euros supplémentaires ont été inscrits au budget primitif 2015 pour la poursuite des études sur le projet Grand Ida. L’enveloppe est donc passée de 1 à 5 millions d’euros. Rappel : en 2009, le gouvernement achète pour 15 millions d’euros la villa Ida dans le quartier Plati. Une opération destinée à créer 32 appartements réservés aux enfants du pays. Mais en juin 2013, retournement de situation. Un collectif de propriétaires et des élus de la majorité Horizon Monaco (HM) du Conseil national proposent au gouvernement une opération de plus grande envergure baptisée Grand Ida. Celle-ci est enterrée à son tour (voir maquette). La cause ? « Le projet présenté était inacceptable en termes de hauteur, a rappelé le ministre d’Etat, Michel Roger, en séance budgétaire le 15 décembre. La hauteur des bâtiments du Grand Ida ne doit pas rendre la vie impossible aux logements domaniaux situés juste derrière. Nous étudions donc une autre proposition du promoteur. » Le président HM de la commission du logement, Jean-Michel Cucchi, a proposé à son tour une idée : « Pourquoi ne pas envisager un projet d’encore plus grand envergure, intégrant les Cèdres et les Mélèzes ? Ces 170 logements font en effet partie de constructions de première génération qui, au même titre que l’Herculis, auront vocation à être reconstruits un jour. Pourquoi ne pas créer un « très grand Ida », permettant de restructurer l’ensemble du quartier entre la résidence Athéna et l’Hélios ? Osons voir grand pour l’avenir de Monaco. » Car pour l’élu HM Alain Ficini, il est vraiment temps d’agir : « Les enfants du pays quittent de plus en plus notre pays. Leur situation est dramatique. Si ce projet de « très grand Ida » prend corps rapidement, il faudra attendre au moins 4 ans avant de voir les premiers enfants du pays s’installer dans cet immeuble. Le quartier pourrait retrouver un certain lustre, aujourd’hui perdu. » De son côté, le gouvernement a insisté, en rappelant qu’il n’était pas question d’abandonner les enfants du pays : « Nous avons accepté de suspendre l’opération « petit Ida » pour laisser la chance à un plus grand projet de se développer. Donc, pas de procès d’intention sur le fait que le gouvernement ne se préoccupe pas d’eux. L’Etat étant propriétaire d’Ida et du FAR, on pourrait tout à fait envisager de préempter la villa qui est entre les deux. Et faire une opération publique, de logements domaniaux pour les enfants du pays, ainsi qu’une école. » A suivre.

Publié le

Monaco Hebdo