lundi 23 mai 2022
AccueilActualitésSociétéAddictions : le coup de gueule de Nathalie Amoratti-Blanc

Addictions : le coup de gueule de Nathalie Amoratti-Blanc

Publié le

À l’occasion du vote du budget primitif 2022, l’élue Priorité Monaco (Primo !), Nathalie Amoratti-Blanc, a questionné le conseiller-ministre pour les affaires sociales et la santé, Didier Gamerdinger, à propos des addictions, concernant notamment « les jeux, les écrans, aux produits psychotropes, à la pornographie ». Evoquant la publication du rapport complémentaire sur les résultats de l’enquête European School Survey Project on Alcohol and Other Drugs (ESPAD) qui étudie les comportements de santé et les modes de consommation des produits psycho-actifs, mais aussi des usages dits « sans produits », comme les réseaux sociaux, les paris d’argent, et les jeux chez les adolescents européens âgés de 16 ans cette élue Primo a affiché son impatience : « Depuis huit ans que je siège ici, je n’ai jamais reçu de réponse, et je n’ai jamais eu d’évolution probante en matière d’addiction. » Le rapport en question montre notamment que Monaco est le pays où la part des jeunes de 16 ans passant au moins une demi-heure par jour sur les réseaux sociaux est la plus élevée. Didier Gamerdinger a évoqué le plan santé mentale « équilibre psychologique et bien-être » qui couvrira la période 2022-2027. Objectif de ce plan (1) : « Apporter une réponse sanitaire et médico-sociale aux personnes en situation de difficulté psychique, tout au long de leur parcours de vie ». Après des retards dus à la pandémie de Covid-19, ce plan est désormais opérationnel, a assuré le conseiller-ministre pour les affaires sociales et la santé. Concernant le rapport Espad, Didier Gamerdinger a reconnu qu’il y avait « des points sur lesquels il faut travailler », notamment face aux outils numériques et à Internet : « Il y a une dépendance sur laquelle nous devons apporter les réponses appropriées. » Mais le conseiller-ministre a également souligné les points positifs publiés dans ce document : « Ce rapport de l’ESPAD indique aussi qu’il y a une diminution de la consommation de tabac et d’alcool en principauté de Monaco. Des efforts ont été faits. Et ils méritent donc d’être poursuivis. » De son côté, le conseiller-ministre pour l’intérieur, Patrice Cellario, a évoqué des « programmes de formation des enseignants » pour pouvoir « mieux traiter » ces questions, avec une approche plus personnalisée : « Dans le développement du numérique, nous avons tout un volet tourné vers les problématiques liées à ce sujet, et notamment les addictions aux écrans et aux risques liés au numérique. C’est un chemin qui sera permanent, car c’est une lutte qui ne peut pas s’arrêter. Il y a des progrès. Mais ils ne sont jamais suffisants. Ils ne sont jamais totalement satisfaisants. »

1) Ce plan s’articule autour de trois axes, indique le gouvernement monégasque : « Promouvoir le bien-être mental, prévenir et repérer précocement la souffrance psychique et les addictions. Puis, garantir des parcours de soins coordonnés, soutenus par une offre en psychiatrie accessible, diversifiée et de qualité. Et enfin, poursuivre l’amélioration des conditions de vie et d’inclusion sociale, la réinsertion des personnes en situation de handicap psychique, et lutter contre la stigmatisation. »

Publié le

Monaco Hebdo