vendredi 2 décembre 2022
AccueilActualitésSociétéSBM?: « Climat socialdélétère au casino »

SBM?: « Climat social
délétère au casino »

Publié le

Les temps sont durs pour la Société des bains de mer. Après avoir enregistré des pertes records dans son dernier exercice, la direction de l’entreprise se voit chahutée de l’intérieur.

Alors que la direction de la Société des bains de mer annonce jeudi son projet de rénovation de l’Hôtel de Paris, elle a échappé de justesse à un sitting d’employés de jeux le 28 septembre dernier. S’il a renoncé à cette mobilisation au dernier moment, le syndicat des cadres et employés de jeux européens, soutenu par 3 autres syndicats, a exprimé son ras-le-bol par voie de communiqué. « L’escalade de la maltraitance vient d’attendre un point de non-retour au casino de Monte-Carlo, s’offusquent les jeux européens. La peur, les menaces, les pressions incessantes, les tensions inutiles, l’agressivité verbale, la déstabilisation et la dévalorisation, que vivent au quotidien les employés, attestent de la déshumanisation progressive du management, notamment de celle de la direction des casinos. »

Règlements de compte à OK Corral
Après avoir subi les foudres d’actionnaires inquiets des pertes record de la société, la SBM voit donc sa gestion des ressources humaines contestée de l’intérieur. Du moins au sein des casinos. « Décisions et sanctions arbitraires irraisonnées et infondées », « propos xénophobes », « caméras détournées de leur usage initial pour piéger les employés »… Le syndicat des jeux européens parle carrément de « règlements de compte au sein de l’entreprise ». Il faut dire que le terreau de la contestation est propice?: tout cela se passe sur fond de convocations déroutantes de certains collègues en commission de discipline. L’un d’eux s’est par exemple vu sanctionner alors que la direction de la SBM a dû lui verser un euro symbolique, son supérieur hiérarchique l’ayant traité de « bicot ». Tandis qu’un autre, représentant syndical, s’est vu reprocher des propos tenus en réunion syndicale en dehors du lieu de travail…

« 3 suicides en trois ans »
Pour le syndicat, les conséquences de ce climat social sont alarmantes?: « Des cas de maladies et de dépressions pathologiques ont été identifiées. La semaine dernière, les employés ont appris le suicide d’un de leurs collègues. Ce qui porte à trois le nombre de suicides en trois ans. » Si les employés de jeux modèrent leurs propos, spécifiant que les relations directes entre ces événements tragiques et l’environnement de travail n’ont pas été établies, ils y voient tout de même un lien indirect?: « Il est certain que les angoisses et les peurs des employés qui s’intensifient au sein de la SBM n’y sont pas étrangères. »

« Interventions de certains administrateurs »
Pour expliquer cette aggravation du climat social de la société, le syndicat met en cause « des interventions inexpliquées de certains administrateurs qui franchissent les limites de leur périmètre d’action et interfèrent les décisions opérationnelles de l’entreprise. » On savait déjà que les interventions étaient monnaie courante à tous les niveaux s’agissant de la SBM, société souvent politisée où l’Etat est de plus l’actionnaire majoritaire. Mais pour les jeux européens, la ligne jaune aurait été franchie?: « Cette ingérence néfaste banalise notamment les discriminations entre salariés. »
Ces accusations, le syndicat les aurait portées maintes fois devant la direction générale qui voit « sa responsabilité morale engagée », en appelant à ce que soient prises des mesures concrètes. De son côté, Jean-Louis Masurel, administrateur délégué, n’a souhaité formuler « aucun commentaire », rappelant juste qu’il avait parlé directement au secrétaire général du syndicat et qu’il ne comptait pas répondre par voie de communiqué. Une discussion qui, visiblement, en appellera d’autres. Avant et après les élections de 2013.

Publié le

Monaco Hebdo