vendredi 27 mai 2022
AccueilActualitésSantéCalories : comment les calculer au plus juste ?

Calories : comment les calculer au plus juste ?

Publié le

Pèse personne
La table des indications caloriques reste le moins pire des indicateurs pour soigner ses kilos. © Photo D.R.

De plus en plus d’experts mettent en cause les mesures de calories des produits alimentaires. Selon eux, les teneurs affichées pourraient être sous évaluées de 20 %… Mauvaise nouvelle avant l’été ? Par Régis de Closets.

Une barre de céréales ? 405 kcal. Une boîte de petits pois ? 75 kcal. Un steak de bœuf ? 300 kcal. Un menu McDo ? 1 600 kcal… Beaux jours obligent, les additions de calories reprennent à l’heure de remplir le caddie ou de passer à table. Pas sûr pourtant que les teneurs indiquées sur les produits aident vraiment à préserver la ligne. Selon les études scientifiques, le calcul des calories indiqué au dos des emballages pourrait être sur ou sous-estimé de 20 % à 25 % ! Le groupe Weight Watchers vient d’ailleurs de revoir entièrement son système de “points”, jusqu’alors basé sur les teneurs en calories. Etonnant ? Pas tant que ça, car si les régimes imposent un décompte scrupuleux des calories, peu de pratiquants savent que ces mesures reposent sur une méthodologie mise en place… à la fin du XIXème siècle par un professeur américain ! Le hic, c’est que le dit professeur brûlait les aliments pour évaluer leur valeur énergétique. Selon ses calculs, un gramme de protéine ou de glucide équivalait ainsi à 4kcal et un gramme de lipide à 9 kcal. Or depuis, la science a montré que la digestion était un processus autrement plus complexe qui dépend de l’organisme, des habitudes alimen- taires et du type d’aliment ingéré. Protéines ou fibres demandent ainsi plus d’énergie pour être assimilées. Une barre de céréales annoncée à 400 kcl mais très riche en fibres sera en réalité moins “coûteuse” pour les kilos qu’un brownie affiché à 300 kcl, mais plein de glucides. A l’inverse, une viennoiserie industrielle verra sa mesure de calories sous-estimée car elle comporte des farines non raffinées dont 30 % ne sont pas assimilées par l’organisme et finissent directement en graisses.

Le “moins pire” des indicateurs
D’autres facteurs-texture des aliments, mode de cuisson- interviennent également sur le processus de digestion, modifiant au final la mesure des calories. Il y a quelques années, des chercheurs japonais ont notamment démontré que des femmes consommant des aliments plus durs – avec une mastication plus longue- prenaient moins de poids que celles qui consommaient des aliments mous.
Ces éléments conduisent les chercheurs à parler aujourd’hui plus volontiers d’“énergie métabolisable”, autrement dit celle qui est assimilée après digestion, plutôt que de valeur calorique. Il y a quelques années, un collège d’experts internationaux a même élaboré un projet de révision de l’ensemble des étiquetages pour tenir compte de ces nouvelles données. Sans succès, car la diversité des données à intégrer est telle que l’exercice en devient quasi impossible. Même imparfaite et trompeuse, la table des indications caloriques reste de ce fait à ce jour le “moins pire” des indicateurs pour prendre soin de ses kilos…

Votre santé, en bref

Un test sur iPhone pour mesurer sa dépendance à l’alcool?

D’ici quelques semaines, il devrait être possible d’évaluer sur son Iphone préféré sa consommation d’alcool et les risques associés. Cet “alcoomètre”, validé par l’INPES (Institut français de prévention et d’éducation pour la santé), se présente sous forme de questionnaire sur les habitudes de consommation, assorti d’un plan d’action pour réduire le nombre de verres dès qu’ils présentent un danger. Le service est d’ailleurs déjà disponible sur le net, sur le site Alcoolinfoservice.fr.

Le premier guide d’utilisation des téléviseurs 3D

Alors que leur commercialisation est annoncée dans les prochains mois en Europe, les téléviseurs 3D bénéficient d’ores et déjà au Japon d’un guide d’utilisation destiné à éviter incidents et effets secondaires… Etabli par un consortium de constructeurs, il insiste sur la distance à respecter vis-à-vis de l’image ainsi que sur les symptômes de fatigue visuelle à prendre en compte, pour soi comme pour les enfants. Le guide recommande aussi de définir des durées maximum de visionnage pour les plus petits…

Le hamburger le plus calorique du monde est… américain !

Il vient d’être mis en point dans la ville de Comstock, dans le Michigan. Le burger, ou plutôt le monument, pèse 1,8 kilo et peut nourrir quatre personnes à lui seul selon le fabricant. Il représente 4800 calories et 300 grammes de matières grasses. Les deux morceaux de pain aux deux extrémités du sandwich font chacun 20 cm de diamètre. Le tout est proposé à la vente aux spectateurs des matchs de base ball de l’équipe locale. Amen.

Publié le

Monaco Hebdo