samedi 21 mai 2022
AccueilActualitésSociétéLe marché funéraire se digitalise

Le marché funéraire se digitalise

Publié le

Marché particulièrement lucratif, estimé à 2,5 milliards d’euros en France, les services funéraires se digitalisent et attirent de plus en plus les startups, qui ont toutes le même leitmotiv : « dépoussiérer » et « révolutionner » le secteur. Des comparateurs en ligne aux réseaux sociaux en passant par le crowdfunding et les jardins du souvenir virtuels… Monaco Hebdo fait un tour d’horizon des services à l’étranger (1), plus ou moins loufoques, proposés sur Internet.

Les comparateurs en ligne

Comme pour les voyages, les assurances, les prêts bancaires ou la high-tech… les services funéraires bénéficient eux aussi de comparateurs en ligne. Ils confrontent les tarifs des sociétés de pompes funèbres selon les services choisis et le lieu : inhumation ou crémation, type de cérémonie, transport, cercueil… Ces comparateurs transmettent ensuite par mail plusieurs devis. Mais peut-on vraiment faire confiance à ces comparateurs ? Dans une enquête du magazine Capital, datant de 2016, le président de l’association française d’information funéraire (AFIF), Michel Kawnik, avait tenu à alerter sur les abus : « Ces comparateurs sont de simples outils informatiques qui jouent le rôle d’apporteurs d’affaires aux sociétés de pompes funèbres », avait déclaré Michel Kawnik avant de préciser : « Si le service est gratuit pour les particuliers, il est payant pour les professionnels qui doivent généralement s’acquitter d’un abonnement et payer une commission à chaque mise en contact avec un client. L’internaute n’a donc jamais une photographie précise, objective et exhaustive de l’offre ». Pour le président de l’AFIF, le meilleur moyen pour trouver le meilleur tarif reste le bon vieux bottin. D’autant plus que derrière certains comparateurs en ligne se cache parfois une seule société de pompes funèbres. N’hésitez donc pas à appeler plusieurs entreprises proches de chez vous, avec une liste de questions bien précises que vous trouverez sur le site de l’AFIF. Vous pourrez ainsi faire votre choix en toute connaissance de cause.

Rédiger son testament en ligne

Lancé en 2013 avec l’aide d’avocats et de notaires, Testamento vous propose de rédiger votre testament en ligne en toute « légalité », précise la plateforme. Pour un testament express « simple », comprenant des informations, un modèle, des instructions pour le recopier et un suivi annuel, comptez 29,90 euros. Pour un testament express tout compris, comprenant en plus la relecture par un notaire, l’inscription dans la base nationale officielle des notaires, un suivi par mail de chaque étape de traitement du dossier et la conservation à vie de votre testament en toute sécurité chez un notaire, comptez 69,90 euros. Pour 19,90 euros, vous pouvez également obtenir, grâce à Testamento, un document légal exprimant vos volontés en termes d’acharnement thérapeutique, de don d’organes et d’obsèques. Enfin, vous pouvez aussi inventorier vos biens gratuitement sur le site ou payer 49,90 euros si vous souhaitez transmettre cet inventaire à un notaire.

Organiser les funérailles en ligne

Créée en 2016, la startup AdVitam promet d’aider les familles à s’affranchir des lourdeurs administratives en proposant des prix défiant toute concurrence. « Pompes funèbres et obsèques dès 1 699 euros, tout inclus », indique clairement AdVitam sur son site Internet. Pour proposer ces tarifs, cette startup a fait le pari de rogner sur ses marges et a renoncé à des points de vente physiques. Tout se passe donc en ligne et par téléphone avec un conseiller spécialisé, qui informe aussi les familles des aides dont elles peuvent bénéficier. AdVitam offre toute la gamme de prestations funéraires. La startup propose même des « obsèques écologiques » avec des cercueils et urnes en carton recyclé et une limitation des soins de conservation polluants. Des soins « bien souvent inutiles, et généralement proposés dans un but purement mercantile », précise la plateforme. N’attendez toutefois pas une remise exceptionnelle si vous choisissez un cercueil en carton plutôt qu’un cercueil traditionnel en pin. La différence de prix entre les deux étant très faible, voire nulle.

Le crowdfunding pour financer des obsèques

Financement de projets immobiliers, artistiques, culturels… Depuis quelques années, le crowdfunding, ou financement participatif, a le vent en poupe. Et le secteur funéraire n’y échappe pas. La ville de Paris a ainsi lancé en 2016 Tontine 2.0, une plateforme permettant la collecte d’argent pour régler les obsèques d’un proche. Les sites de crowdfunding comme Leetchi ou Gofundme regorgent également d’appels aux dons. Certaines cagnottes peuvent atteindre 5 000 à 10 000 euros. En raison des coûts élevés des services funéraires, qui ne sont pas à la portée de toutes les bourses, certaines familles n’hésitent plus à avoir recours au financement participatif pour offrir à un être cher disparu des obsèques dignes de ce nom.

Les jardins du souvenir virtuels

Les jardins du souvenir virtuels apparaissent sur Internet comme des champignons. Ils offrent à leurs utilisateurs un lieu de recueillement et de mémoire virtuel. Ces jardins du souvenir d’un genre particulier s’adressent notamment aux personnes « obligées de déménager qui peuvent difficilement se recueillir et entretenir une tombe » ou encore aux personnes qui ont perdu un proche dans un « accident » et dont le corps n’a pas été retrouvé, nous dit-on sur le site du premier cimetière virtuel français, « Jardin du souvenir ». Ces sites vous offrent la possibilité de créer un espace mémoriel dans lequel vous aurez accès à un livre d’or et à une tombe virtuelle. Comme dans tout cimetière, vous pouvez y déposer virtuellement bouquets, bougies et plaques en choisissant l’abonnement qui vous convient le mieux. Car la cyber-éternité a un prix. Sur « Jardin du souvenir », vous pouvez pour 49 euros obtenir un accès à vie à une tombe virtuelle sur laquelle vous pourrez déposer des fleurs, des messages, des photos et vidéos… Les visiteurs, eux, peuvent acquérir une bougie pour une durée de 3, 6 ou 12 mois pour un prix allant de 10 à 29 euros. Un bouquet coûte entre 20 et 120 euros selon la durée et les fleurs choisies. Enfin, pour une plaque, les prix s’élèvent de 10 euros pour trois mois à 30 euros pour une année. En général, célébrités et anonymes se côtoient dans les jardins du souvenir virtuels. Fans de Coluche, Louis Armstrong, Barry White ou encore Michael Jackson peuvent ainsi rendre hommage à leur idole et déposer fleurs et bougies moyennant quelques dizaines d’euros. Et puisque cela ne suffisait pas, le premier cimetière virtuel français a élargi la cyber-éternité — et par la même occasion son business — à des lieux comme le World Trade Center…

jardin-du-souvenir-barry-white

célébrités et anonymes se côtoient dans les jardins du souvenir virtuels. Fans de Coluche, Louis Armstrong, Barry White ou encore Michael Jackson peuvent ainsi rendre hommage à leur idole et déposer fleurs et bougies moyennant quelques dizaines d’euros

L’enterrement en musique

Si vous souhaitez accompagner un deuil en musique, vous pouvez faire appel à Elicci. La startup propose des musiciens pour « personnaliser les cérémonies funèbres » et « donner une âme à ce moment ». Disponible dans cinq villes françaises, dont Nice, cette prestation vous sera facturée de 360 euros pour un soliste qui jouera 3 à 4 morceaux à 1 650 euros pour un quatuor, qui interprétera un nombre de morceaux adapté à la durée de la cérémonie.

La retransmission vidéo des obsèques

Vous ne pouvez pas assister aux obsèques d’un proche ? Pas de problème, Afterweb-Venture a une solution : la retransmission web sur Internet. Comptez environ 200 euros en moyenne pour permettre à tous les proches qui ne peuvent être présents de suivre la cérémonie en direct de façon privée. Les prix sont fixés par le crématorium et peuvent donc varier. Et pour celles et ceux qui ne peuvent pas suivre le direct, la plateforme précise que « la retransmission funéraire en ligne est archivée et peut être regardée pendant une période d’un mois après la cérémonie ».

L’entretien des sépultures

Créé en 2008, En sa mémoire est un service de nettoyage, fleurissement et entretien des tombes, sépultures et caveaux. Les prix vont de 29 euros par mois pour une intervention trimestrielle complète (soit 4 interventions par an) à 126 euros par mois pour une intervention bimensuelle (soit 24 interventions par an). Enfin, comptez 190 euros pour une intervention unique dans le mois qui suit les obsèques ou encore 99 euros pour une alerte de fin de concession.

Le « réconfort olfactif »

Et si vous conserviez l’odeur de l’un de vos proches disparus dans un petit flacon ? Cette idée est celle de Katia Apalategui qui, inconsolable d’avoir perdu son père, a regretté de n’avoir pu conserver de lui son odeur qu’elle appréciait tant. Flairant le potentiel commercial de son idée, la jeune femme s’est donc tournée vers l’unité de chimie organique et macromoléculaire de l’université du Havre, qui a élaboré une technique pour reproduire l’odeur humaine à partir d’un vêtement. Si son approche est à première vue louable, impossible d’occulter l’aspect business car avoir un parfum sentant l’odeur d’un être cher disparu a un coût. Le « réconfort olfactif », comme le qualifie Katia Apalategui, est en effet facturé 560 euros…

Dirigeants d’entreprises, n’emportez pas vos mots de passe dans la tombe !

La start-up Transmitio propose aux patrons de gérer et transmettre les mots de passe de leur entreprise à leur équipe en cas de décès. Moyennant 399 euros hors taxes pour un service à vie, un chef d’entreprise peut stocker codes et mots de passe dans un coffre-fort électronique et choisir les bénéficiaires, service par service. Transmitio les restitue ensuite à qui de droit en cas de coup dur, ce qui permet d’assurer la continuité d’activité. Si les données sont stockées dans un « coffre-fort ultra haute sécurité » selon la startup, rappelons que tout système informatique, quel qu’il soit, n’est pas infaillible…

Envoyer des cendres dans l’espace

Ce service complètement loufoque est proposé par la start-up Elysium Space. Pour envoyer les cendres d’un de vos proches dans l’espace, il vous faudra débourser environ 3 400 euros pour les vols orbitaux et pas moins de 11 000 pour des vols dans l’espace lointain et lunaire…

1) Attention : certains services ne sont pas accessibles depuis Monaco.

Publié le

Monaco Hebdo