samedi 21 mai 2022
AccueilActualitésSociétéSNCF : Où sont les rames promises ?

SNCF : Où sont les rames promises ?

Publié le

La région Paca a acheté 16 rames de nouvelle génération. Sur les 8 déjà livrées par le constructeur Bombardier, seulement 2 circulent sur la Côte d’Azur. Ce qui provoque le désarroi des usagers qui viennent travailler à Monaco.

 

C’est la solution quasi-miracle promise par la SNCF et la région PACA depuis de nombreux mois sur la Côte d’Azur. Objectif : permettre de meilleures conditions de transport pour les voyageurs. Seize automotrices régionales à deux niveaux, des TER nouvelle génération appelés “Régio 2N”, ont été commandés au constructeur Bombardier pour un coût de 181,6 millions d’euros. Si la SNCF a souffert de retards de livraison, elle indique avoir réceptionné la moitié de la commande, soit 8 rames. Mais sur le terrain, les usagers de la ligne la plus chargée de France, Les Arcs-Vintimille, tardent à en voir les fruits. Du coup, les milliers de voyageurs hebdomadaires entre les gares de Cannes, Antibes ou Nice vers Monaco et Vintimille voyagent toujours dans de vieilles rames. « On utilise déjà deux rames sur la Côte d’Azur depuis le début de l’année et 4 sur Provence/Alpes. Il y a en a deux qui sont en permanence en maintenance », soutient Joëlle Redor, directrice commerciale des TER Paca. L’arrivée des 8 rames restantes devrait se concrétiser courant 2016, à partir du mois de mars.

 

« Aberrant »

Se faisant le porte-parole d’une « clientèle captive », Eric Sauri est le président de l’association des Naufragés du TER Grasse Vintimille (NTGV). Une association qui multiplie les manifestations et les passages dans les médias pour améliorer le service, mais aussi pour « mobiliser les candidats à l’élection régionale de décembre ». Le leitmotiv du président : le sort « aberrant » réservé, selon lui, par la SNCF et la Région aux passagers des lignes de la Côte d’Azur qui « représentent la majorité des voyageurs dans la région. On va continuer. On sera sur le dos du futur président élu… », promet Sauri. Des méthodes musclées qui ne plaisent pas à la directrice commerciale. « Les menaces contre les agents en gare ou celles d’envahissement des voies sont inacceptables. On rentre dans ce que j’appelle des actes terroristes. Cette tournure n’est pas constructive. Surtout que j’ai proposé des rencontres avec les associations d’usagers, en particulier avec celle des NTGV », indique Joëlle Redor, visiblement préoccupée.

 

HS

Pour expliquer les contretemps pris par la SNCF, la directrice commerciale des TER Paca évoque plusieurs points noirs : des travaux dans le tunnel de Vintimille, dépendant des deux pays frontaliers la France et l’Italie. « Les travaux doivent se terminer en avril 2016, ou au plus tard à l’été », concède la directrice commerciale. Autre sujet compliqué, indépendant de la volonté de la SNCF : les inondations du mois d’octobre qui ont ravagé, entre autre, la gare toute neuve de Cannes. « Une situation difficile qu’on n’a jamais connue, avec des guichets ravagés, des escalators complètement HS et même un train sous l’eau… » Des incidents qui ont eu de grosses répercussions sur le trafic local. Le plan de transport a été réduit de 28 trains. « Sur la ligne qui va à Monaco, on compte 4 suppressions de train et 3 suppressions partielles. » Après décompte, ce sont une rame sous l’eau, deux très endommagées et 6 autres rames qui seront immobilisées entre 6 mois et un an. « Nous ne nous satisfaisons pas de cette situation. Nous savons que c’est difficile… », admet Joëlle Redor. Depuis plus de deux semaines, les voyageurs qui veulent rallier Monaco à tout moment de la journée doivent faire avec des retards très importants ou carrément des suppressions « opérationnelles » de dernière minute. Seule consolation pour les usagers : les prochaines rames livrées seront rééquilibrées pour donner la priorité à la Côte d’Azur. Il faudra donc attendre un peu plus. Ici, on en a malheureusement déjà pris la fâcheuse habitude.

Publié le

Monaco Hebdo